cannes2017-tous-les-films-et-selection-acid-semaine-de-la-critique-cinefondation-festival-cinema-croisette

Festival Cannes 2017 : Tous les films à voir sur la croisette

À quelques jours de l’ouverture du 70ème Festival de Cannes, voici le tour d’horizon des nombreux films qui y seront diffusés, toutes sélections confondues. Qui succèdera à Moi, Daniel Blake de Ken Loach comme Palme d’Or 2017 ?

Cette année, avec 19 films en compétition officielle, le jury aura l’embarras du choix. Le festival met à l’honneur le cinéma mondial en invitant entre autres le Japon (Naomi Kawase), l’Allemagne (Fatih Akin), les États-Unis (Todd Haynes, Sofia Coppola et Noah Baumbach, qui défendra pour la première fois un de ses films sur la Croisette), le Royaume-Uni (Lynne Ramsay) ou encore la Corée du Sud (Hong Sang-soo, Bong Joon-ho). À noter également la présence de trois réalisateurs français : Jacques Doillon qui s’étendra sur la vie de l’illustre sculpteur Auguste Rodin dans Rodin , Michel Hazanavicius qui se fera l’écho du trublion Jean-Luc Godard dans Le Redoutable et enfin François Ozon qui nous servira une plongée emplie de secrets dans L’Amant Double). Michael Haneke, grand habitué du festival, est en compétition officielle pour la septième fois et sera en lice pour tenter de décrocher sa troisième Palme d’Or après Le Ruban Blanc en 2009 et Amour en 2012. De son coté, Sofia Coppola sera en compétition pour la troisième fois après Marie-Antoinette (sélection officielle en 2006) et The Bling Ring (Un certain Regard en 2013).

Précédent
Suivant

Les Jurys du 70ème Festival de Cannes

Jury de la compétition du 70ème Festival de Cannes

Pedro Almodovar : Président – Jessica Chastain : Comédienne – Maren Ade : Réalisatrice
Fan Bingbing : Actrice – Agnès Jaoui  : Actrice – Park Chan-Wook : Réalisateur
Will Smith : Acteur – Paolo Sorrentino : Réalisateur – Gabriel Yared : Compositeur

La Caméra d’or rassemble les premiers films issus de la Sélection officielle, de la Semaine de la Critique et de la Quinzaine des réalisateurs. Elle sera remise lors de la Cérémonie du Palmarès du 70e Festival de Cannes, dimanche 28 mai, au Grand Théâtre Lumière.

Sandrine KIBERLAIN – Présidente Actrice (France) –  Patrick BLOSSIER (AFC) Chef opérateur (France) – Elodie BOUCHEZ Actrice (France) – Guillaume BRAC (SRF) Réalisateur, producteur (France) – Thibault CARTEROT (FICAM) Président M141 (France) – Fabien GAFFEZ (SFCC) Ecrivain, Critique de cinéma (France) – Michel MERKT Producteur (Suisse)

Jury de la Cinéfondation et Courts Métrages

Le Jury aura à décerner trois prix parmi les 16 films d’étudiants d’écoles de cinéma présentés dans la Sélection Cinéfondation.
Les Prix de la Cinéfondation seront annoncés par le Jury, vendredi 26 mai, lors d’une cérémonie Salle Buñuel qui sera suivie de la projection des films primés.

Le Jury devra également désigner la Palme d’or du Court métrage parmi les 9 films sélectionnés en Compétition. La Palme du Court sera remise lors de la cérémonie du Palmarès du 70e Festival de Cannes,

Cristian Mungiu : Président – scénariste, producteur (Roumanie) – Clotilde HESME Actrice(France) – Barry JENKINS Réalisateur, scénariste(États-Unis) –
Eric KHOO Réalisateur, scénariste, producteur (Singapour) – Athina Rachel TSANGARI Réalisatrice, scénariste, productrice (Grèce)

Jury Un Certain Regard

Le Jury Un Certain Regard décernera ses prix parmi les 18 films qui concourent dans cette sélection, lors de la cérémonie de Clôture qui se tiendra samedi 27 mai dans la salle Debussy. Le film d’ouverture est Barbara de Mathieu Amalric (France).

