new-york-begin-again-critique-film-Keira-Knightley

New York Melody, de John Carney : Critique du film

Le réalisateur Irlandais Jim Carney, peu connu jusqu’ici, avait déjà réalisé en 2006 la comédie romantique Once. Avec New York Melody, il revient sur le thème d’une rencontre amoureuse liée par la passion de la musique, dans le décor de la Grosse Pomme. Avec ses apparences de comédie romantique naïve, le film appartient plutôt au style « feel good movie », dans sa manière plus profonde et moderne d’aborder la complexité des relations amoureuses.

Synopsis : Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse. Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie. Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique. Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons…

New York Melody de John Carney  : une ballade musicale dans les rues de New-York

Malgré une histoire un peu décousue au début, on assiste à la rencontre romantique de Dan (Mark Ruffalo) et Gretta (Keira Knightley) grâce à une chanson. Pour mieux ensuite revenir sous forme de flash-back sur les erreurs et déceptions sentimentales et professionnelles. Un traitement de scénario original, qui ne se risque pas de plomber l’enjeu principal avec trop de romantisme ou de dramatique. Les deux protagonistes vont s’unir dans leur malheur en relevant le pari fou de produire, sans aucuns moyens financiers, leur propre démo musicale au milieu des rues de New York. Avec joie, on retrouve un ton bobo, dans les décors vifs des cafés, des rues, et du métro new-yorkais.

Musique authentique des rues new-yorkaises

A voir, mais aussi à écouter. Les mélomanes seront ravis par l’efficacité de la bande originale qui parvient à mélanger pop traditionnel, hip-hop de rue et nouveau rock. La musique nous fait ressentir les émotions du film, dont les titres sont performés par les acteurs eux-mêmes, les paroles remplaçant les dialogues. On se sent inspiré par l’ambiance musicale – comme à la sortie de Inside Lewyn Davis -, nous donnant envie de réécouter ces titres et de se mettre à la musique de rue.

Un casting pinçant et réussi

Révélation en tant qu’acteur d’Adam Levine, chanteur du groupe Maroon 5, qui met à profit ses talents musicaux en interprétant l’ex de Gretta, aveuglé par son succès montant. Keira Knightley révèle à son tour ses talents, mais dans la chanson. Elle interprète en personne les morceaux du film ; le rôle lui va à ravir quand on sait qu’il était initialement prévu pour Scarlett Johanson. Quand à Mark Ruffalo, il est méconnaissable avec son look débraillé de producteur à la dérive et baigné dans l’alcool. Il réussit tout de même à faire de son personnage un homme attachant qui veut se racheter. Sans oublier la présence de Cee Lo Green.

Une B.O. indissociable des sentiments du film

Le milieu musical est traité de manière sérieuse et réaliste, loin des paillettes et du glamour de la scène. Dans ce film, on aborde la difficulté pour les vrais artistes de se produire dans ce milieu régi par l’argent. On a l’exemple de ces deux genres d’artiste : Dave, qui a mis de côté ses valeurs musicales pour la gloire et la frénésie du public, et Gretta, qui compose par passion et par besoin de s’exprimer, sans prétention aucune, ni besoin de reconnaissance.

L’amour renouvelé

Pour mieux comprendre le sens du film, il faut mieux se référer au titre original Begin Again, qui nous incite à repartir de zéro. Particulièrement dans le personnage de Dan, alcoolique et dépressif, on voit ce changement évolutif guidé par l’étincelle musicale. Pour se relancer dans la production musicale, il a besoin de mettre ses erreurs passées de côté, et se racheter une conduite en tant que père, mari et producteur. Cela va dans l’acceptation que le temps passe, nous fait évoluer et changer. Au même rythme que les tendances musicales, il faut faire avec son temps pour avancer dans la vie.

Avec New York Melody, on fait face à ces nouvelles comédies romantiques progressistes, loin des clichés servis habituellement par les rom-coms. Grace à une fin inattendue, le spectateur repart avec un esprit frais et vivifiant, tout en gardant les oreilles bercées par « Lost Star ». Une comédie musicale parfaite pour l’été !

Fiche Technique – New York Melody

Réalisateur : John Carney
Titre original : Begin Again
Acteurs : Mark Ruffalo (Dan), Keira Knightley (Gretta), James Corden, Hailee Steinfeld (Violet), Adam Levine (Dave)
Genre : Drame, Romance, Comédie musicale
Musique : Gregg Alexander
Nationalité : Américain
Date de sortie : 30 juillet 2014
Durée : 1h44mn

Auteur de la critique : Céline Lacroix

Plus d'articles
La-Vengeance-d-un-acteur-Combo-Blu-ray-DVD
« La Vengeance d’un acteur » : le théâtre de la vie