PositionRédacteur CineSeriesMag
Inscrit22 septembre 2014
Articles16
Critique-serie-SyFy-Dark-Matter-Joseph Mallozzi-Paul Mullie
Dark Matter fait partie de la nouvelle vague du space opera sur petit écran. Si la série n’apporte certes rien de bien novateur, elle reste très satisfaisante avec de bonnes idées, de quoi regretter l’annulation au terme de trois saisons et l’absence de fin.
The Expanse est une série de science fiction produite par SyFy, qui renoue avec le genre de space opera. Ambitieuse et bénéficiant d’un budget confortable, elle s’impose sans mal comme une nouvelle référence. Complots politiques, action et horreur se conjuguent dans cette série qui n’a pas fini de faire parler d’elle.
critique-serie-south-park-saison-1-a-19
South Park est une série avec un humour délicieusement trash, un sens consommé de l’absurde, et devenue une référence dans la dérision et la critique de nos sociétés. N’ayant rien perdu de sa verve 19 ans après, malgré quelques dérives, elle continue à exploiter des thèmes toujours plus d’actualité, avec une imagination toujours intact.
Si le début semble évoquer une série procédurière classique, la suite change le ton en développant une vraie mythologie. S’il est à regretter des scènes d’action parfois trop répétitives, les personnages attachants, des moments riches en tension et en émotion, un fond très intelligent sur les dérives sécuritaires et l’utilisation de la technologie moderne, font de « Person of interest » une série marquante et intelligente.
Critique-serie-fox-Gotham-jeunesse-bruce-wayne-futur-batman-saison1-et-saison2-bruno-heller
Série racontant les histoires de Bruce Wayne, Jim Gordon et des autres personnages emblématiques avant l’apparition de Batman. Un concept intéressant mais qui n’était pas sans susciter quelques doutes sur sa viabilité. Si la saison 1 ne respecte pas ses promesses à cause d’un certain nombre de défauts, la seconde saison rectifie le tir pour proposer un spectacle plus que satisfaisant, avec une esthétique recherchée, des personnages forts, et de nombreuses références à l’univers de l’homme chauve-souris.
Après Atlantis qui n’avait su s’extirper de sa grande sœur, Stargate Universe prend le pari risqué d’innover la franchise et de partir à la conquête des galaxies lointaines, laissant de côté la série centrée autour d’un équipage. En résulte des images magnifiques, des personnages complexes et plus développés, une ambiance plus sombre, une réussite sur le plan qualitatif, mais un spin-off qui, par son contraste avec les séries précédentes, et d’autres raisons liées à de mauvais choix de diffusion, n’aura pu bénéficier d’audiences suffisantes
Stargate-Atlantis-critique-serie
Stargate Atlantis prolonge l'univers de SG1 en se situant dans une autre galaxie, et en se concentrant sur les Anciens, la race qui a crée les portes des étoiles. L'expédition découvre des technologies très avancées, ce dont elle aura bien besoin pour combattre un ennemi encore plus redoutable que les Goa'ulds, que personne ne semble être en mesure de vaincre. Un potentiel prometteur mais mal traité : incohérences à la pelle et personnages peu développés, cette dérivée ne soutient guère la comparaison.
stargate-sg1-critique-analyse-serie-saison1-a-saison10
La série de science-fiction Américain, Stargate SG1, basée sur le film Stargate de 1994 narre les aventures d'une équipe explorant d'autres mondes grâce à la « Porte des Étoiles » en générant des vortex artificiels permettant de voyager instantanément entre deux points dans l'univers.