how-i-live-now.film-Kevin-Macdonald-avec-Saoirse-Ronan-critique-cinema

How I Live Now (Maintenant c’est ma vie) de Kevin Macdonald : Critique du film

How I Live Now, un road movie initiatique

Tout commence par l’arrivée de Daisy, (interprété par la jeune actrice de 19 ans, Saoirse Ronan que l’on a vu voir dans les âmes vagabondes et Hanna) une jeune adolescente, au look un brin gothique et quelque peu hautaine chez ses cousins anglais, qui vivent dans une grande maison désordonnée en pleine campagne. Peu à peu la vie de ses enfants livrés à eux-mêmes, dormant sous les étoiles, se nourrissant de chasse et de pêche et profitant pleinement de la campagne alentour dans le rire et la joie touche l’adolescente vulnérable, qui va aussi vivre ses premiers émois avec l’aîné de ses cousins, Eddie.

Un bonheur bucolique, une vie hippie, libre souligné par une magnifique photo, une parenthèse enchantée quand brusquement éclate la 3ème guerre mondiale. En effet une bombe nucléaire explose à Londres marquant le début d’un bouleversement pour ses enfants que des soldats vont séparer en les envoyant dans un camp. Daisy et Piper, sont emmenées dans un camp alors que les deux garçons, Isaac et Eddie, dans un autre, les filles se libèrent et jurent de tout faire pour retrouver les garçons.

A partir de ce moment, le ton du film change pour devenir très proche de celui des Fils de l’homme ou de La Route, les protagonistes deviennent les témoins de la troisième guerre mondiale dans une atmosphère réaliste, par petite touche, sans en rajouter cette catastrophe devient une partie intégrante du récit. C’est là que l’on se rend compte que le cinéaste Kevin Macdonald maitrise la construction des univers, l’angoisse, le caractère glaçant, lugubre est peint avec maestria. Les conséquences de l’horreur se traduisent pas des séquences comme celle du nuage de poussière, les comprimés qui doivent être utilisés pour désinfecter toute l’eau potable…Une immersion naturelle, sans montrer de grands combats, les sentiments provoqués chez le spectateur devant cette violence est d’autant plus angoissante, un réalisme d’une justesse incroyable qui prouve que l’on peut faire des films post-apocalyptiques sans avoir besoin d’en rajouter.

La guerre est filmée comme une ombre menaçante, d’images aux couleurs saturées, on passe dans la seconde moitié à des couleurs plus sombres…La vision du conteur Kevin Macdonald consiste à utiliser le cadre d’une monde post-apocalyptique, pour narrer un parcours initiatique, en articulant son film autour de la fragile Daisy Piper.

How I Live Now est récit filmé comme un road movie initiatique sur l’enfance/ l’adolescence d’une sombre poésie, sans concession, audacieux, même si de grosses zone d’ombres existent dans le scénario, notamment concernant les attaques soudaine, ce long métrage est une réflexion sur notre monde, une métaphore passée par l’amplificateur de la 3ème guerre mondiale.

Un beau film étrange, mélancolique porté par un casting délivrant une prestation plus que convaincante, une photographie léchée et une belle bande originale avec notamment des chansons du groupe de folk rock Fairport Convention, Daughter ou encore Natasha Kahnaka Bat For Lashes, une musique qui tel un écho enveloppe l’ambiance onirique et cruelle de ce film..

Synopsis : Daisy, une adolescente new-yorkaise, passe pour la première fois ses vacances chez ses cousins dans la campagne anglaise. Rires, jeux, premiers émois… Une parenthèse enchantée qui va brutalement se refermer quand éclate sur cette lande de rêve la Troisième Guerre Mondiale…Pour son onzième long métrage, Kevin McDonald, et après le succès du film Le Dernier Roi d’Ecosse adapte le roman  de Meg Rosoff, « How I Live Now », traduit en français par  « Maintenant c’est ma vie ».

Fiche technique : How I live Now

Titre français : Maintenant c’est ma vie
Titre original : How I Live Now
Réalisateur : Kevin Macdonald
Scénario : Jeremy Brock, Tony Grisoni
Casting : Saoirse Ronan: Daisy, George MacKay: Eddie, Tom Holland: Isaac, Anna Chancellor: Aunt Penn, Danny McEvoy: Joe, Jonathan Rugman: journaliste, Darren Morfitt: Sergent, Anna Chancellor: Tante Penn
Genre : Action, Drame, Science fiction
Durée : 1h46
Sortie en salle : 12 Mars 2014
Nationalité : Britannique
Musique : Jon Hopkins
Photographie : Franz Lustig
Montage : Jinx Godfrey
Décors : Jacqueline Abrahams

 

Plus d'articles
gremlins-film-salle-cinema
Les scènes se déroulant dans une salle de cinéma : Holy Motors, Vivre sa vie, Gremlins…