pierre-lapin-peter-rabbit-will-gluck-james-corden-film-critique

Pierre Lapin : le héros culte de Beatrix Potter enfin au cinéma

Pierre Lapin, le personnage culte de la littérature enfantine, créé par Beatrix Potter, est la star de ce long-métrage mêlant scènes de prises de vue réelles et animation.

Synopsis : Pierre Lapin croyait s’être débarrassé de son pire ennemi, M. McGregor. Mais un de ses descendants, Thomas McGregor, un Londonien qui se réfugie à la campagne, va alors bouleverser ses plans… Comment voler les légumes du potager ? Comment détruire l’homme qui s’intéresse à la charmante voisine Bea, la grande protectrice des animaux ?

La star de la littérature enfantine, Beatrix Potter, avait publié le conte The Tale of Peter Rabbit en 1902, qui rencontra à sa sortie un immense succès dans les librairies. Il avait déjà été au cœur de plusieurs adaptations destinées pour la télévision. Pierre Lapin représente alors officiellement sa première adaptation cinématographique. Alors qu’on pouvait craindre le pire, l’ensemble est plutôt sympathique malgré quelques évidents défauts.

pierre-lapin-peter-rabbit-will-gluck-domhnall-gleeson-james-corden-film-critique.jpg

L’esprit de Beatrix Potter, précurseur de la « fantasy animalière » n’est jamais bien loin dans cette adaptation pourtant plus moderne. L’équipe du film a travaillé avec une filiale de Penguin Random House, à l’origine des premières publications de Pierre Lapin. Certaines scènes ont aussi été tournées dans le Lake District, une région aux paysages sublimes où l’écrivaine a vécu et qui a considérablement influencé ses œuvres. La mise en abyme même avec l’auteure elle-même, interprétée par une pétillante Rose Byrne (Sunshine), est plutôt intéressante. On retrouve ce qui aurait poussé Potter à créer ses œuvres littéraires tout comme on s’amuse à détourner par moments son talent pour le dessin. En parlant de dessin, la scène de flashbacks inspirée des dessins en aquarelle de Potter est une des bonnes surprises de ce long-métrage. Surtout, le rapport entre les humains et les animaux n’est jamais édulcoré. Pour toutes ces raisons évoquées, le film mérite d’être vu en partie pour les efforts à retrouver l’âme des textes de Potter.

Pierre Lapin gagne aussi quelques points concernant l’exposition des personnages. Ainsi, le personnage principal est de plus en plus antipathique au fur et à mesure qu’on avance dans le récit alors que le « méchant » de l’histoire, interprété par un charismatique Domnhall Gleeson (Brooklyn) devient attachant. C’est une bonne chose de présenter un schéma narratif peu habituel dans le cadre d’un film adressé à un très jeune public. Concernant cette relation entre l’animal et Thomas McGregor, qui a le mérite de faire naître quelques gags plutôt sympathiques, le film évite donc un certain manichéisme. Cela dit, il ne faut pas se leurrer : si le film a le mérite de ne pas prendre les enfants pour des débiles comme le font trop de longs-métrages grand public, il reste avant tout destiné pour eux, surtout en ce qui concerne l’humour. Les adultes pourront surtout se raccrocher à la lecture éventuellement plus adulte, présente avant tout originellement dans les œuvres de Beatrix Potter, et non au film en lui-même.

pierre-lapin-peter-rabbit-will-gluck-rose-byrne-james-corden-film-critiqueSi les paysages naturels sont magnifiés, les scènes d’animation sont en revanche rarement convaincantes. Les animateurs ont beau avoir tout fait pour humaniser les animaux en leur attribuant des mouvements expressifs, le rendu reste assez laid, ne se fondant pas toujours bien avec l’arrière-fond réel. Cela est particulièrement dommage pour le travail de doublage, le casting vocal original (James Corden, Daisy Ridley…) correspondant plutôt bien aux expressions des animaux. Pour ne rien arranger, les acteurs (et en particulier leurs regards) ne sont pas toujours en cohésion avec ces animations de synthèse. De plus, les chansons sont tout simplement insupportables. Entre le délire de fan de pop et le panneau publicitaire, on a l’impression qu’elles déboulent dans nos oreilles au moindre prétexte, en ayant aucun rapport direct avec les scènes.

Pierre Lapin est certainement un film oubliable mais qui n’a rien de honteux et fera certainement plaisir aux enfants. Peut-être un peu moins aux grands.

Pierre Lapin : Bande Annonce

Pierre Lapin : Fiche Technique

Réalisation : Will Gluck
Scénario : Will Gluck et Rob Lieber
Interprètes : Domhnall Gleeson, Rose Byrne, Sam Neill, Marianne Jean-Baptiste…
Voix originales : James Corden, Daisy Ridley, Margot Robbie, Elizabeth Debicki, Sia…
Voix françaises : Philippe Lacheau, Julien Arruti, Elodie Fontan…
Producteur : Will Gluck et Zareh Nalbandian
Société de production : Olive Bridge Entertainment, Animal Logic Entertainment
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Durée : 90 mn
Genre : Comédie familiale
Date de sortie : 4 avril 2018

Royaume-Uni, Australie, Etats-Unis  – 2018

Redactrice CineSeriesMag
Plus d'articles
nouveau-monde-terrence-malcik-colin-farrell-critique-film
Le Nouveau Monde, épopée continentale et intimiste