Séduis-moi si tu peux ! de Jonathan Levine : Le pour/contre de la rédaction

Séduis-moi si tu peux ! est la nouvelle comédie romantique américaine sur les écrans depuis le 15 mai. Porté par le duo Charlize Theron et Seth Rogen, le film divise la rédaction du Mag du Ciné

[Pour/Contre] Séduis-moi si tu peux ! de Jonathan Levine

POUR :

Drôle de paradoxe. À la lecture d’un titre français pareil – très mauvais choix au passage – l’énième comédie américaine en pilote automatique semblait pointer le bout de son nez. Grand mal nous fasse ! Séduis-moi si tu peux est une franche comédie, féministo-romantique, qui a plus d’un tour dans son sac et qui dévoile beaucoup d’atouts de séduction, pour ce qui est une comédie US haut du panier.

Et c’est celui à qui l’on doit les étranges réussites Wackness et 50/50, entre autres, Jonathan Levine qui est à la barre. Il retrouve pour la troisième fois Seth Rogen, plus en forme que jamais, avec un rôle sculpté sur mesure pour le bonhomme, à savoir un journaliste intègre et chômeur – ça fait sens – coincé dans les 90’s pour tout ce qui est vestimentaire. Séduis-moi si tu peux séduit justement parce qu’il joue sur les antagonismes ; une histoire de belle et de bête. La belle est candidate à l’élection présidentielle, elle est inaccessible. La bête, on la connaît. Les contraires s’attirent, comme souvent dans la romcom américaine. Ici, cette opposition sert de ressort comique inépuisable et le réalisateur fonce, dès qu’il le peut, dans l’humour tantôt trash, tantôt potache avec un réel sens du rythme, du dosage et des dialogues. Ça fait souvent mouche et le film déjoue la carte glamour avec panache. C’est certes inégal dans les propositions mais il y a une vraie générosité et une volonté de diversifier les registres comiques. Mais ce n’est pas tout, L’autre versant intéressant proposé, c’est la manière de renverser les rapports de domination, de déconstruire toute la mécanique sexiste qui opère dans les milieux sociaux, médiatiques et politiques. C’est effectué avec la subtilité d’une tractopelle mais ça égratigne comme il le faut et surtout, il y a du plaisir. Servi par un duo aussi improbable qu’imparable, Séduis-moi si tu peux offre une comédie généreuse et hilarante. Séduction accomplie.

Jonathan Rodriguez

CONTRE :

Loin d’avoir une carrière probante, Jonathan Levine a quand même livré quelques jolies surprises à ses débuts, avec des choix de films assez éclectiques et plutôt bien tenus. Au fil des années, il s’est spécialisé dans la comédie U.S avec tous les clichés que cela incombe, devenant de plus en plus insipide. Long Shot (ou Séduis-moi si tu peux ! de son atroce titre français) ne fait pas exception et Levine finit même par totalement tomber dans l’indigence de son absence de style. Se laissant bouffer par la présence de Seth Rogen, le film sera à l’image que veut renvoyer l’acteur, à savoir son humour un peu lourd et gras et sa bien-pensance moralisatrice très complaisante.

Car ici Long Shot reste une romcom des plus classique même s’il essaie aussi de se donner la forme d’une satire politique grinçante. Mais le scénario s’avère incroyablement sage et conciliant sur ce point, ne venant jamais pleinement aborder les problèmes politiques actuels. Au final, il se fera bien plus mordant et pertinent dans ses piques lancées à l’encontre du monde du showbizz que dans le sujet qui était censé être le cœur de son récit. Surtout que sa vision de la politique est assez hypocrite, tombant de façon problématique dans les dérives qu’il s’amuse pourtant à dénoncer. Chose qui va même venir l’affecter sur sa vision féministe qui se veut résolument moderne par son aspect militant. Le problème étant que l’on reste face à un film fait par des hommes qui abordent cela avec une lourdeur et une indécision qui va finalement tomber dans les clichés sexistes.

L’aspect comédie romantique s’avèrera tout aussi mollasson tant il suit les codes du genre à la lettre, préférant l’humour bas du front plutôt que de tenter de jouer des rouages de ce type de comédie. Mais le vrai problème est l’absence d’alchimie entre Seth Rogen et Charlize Theron. L’actrice arrive à s’amuser et fait preuve d’un naturel rafraîchissant qui cache un peu la volonté première d’un tel rôle, à savoir la montrer dans un contexte plus « ordinaire » et dans des situations improbables menées avec humour afin de lui donner une image plus accessible. Ce qui est au final le parcours narratif de son personnage, la figure politique parfaite qui remet petit à petit les pieds sur terre. Seth Rogen quant à lui reste égal à lui-même, même si son lui-même se montre incroyablement mauvais lorsqu’il doit jouer une partition plus sérieuse. Long Shot échoue donc dans quasiment tous ces aspects et malgré ses envies de modernités il s’impose comme une comédie sentimentale vieillotte qui au lieu de jouer des clichés et de l’actualité, tombe dans un classicisme ennuyeux et gênant. Avec sa réalisation insipide, son écriture peu inspirée et son casting en demi-teinte, sa plus grande erreur sera d’être au final une belle leçon de mansplaining à l’ancienne plutôt que la romcom féministe new age qu’il aimerait faire croire d’être.

Frédéric Perrinot

Synopsis : Fred, un journaliste au chômage, a été embauché pour écrire les discours de campagne de Charlotte Field, en course pour devenir la prochaine présidente des Etats-Unis et qui n’est autre… que son ancienne baby-sitter ! Avec son allure débraillée, son humour et son franc-parler, Fred fait tâche dans l’entourage ultra codifié de Charlotte. Tout les sépare et pourtant leur complicité est évidente. Mais une femme promise à un si grand avenir peut-elle se laisser séduire par un homme maladroit et touchant ?

Séduis-moi si tu peux ! – Fiche Technique

Réalisation : Jonathan Levine
Scénario : Dan Sterling, Liz Hannah
Interprétations : Charlize Theron, Seth Rogen, O’shea Jackson Jr., June Diane Raphael
Distributeur : SND
Durée : 2h05
Genre : Comédie
Date de sortie : 15 mai 2019
États-Unis

Plus d'articles
park-sofia-exarchou-sortie-dvd
Park, de Sofia Exarchou : une jeunesse perdue dans une Grèce en ruines