Uma THURMAN – Présidente Actrice (USA)
Mohamed DIAB – Réalisateur (Egypte)
Reda KATEB – Acteur (France)
Joachim LAFOSSE – Réalisateur (Belgique)
Karel OCH – Directeur artistique du Festival International de Karlovy Vary (République Tchèque)

Jury Semaine de la Critique

Kleber Mendonça Filho : Président
Diana Bustamante Escobar : Productrice et directrice artistique du Festival de Carthagène, Colombie
Eric Kohn : Rédacteur en chef de Indiewire, Etats-Unis
Hania Mroué : Directrice du Cinéma Metropolis, Liban
Niels Schneider : Comédien, France

Jury de la Queer Palm créée en 2010 par le journaliste Franck Finance-Madureira

Président : Travis Mathews, réalisateur américain (I want your love, Interior Leather Bar co-réalisé avec James Franco)
Le Jury – Didier Roth-Bettoni : Journaliste
Lidia Leber Terki (The Sex Toy Project, Paris la blanche) : Réalisatrice
Yair Hochner : Réalisateur et directeur du festival de cinéma LGBT de Tel Aviv et de
Paz Lazaro : Responsable de programmation de la section « Panorama » du Festival de Berlin.

Jury L’Œil d’Or

Sandrine Bonnaire : Présidente

L’Œil d’or – Le Prix du documentaire a été créé en 2015 par la Scam, la récompense sera remise le 27 mai prochain à un documentaire présenté dans les sections cannoises (Sélection officielle, Un Certain Regard, Cannes Classics, Séances spéciales et Hors Compétition, Courts métrages, Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique)

EN COMPÉTITION :

Film d’ouverture : Les Fantômes  d’Ismaël d’Arnaud Desplechin (Hors-compétition)

  • In the Fade de Fatih Akin
  • The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach
  • Okja de Bong Joon-Ho
  • 120 battements par minute de Robin Campillo
  • Les Proies de Sofia Coppola
  • Rodin de Jacques Doillon
  • Happy End de Michael Haneke
  • Wonderstruck de Todd Haynes
  • Le Redoutable de Michel Hazanavicius
  • The Day After d’Hong Sangsoo
  • Vers la lumière de Naomi Kawase
  • Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos
  • A Gentle Creature de Sergei Loznitsa
  • La Lune de Jupiter de Kornel Mundruczo
  • The Square de Ruben Östlund
  • L’Amant double de François Ozon
  • You Were Never Really Here de Lynne Ramsay
  • Good Time de Benny & Josh Safdie
  • Loveless d’Andrei Zvyagintsev

Courts Métrages :

Lauréat de la Palme d’or 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours, le cinéaste roumain Cristian Mungiu, qui succède à la cinéaste japonaise Naomi Kawase, présidera le jury des courts métrages et de la Cinéfondation. Neuf fictions dont une animation Pépé le Morse de la Française Lucrèce Andreae sont en lice pour la Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes. Le trophée sera remis par le président du Jury le 28 mai 2017, lors de la Cérémonie du palmarès.

  • Teppo Airaksinen, Katto (Finlande), 15’
  • Lucrèce Andreae, Pépé le Morse (France), 14’
  • Mahdi Fleifel, A Drowning Man (Royaume-Uni, Danemark, Grèce), 15’
  • Alireza Ghasemi, Lunch Time (Iran), 15’
  • Fiona Godivier, Across My Land (États-Unis), 15’
  • Grzegorz Molda, Koniec Widzenia (Pologne), 15
  • Qiu Yang, Xiao Cheng Er Yue (Chine), 15’
  • Andrés Ramirez Pulido, Damiana (Colombie), 15’
  • Julia Thelin, Push it (Suède), 8’

Un Certain Regard

Créée en 1978, cette sélection dérivée de la sélection officielle met en avant un cinéma plus confidentiel et audacieux, en récompensant des cinéastes pour la plupart débutants ou du moins peu connus, leur ouvrant ainsi la porte du succès et de la reconnaissance. Cette année, Un Certain Regard  sera présidé par l’actrice américaine Uma Thurman tandis que l’acteur-réalisateur français Mathieu Amalric ouvrira le bal avec son vrai-faux biopic sur la chanteuse Barbara, également surnommée l’Aigle Noir. Un joli programme en perspective !

