Equals, une romance dystopique avec Nicholas Hoult & Kristen Stewart

equals-affiche-film-ridley-scottEquals, plus qu’un film de SF, une histoire d’amour…

Ecrit par Nathan Parker et réalisé par Drake Doremus (Breathe In, Like Crazy), Equals a su se faire remarquer à la Mostra de Venise et au TIFF 2015 (Toronto International Film Festival) malgré des avis mitigés. Le casting réunit pourtant deux stars montantes du cinéma : Nicholas Hoult, remarquable dans Kill Your Friends et  Mad Max : Fury Road  et Kristen Stuart, longtemps stigmatisée par la saga Twilight mais véritablement révélée par Sils Maria et The Guard. On y retrouvera aussi Guy Pearce (Iron Man 3, Mildred Pierce) et Jacki Weaver (Happiness Therapy).

Produit par Ridley Scott, Equals raconte l’histoire de Nia (Kristen Stewart) et de Silas (Nicholas Hoult), deux travailleurs évoluant dans une dystopie futuriste où les émotions humaines ont été génétiquement éliminées. Jusqu’au jour où une maladie qui libère les émotions contamine nos héros. Ils doivent alors choisir soit de vivre avec ce secret au risque d’être découverts puis soigner, soit de fuir pour vivre leur amour en toute liberté.

equals-actualites-cinemaSi on pense immédiatement au film Equilibrium pour cet ascétisme, cette entrave des émotions, Equals se rapproche aussi de The Giver dans un style semble-t-il plus sobre, moins teen-movie. La bande-annonce diffusée hier nous laisse d’ailleurs présager le meilleur à travers ses images pâles et épurées qui ne seront pas sans rappeler l’atmosphère de The Island ou de Bienvenue à Gattaca. Une scène de réunion dans un amphithéâtre nous remémore en outre Divergente et pourrait nous amener à penser que Equals surfe dangereusement sur la vague des films de science-fiction à la mode, mélangeant dystopie et mièvreries.

Mais, encore une fois, la sobriété des images du trailer porté par la bande-son du groupe The Chromatics avec « Kill For Love », nous donne plutôt bon espoir. La bande-annonce est simple et efficace, silencieuse mais terriblement expressive. Elle joue sur le thème du film, le non-dit et se finit sur une voix-off : « Just remember what it feels like » ou « Rappelle-toi seulement de ce que l’on ressent ».

Gageons le film sera à la hauteur de ce que ces premières images nous annoncent :

Plus d'articles
l-oeuf-de-l-ange-cycle-apocalypse-film-critique
L’Œuf de l’ange (1985), de Mamoru Oshii : du déluge à l’apocalypse, une parabole biblique de l’humanité