state-of-grace-movie-Short-of-term-12-film-Destin-Cretton-critique-avec-brie-larson

States of Grace, un drame humain et poétique de Destin Cretton

La nouvelle perle du cinéma indépendant américain, States of Grace est un beau film lumineux, drôle et délicat campé par une Brie Larson éblouissante.

Après I’m not a hipster, un premier film apprécié au Festival de Sundance, Destin Daniel Cretton revient avec un second long métrage, State of Grace, adapté d’un court métrage inspiré de sa propre histoire d’éducateur dans un centre similaire à celui de Short Term 12. Un film auréolé d’une jolie réputation acquise tout au long des festivals indépendants, ce second film aborde les blessures ouvertes, ses petits cratères de l’âme formés durant l’enfance qui une fois adulte vous empêche d’être une grande personne capable de faire face aux difficultés de la vie et de réaliser vos rêves…

Un petit bijou de portraits délicats et subtils…

Avec finesse, tact et sincérité, States of Grace nous plonge dans le quotidien d’un refuge pour adolescents hypersensibles en proie aux souffrances causés par les abus aussi bien mentaux que physiques. Un récit centré sur deux jeunes éducateurs dévoués, Mason (John Gallagher Jr.) et Grace (Brie Larson), une jeune femme fissurée cachant un secret douloureux… Une histoire où s’ancre des éléments sombres, durs comme la maltraitance de Jayden par son père et ses conséquences la scarification sans tomber dans le piège du pathos, du sordide où de la lourdeur.

Bien que l’on puisse assister à des scènes dures, le ton est allégé par des touches d’humours, notamment celui de l’un des éducateurs et la maladresse du nouvel employé un peu dépassé par les crises de ses adolescents déphasés. La force de States of Grace réside dans ce portrait d’ados blessés, désabusés criants leurs détresses comme le fait Marcus dans un rap empreint de rage. Une scène poignante, comme avec celle ou Jayden raconte à Grace, à travers un conte de fées dérangeant son histoire, apposant ainsi une gravité réelle à ce film Indé Us typique au style quasi-documentaire, sa musique singulière et sa photographie très lumineuse.

States of Grace regarde à travers les yeux de ses adolescents écorchés des tranches de vie avec une grande simplicité, réalisme tout en délivrant ses messages avec une grande douceur et une honnêteté certaine. Les personnages sont interprétés avec intensité, *Brie Larson (que l’on a pu voir notamment dans Don Jon, The Spectacular Now et la série United States of Tara.) nous offre une performance à la fois d’une grâce fragile et forte d’où le sentiment d’un film émotionnellement envoûtant.

Bien sur la thématique n’est pas révolutionnaire, et la réalisation caméra à l’épaule peut déstabiliser mais dans l’ensemble States of Grace offre des moments de magie porté par des personnages attachants et pleins de vie.

Un grand film rempli d’humanité grâce à un parfum d’authenticité, à court terme 12 (Short Term 12, titre original du film) traite avec bienveillance des différentes problématiques et de la question de ce qu’il y a après le passage dans ce type de centre… States of Grace est simplement un beau film poétique, toute en retenue mis en scène dans un style épuré, une petite perle cinématographique que ce gros coup de cœur de Deauville 2013. Destin Cretton est un réalisateur à suivre, on attend donc son prochain film qui se fera avec Jennifer Lawrence…

Synopsis : Sensible et déterminée, Grace est à la tête d’un foyer d’accueil pour adolescents en difficulté, le Short Term 12. Parmi les jeunes membres de son équipe, diversement expérimentés, la solidarité et le bon esprit sont de mise. Jusqu’à l’arrivée soudaine de Jayden, une ado surdouée et tourmentée qui ignore les règles du centre et renvoie Grace à sa propre adolescence… pas si lointaine.

States of Grace : Bande-annonce

 Fiche technique : States of Grace

Titre original : Short Term 12
Réalisateur(s) : Destin Cretton
Scénariste(s) : Destin Cretton
Casting : Brie Larson (Grace), John Gallagher Jr. (Mason), Kaitlyn Dever (Jayden), Rami Malek (Nate), Keith Stanfield (Marcus), Kevin Hernandez (Luis), Melora Walters (Dr. Hendler), Alex Calloway (Sammy) and Stephanie Beatriz (Jessica)
Musique : Joel P Ouest
Récompense : Prix d’interprétation féminine aux Festival International du Film de Lorcano 2013 pour Brie Larson
Genre : Drame
Durée: 96
Date de sortie : 23 avril 2014

Etats-Unis – 2013

 

Plus d'articles
dark-waters-dvd-todd-haynes-mark-ruffalo-2019
Sortie en DVD de Dark Waters, de Todd Haynes : pour que justice soit faite