Film d’ouverture : Barbara de Mathieu Amalric

  • La novia del desierto (La Fiancée du désert) de Cecilia Atan & Valeria Pivato (1er film)
  • Tesnota (Étroitesse) de Kantemir Balagov (1er film)
  • Aala Kaf Ifrit (La Belle et la meute) de Kaouther Ben Hania
  • L’Atelier de Laurent Cantet
  • Fortunata de Sergio Castellito
  • Las hijas de Abril (Les Filles d’avril) de Michel Franco
  • Western de Valeska Grisebach
  • Directions de Stephan Komandarev
  • Out de Gyorgy Kristof
  • Avant que nous disparaissions de Kiyoshi Kurosawa
  • La Cordiellera de Santiago Mitre
  • En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui (1er film)
  • Lerd de Mohammad Rasoulof
  • Walking Past the Future de LI Ruijun
  • Jeune femme de Léonor Serraille (1er film)
  • Wind River de Taylor Sheridan (1er film)
  • Après la guerre d’Anarita Zambrano

Hors-Compétition :

  • Mugen Non Jûnin (Blade of the Immortal) de Takashi Miike
  • How to Talk to Girls at Parties de John Cameron Mitchell
  • D’après une histoire vraie de Roman Polanski
  • Visages, villages d’Agnès Varda & JR

Séances Spéciales : (Hors Compétition)

Cette année, les séances spéciales seront marquées par une orientation politique forte avec plusieurs projets évoquant notamment la crise migratoire.

  • Carré 35 d’Éric Caravacca
  • Une suite qui dérange, Le Temps de l’action de Bonni Cohen & Jon Shenk
  • 12 jours de Raymond Depardon
  • They d’Anahita Ghazvinizadeh
  • La Caméra de Claire d’Hong Sangsoo
  • Promised Land d’Eugene Jarecki
  • Napalm de Claude Lanzmann
  • Démons au Paradis de Jude Ratnam
  • Sea Sorrow de Vanessa Redgrave
  • Le vénérable W. de Barbet Schroeder

Les séances de minuit : (Hors Compétition)

Moins guindées, ces séances de minuit sont souvent l’occasion de faire la part belle à un cinéma de genre divertissant et original, marqué par l’émergence et la reconnaissance croissante du cinéma sud-coréen. Alors que l’an dernier, on avait projeté le huis-clos post-apocalyptique Dernier train pour Busan, cette année encore le festival réitère en programmant deux films sud-coréens ; une tendance d’ailleurs renforcée par la présence de Park Chan-Wook au sein du jury de la sélection officielle. La Corée du Sud, une nation qui a le vent en poupe chez les cinéphiles

  • The Villainess de Byung-Gil Jung
  • The Merciless de Sung-Hyun Byun
  • A Prayer Before Dawn de Jean-Stéphane Sauvaire

Séance des enfants :  Zombillenium d’Arthur De Pins et Alexis Ducord

Évènements 70ème Anniversaire :

  • Premiers épisodes de Top of the Lake – Saison 2 de Jane Campion & Ariel Kleiman
  • 24 Frames d’Abbas Kiarostami
  • 2 épisodes de Twin Peaks – Saison 3 de David Lynch
  • Nos années folles de André Téchiné
  • Djam de Tony Gatlif
  • Come Swim de Kristen Stewart (court métrage)

Réalité Virtuelle (Film / Installation / Exposition)

  • Carne y Arena d’Alejandro Iñarritu (installation de réalité virtuelle)

Séances événements :

Cette année, la Croisette choisit de rendre hommage à Abbas Kiarostami, artiste iranien décédé en 2016, dont les derniers travaux seront présentés lors d’une séance événement. Grande première également, la projection de deux séries (un phénomène qui confirme la montée en puissance du 8ème art, puisque s’est aussi crée plusieurs festivals consacrés au petit écran comme Cannes Séries dès 2018 ou encore le Festival International des séries de Lille). Une orientation qui laisse Thierry Frémaux sceptique mais qui témoigne de l’évolution des mœurs et de nos modes de consommation.

