lecritique-cineseries-bd-cover-(2)

CinéBD – Le critique de cinéma

[cinéBD] – Le critique de cinéma

Avant-propos : Depuis déjà 2 ans CineSeriesMag vous parle de cinéma et de séries, (c’est sûr qu’avec un nom pareil on ne va pas parler tuning). Au travers de critiques, d’actus, d’interviews, de portraits et de jeu-concours follement amusants, nous essayons de partager au maximum notre passion de l’image qui bouge et qui fait du bruit. Le texte c’est chouette, mais il y a de multiples façons de parler de cinéma : par écrit, en soirée avec des potes, au bar, dans la rue, dans les montagnes russes, dans la salle de bain etc. Nous aurions pu nous lancer dans l’aventure Vidéo, pour engranger des likes et des pouces colorés… Mais on a trouvé encore mieux: la bande-dessinée (parfois vulgairement appelée « roman graphique »)! Car s’il y a quelque chose que l’on aime autant que le cinéma et les smoothies à la banane c’est cet autre art de la narration par l’image.

En collaboration avec Karton-karton, un nouveau blog BD qui gagnera à être connu, nous vous proposerons mensuellement (ou presque) des petites chroniques illustrées avec goût qui aborderont différents aspects du cinéma, déconstruits avec distance, humour et ironie, dans la pure tradition de l’humour glacé et sophistiqué (des fois que l’on nous reproche de ne pas être drôle, au moins nous sommes couverts). Les thèmes seront les plus variés possibles : un genre cinématographique, un métier particulier, un film… Bref le sujet qui nous inspirera en temps et en heures, en espérant que cela vous plaise. Et quoi de mieux pour commencer que de tendre tout de suite le bâton pour se faire battre, en abordant d’entrée de jeu ce fabuleux métier qu’est celui de critique de cinéma.

Ceci n’a pour seul but que de divertir et n’est pas a prendre totalement au sérieux.
Merci de votre attention et bonne lecture (promis les prochaines seront moins longues avec des lettres plus grosses).

lecritique-cineseries-bd

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
prince-des-ténèbres-john-carpenter-donald-pleasence-critique-film
Prince des ténèbres : l’horreur, entre Lovecraft et la physique quantique