Cannes 2017 : la sélection de la 56e Semaine de la Critique

Après la consécration de Grave l’an passé, quel film fera le buzz cette année ? Impossible de le dire à l’heure actuelle, mais toujours est-il que cette sélection parallèle, fondée en 1962 et organisée par le syndicat français de la critique de cinéma, réserve souvent de belles surprises, en révélant les jeunes cinéastes du monde entier, d’Iñárritu à Jeff Nichols en passant par Desplechin ou Ozon, aujourd’hui habitués des sélections officielles.

LONGS MÉTRAGES :

  • Sicilian Ghost Story de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza – Film d’ouverture
  • La Familia de Gustavo Rondon Cordova (1er film)
  • Los Perros de Marcela Said
  • Oh Lucy ! de Atsuko Hirayanagi (1er film)
  • Gabriel e a Montanha de Fellipe Gamarano Barbosa
  • Ava de Léa Mysius
  • Tehran Taboo d’Ali Soozandeh – Film d’animation (1er film)
  • Makala d’Emmanuel Gras
  • Brigsby Bear de Dave McCary – Film de Clôture

COURTS MÉTRAGES :

  • Selva de Sofia Quirós Ubeda – Costa Rica/Argentine/Chili
  • Möbius de Sam Kuhn – États-Unis/Canada
  • Real Gods Require Blood de Moin Hussain – Royaume-Uni
  • Jodilerks de la Cruz, Employee of the Month de Carlo Francisco Manatad – Philippines/Singapour
  • Los desherrados (Les déshérités) de Laura Ferrés – Espagne
  • Ela – Szkice na Pozegnanie (Ela – Sketches on a Departure) d’Oliver Adam Kusio – Allemagne
  • Tesla : lumière mondiale de Matthew Rankin – Canada
  • Najpiękniejsze fajerwerki ever (The Best Fireworks Ever) d’ Aleksandra Terpinska – Pologne
  • Les enfants partent à l’aube de Manon Coubia – France
  • Le visage de Salvatiore Lista – France

Séances spéciales :

  • Une vie violente de Thierry de Peretti
  • Petit Paysan de Hubert Charuel (1er film)
  • After School Knife Fight de Caroline Poggi et Jonathan Vinel (court-métrage)
  • Coelho Mau (Mauvais lapin) de Carlos Conceição (court-métrage)
  • Les îles de Yann Gonzales (court-métrage)

Cannes 2017 : la sélection de la 49ème Quinzaine des Réalisateurs

Créée après les événements de mai 68 et organisée par la Société des Réalisateurs de Films, la « Quinzaine« , sélection non compétitive totalement indépendante du festival de Cannes, a aussi pour but de permettre la découverte de nouveaux talents. Parmi les cinéastes révélés par la Quinzaine, on peut citer Michael Haneke, les frères Dardenne ou encore Ken Loach, tous devenus depuis des poids lourds de la Croisette ! Cette année, la sélection sera marquée par la présence de plusieurs cinéastes américains « indés » anti-système mais également par la présence de l’Italie avec ses réalisateurs « néo-néo-réalistes ». Parmi les français, on retrouvera Bruno Dumont, qui revient un an après avoir concouru pour la Palme avec Ma Loute. Avec plusieurs comédies, un film zambien ou encore des transfuges du Festival de Sundance, la Quinzaine promet de faire souffler un vent de fraîcheur sur le tapis rouge ! 

LONGS MÉTRAGES :

  • Un beau soleil intérieur de Claire Denis – Ouverture
  • A Ciambra de Jonas Carpignano
  • Cuori Puri de Roberto De Paolis (1er film)
  • Alive in France d’Abel Ferrara
  • L’Amant d’un jour de Philippe Garrel
  • Bushwick de Cary Murnion & Jonathan Milott
  • Cœurs purs de Roberto De Paolis
  • The Florida Project de Sean Baker
  • Frost de Sharunas Bartas
  • I Am Not a Witch de Rungano Nyoni (1er film)
  • Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont
  • L’Intrusa de Leonardo Di Costanzo
  • La Defensa del Dragon de Natalia Santa (1er film)
  • Marlina Si Pembunuh Dalam Empat Babak de Mouly Surya
  • Mobile Homes de Vladimir de Fontenay
  • Nothingwood de Sonia Kronlund (1er film)
  • Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu
  • The Rider de Chloé Zhao
  • West of The Jordan River (Field Diary Revisited) d’Amos Gitai
  • Patti Cake$ de Geremy Jasper  (1er film)Clôture

COURTS MÉTRAGES :

  • Agua Mole de Laura Goncalves & Alexandra Ramires
  • Copa-Loca de Christos Massalas
  • Crème de Menthe De Philippe David Gagné & Jean-Marc E. Roy
  • Farpões, Baldios de Marta Mateus
  • La Bouche de Camilo Restrepo
  • Min Börda de Niki Lindroth Von Bahr
  • Nada de Gabriel Martins
  • Retour à Genoa City de Benoit Grimalt
  • Tangente de Julie Jouve & Rida Belghiat
  • Tijuana Tales de Jean-Charles Hue
  • Trešnje de Dubravka Turić

Séance de remise du Carrosse d’Or à Werner Herzog : Bad Lieutenant, Escale à la Nouvelle Orléans (2009). Récompense spéciale décernée depuis 2002 par la Quinzaine, le Carrosse d’Or mettra cette année à l’honneur le cinéaste allemand qui, pour l’occasion, a choisi que le festival projette une de ses œuvres les plus récentes (2009). Herzog succède à Aki Kaurismäki (2016), Jane Campion (2013), Jim Jarmusch (2008) ou encore David Cronenberg (2006).

Séance spéciale :  A Fabrica de Nada de Pedro Pinho

Cinéfondation 2017

Créée en 1998, Cinéfondation, la section cannoise réservée aux courts métrages, issus des nombreuses écoles de cinéma à travers le monde, a retenu 16 films (14 fictions et 2 animations). Trois Prix seront remis le 26 Mai prochain par un jury présidé par le réalisateur roumain Cristian Mungiu. Selon un communiqué de presse du Festival de Cannes « Cristian Mungiu partage avec le Festival une longue et brillante histoire (…). Ses œuvres ambitieuses examinent au scalpel la nature humaine avec une rare intelligence ». Cristian Mungiu est « l’examinateur rêvé pour faire passer le bac du Festival, c’est-à-dire la Cinéfondation et les courts métrages ». Pour Gilles Jacob, président de la Cinéfondation du Festival de Cannes, « la Cinéfondation a toujours donné aux jeunes cinéastes l’aide et la reconnaissance dont ils avaient besoin en tout début de carrière afin qu’ils s’expriment avec courage et qu’ils puissent trouver leur voie ».

  • Heyvan de Bahman Ark, Iran – 15′
  • Atlantída de Michal Blaško, Slovaquie -30′
  • Lejla de Stijn Bouma, Bosnie-Herzégovine – 22′
  • Vazio do lado de fora d’Eduardo Brandão Pinto, Brésil -22′
  • Tokeru d’Aya Igashi, Japon -45′
  • Afternoon Clouds de Payal Kapadia, Inde -13′
  • À perdre haleine de Léa Krawczyk, France -4′
  • Give up the ghost de Marian Mathias, U.S.A-13′
  • Paul est là de Valentina Maurel, Belgique -24′
  • Camouflage d’Imge Özbilge, Belgique -6′
  • Pequeño manifiesto en contra del cine solemne de Roberto Porta, Argentine -14′
  • Wild Horses de Rory Stewart, Royaume-Uni -26′
  • Láthatatlanul d’Áron Szentpéteri, Hongrie -32′
  • Deux égarés sont morts de Tommaso Usberti, France -27′
  • Yin shian bien jian gon lu de Wang Yi-Ling, Taïwan -28′

Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (ACID)

Présentée à Cannes depuis 1993, cette programmation repose sur la volonté des cinéastes de donner de la visibilité à des oeuvres et auteurs insuffisamment diffusées et favoriser leur accès aux écrans en leur accordant un suivi important. Lucas Belvaux, Serge Bozon, Yolande Moreau ou encore Justine Triet ont été révélés par l’ACID. Plus obscure que les autres sélections, l’ACID met cette année à l’honneur neuf films de tous horizons et consacre une séance spéciale à l’acteur français Vincent Macaigne, qui à ce titre n’a pas caché sa joie sur les réseaux sociaux, notamment Instagram !

LONGS MÉTRAGES :

  • L’Assemblée de Mariana Otero
  • Avant la fin de l’été de Maryam Goormaghtigh (1er film)
  • Belinda de Marie Dumora
  • Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête de Ilan Klipper
  • Coby de Christian Sonderegger (1er film)
  • Kiss and Cry de Lila Pinell et Chloé Mahieu (1er film)
  • Last Laugh de Zhang Tao (1er film)
  • Sans Adieu de Christophe Agou (1er film)
  • Scaffolding de Matan Yair (1er film)

Séance spéciale :  Pour le réconfort de Vincent Macaigne

ACID TRIP spécial Serbie : 

Petite nouveauté avec la création de la section « Acid Trip », qui donne cette année la carte blanche à la Serbie à travers une programmation exceptionnelle de deux longs et cinq courts.

  • Requiem pour Madame J. de Bojan Vuletic
  • L’Humidité de Nikola Ljuca
  • Dos Patrias de Kosta Ristic (court métrage)
  • Transition de Milica Tomovic (court métrage)
  • Sortie de secours de Vladimir Tagic´(court métrage)
  • A Handful of Stones de Stefan Ivancic´(court métrage)
  • IF I Had It My Way I Would Never Leave de Marko Grba Singh (court métrage)

De Henri-Georges Clouzot à Andrzej Wajda, Cannes Classics 2017 dévoile une belle édition de films à revoir en version restaurée

Depuis 2004, Cannes Classics se penche sur l’histoire du septième art et ses chefs-d’œuvre, qui ont fait la renommée du Festival. Les festivaliers pourront revivre des moments magiques de cinéma avec Blow-up de Michelangelo Antonioni (Grand Prix international du Festival en 1967), L’Homme de fer d’Andrzej Wajda (Palme d’or en 1981), Le Salaire de la peur d’Henri-Georges Clouzot (Grand Prix en 1953) ou encore la Ballade de Narayama de Shôhei Imamura (Palme d’or 1983). À noter parmi les films projetés en copie restaurée, Belle de jour de Luis Bunuel (1967), L’Atalante de Jean Vigo en 4K, Paparazzi de Jacques Rozier, un film de 18 minutes que le cinéaste viendra présenter lui-même ou encore Madame de M… de Max Ophuls (1953) dans une séance hommage à la légendaire comédienne Danielle Darrieux pour célébrer son 100e anniversaire, avec la dernière interview filmée de l’actrice française.

Comme chaque année, Cannes Classics honorera des documentaires. Après celui du cinéaste Bertrand Tavernier consacré au cinéma français, la Belgique sera à l’honneur avec le film-docu présenté en sélection officielle La Belge histoire du Festival de Cannes de Henri de Gerlache décrit comme « un road-movie joyeux à la découverte du cinéma belge présent à Cannes depuis 70 ans ». Henri Gerlache est l’auteur d’une vingtaine de documentaires, dont celui traitant de l’avion solaire de Bertrand Picard Les Ailes du soleil.

Au programme de cette édition 2017 Cannes Classics, section du festival dédiée à l’histoire du cinéma, 24 séances, ainsi qu’un court métrage et cinq documentaires consacrés au cinéma.

À l’occasion de la célébration de sa 70e édition, une brève histoire du Festival de Cannes

De 1946 à 1992, de René Clément à Victor Erice, seize films ayant marqué l’histoire du Festival.

  • 1946 : La Bataille du Rail (Battle of the Rails) de René Clément (1h25, France) : Grand Prix International de la mise en scène et Prix du Jury International.
  • 1953 : Le Salaire de la peur (The Wages of Fear) de Henri-Georges Clouzot (1952, 2h33, France, Italie) : Grand Prix.
  • 1956 : Körhinta (Merry-Go-Round / Un petit carrousel de fête) de Zoltán Fábri (1955, 1h30, Hongrie) : en Compétition.
  • 1957 : Ila Ayn? (Vers l’inconnu ?) de Georges Nasser (1h30, Liban) : en Compétition.
  • 1967 : Skupljači Perja (I Even Met Happy Gypsies / J’ai même rencontré des Tziganes heureux) d’Aleksandar Petrović (1h34, Serbie) : en Compétition, Grand Prix Spécial du Jury, Prix de la Critique Internationale- FIPRESCI ex-aequo.
  • 1967 : Blow-up de Michelangelo Antonioni (1966, 1h51, Royaume-Uni, Italie, États-Unis) : Grand Prix International du Festival.
  • 1969 : Matzor (Siege / Siège) de Gilberto Tofano (1h29, Israël) : en Compétition.
  • 1970 : Soleil O (Oh, Sun) de Med Hondo (1h38, Mauritanie, France) : Semaine de la Critique.
  • 1976 : Babatu, les trois conseils de Jean Rouch (1h33, Niger, France) : en Compétition.
  • 1976 : Ai no korîda (In the Realm of the Senses / L’Empire des sens) de Nagisa Oshima (1h43, France, Japon) : Quinzaine des Réalisateurs.
  • 1980 : All that Jazz (Que le spectacle commence) de Bob Fosse (1979, 2h03, États-Unis) : Palme d’or.
  • 1981 : Człowiek z żelaza (Man of Iron / L’Homme de fer) d’Andrzej Wajda (2h33, Pologne) : Palme d’or.
  • 1982 : Yol – The Full Version (The Way / La Permission) de Yilmaz Güney, réalisé par Serif Gören (1h53, Suisse) : Palme d’or, Prix de la Critique Internationale-FIPRESCI.
  • 1983 : Narayama Bushikō (Ballad of Narayama / La Ballade de Narayama) de Shôhei Imamura (2h13, Japon) : Palme d’or.
  • 1992 : El sol del membrillo (Le Songe de la lumière) de Victor Erice (2h20, Espagne) : Compétition, Prix du Jury, Prix de la Critique Internationale- FIPRESCI.
  • 1951-1999 : Une brève histoire des courts métrages présentés par le Festival de Cannes. Un programme préparé par Christian Jeune et Jacques Kermabon.

D’autres événements, d’autres films restaurés, d’autres invités

  • Madame de… de Max Ophüls (1953, 1h45, France)
  • L’Atalante de Jean Vigo (1934, 1h28, France) en copie restaurée 35mm
  • Native Son (Sang noir) de Pierre Chenal (1951, 1h47, Argentine)
  • Paparazzi de Jacques Rozier (1963, 18mn, France)
  • Belle de jour (Beauty of the Day) de Luis Buñuel (1967, 1h40, Espagne-France)
  • A River Runs Through It (Et au milieu coule une rivière) de Robert Redford (1992, 2h04, États-Unis)
  • Lucía de Humberto Solas (1968, 2h40, Cuba)

Documentaires sur le cinéma

  • La belge histoire du festival de Cannes (The Belgian’s Road to Cannes) de Henri de Gerlache (2017, 1h02, Belgique)
  • David Stratton- A Cinematic Life de Sally Aitken (2017, 1h37, Australie)
  • Filmworker de Tony Zierra (2017, 1h29, États-Unis)
  • Becoming Cary Grant (Cary Grant – De l’autre côté du miroir) de Mark Kidel (2017, 1h25, France)
  • Jean Douchet, l’enfant agité de Fabien Hagège, Guillaume Namur, Vincent Haasser (2017, 1h30, France)

 

Rédacteur