L’Éveil d’Edoardo, un film de Duccio Chiarini : critique

[Critique] L’Éveil d’Edoardo

Synopsis : Eduordo, adolescent de 17 ans timide et sensible passe l’été sur la côté italienne. Il retrouve Bianca, son amie d’enfance revenue pour les vacances et pour Edoardo a une affection sincère et Arturo, son meilleur ami, lourdaud et grossier. Les deux garçons nouent des liens avec les filles, chacun à leur manière, et si Arturo effraie ces demoiselles, la gentillesse et la finesse d’Edoardo les attirent. Pourtant, le jeune homme souffre d’un phimosis, une malformation bénigne du prépuce qui le handicape dans ses relations…

L’Éveil d’Edoardo est une comédie romantique italienne qui nous invite avec beaucoup d’émotion et tendresse dans l’adolescence. Ce film est le premier long métrage de Duccio Chiarini, réalisateur de Hit The Road, Nonna, un documentaire sur sa grand-mère sélectionné à la Mostra de Venise en 2011. L’Éveil d’Edoardo (Short Skin) raconte non seulement l’éveil sexuel d’Edoardo (Matteo Creatini, touchant dans ce rôle), un adolescent timide, sensible et intelligent mais il explore aussi le passage à l’âge adulte, l’éveil à la vie, à la liberté.

 L’éveil à la sexualité

La première scène de L’Éveil d’Edoardo nous plonge d’emblée dans le vif du sujet : quelques années plus tôt, les parents d’Edoardo tentent, dans la douleur, de « nettoyer » le prépuce de leur fils. Une histoire de famille, semble-t-il, puisque la petite sœur assiste à la scène. Cette situation montre la proximité entre les membres de la famille mais elle marque aussi le début d’une longue période de douleur et de honte pour le jeune Edoardo.

La scène suivante du film nous projette une dizaine d’années plus tard, au moment de l’adolescence, période cruciale où cette gène physique va devenir un réel handicap pour Edoardo. L’été de sa dix-septième année, la sexualité est omniprésente : dans le discours de son camarade Arturo (Nicola Nocchi), dans le regard des jeunes filles qu’il côtoie, dans les relations et les propos des parents, jusqu’à la saillie de son propre chien ! Le sexe est sur toutes les lèvres, même celles de la petite sœur d’Edoardo qui, de son côté, transite de l’enfance vers l’adolescence.

Pour certains comme Arturo, l’acte sexuel est synonyme d’obscénités et les références pornographiques abondent (films, prostitutions, objets transitionnels). Pour d’autres comme les parents d’Edoardo, le sexe symbolise la trahison, la tromperie tandis que pour Edoardo, il est idéalisé car inaccessible et représentatif de son premier amour, Bianca (Francesca Agostini).

Le passage à l’âge adulte

L’Éveil d’Edoardo est avant tout une transition de l’adolescence vers l’âge adulte faite de prises de conscience (les faiblesses des parents d’Edoardo), d’autonomie et de responsabilités (le rendez-vous médical et l’opération, les aveux…). Cette période de la vie est particulièrement difficile car elle se traduit par des expériences délicates qui mènent parfois à des erreurs ou à des peines de cœur. La sensibilité d’Edoardo rend ce personnage d’autant plus touchant car il ressent une réelle empathie à l’égard des autres, qu’il s’agisse des filles ou de ses parents. Il est soucieux du ressenti d’autrui et des conséquences de ses actes, notamment avec Elizabetta (Mariana Raschillà), une jeune fille amoureuse de lui – preuve d’une grande intelligence qui sera accentuée par la scène des mots-croisés, lorsque Edoardo aide la grand-mère de Bianca.

Peu à peu, l’adolescent va prendre confiance, prendre des initiatives, bonnes ou mauvaises, avouer ses sentiments, avouer son handicap. Loin de décrire une adolescence rebelle, L’Éveil d’Edoardo capture une tranche de vie riche en émotions de toutes sortes. Le spectateur suit le jeune Edoardo de près, avec des plans serrés sur son corps fragile et gracile d’enfant qui a grandi trop vite. S’en est presque dérangeant d’intimité, de par ces corps nus et ce handicap, dérangeant de fragilité et de maladresse mais, c’est aussi très émouvant et tendre.

Chaque situation gênante se mue finalement en un acte pur et noble : en témoigne la rencontre éducative avec la prostituée, maternelle et rassurante, et cette volonté d’Edoardo de se garder pour celle qu’il aime. Car le jeune homme a des principes moraux très forts et la volonté de faire les bons choix. De ses erreurs, Edoardo tire une réflexion, se remet en question, s’assume. C’est un véritable parcours initiatique estival. On le voit changer d’avis à propos de son handicap et changer de statut dans ces relations. Edoardo se transforme, grandit, s’éveille à la vie, s’ouvre à l’avenir, s’épanouit. Libéré de ses complexes et de ses peurs, il devient autonome et prend son envol vers une vie étudiante loin du foyer : la fin d’une étape, le début d’une autre. Comme un éveil à la vie adulte.

Fiche technique : L’Éveil d’Edoardo

Acteurs : Matteo Creatini, Francesca Agostini, Nicola Nocchi, Miriana Raschillà, Bianca Ceravolo, Bianca Nappi,
Réalisation :Duccio Chiarini
Scénario : Duccio Chiarini, Ottavia Madeddu, Marco Pettenello, Miroslav Mandic
Chef opérateur : Baris Ozbicer
Ingénieur son : Lacopo Pineschi
Décors : Ilaria Fallacara
Costumes : Ginevra De Carolis
Musique : Woodpigeon
Montage : Roberto Di Tanna
Producteurs : Babak Jalali, Duccio Chiarini
Vendeurs internationales : FILMS BOUTIQUE

Plus d'articles
Steve-Bannon-critique-livre
« Steve Bannon : l’homme qui voulait le chaos » : le stratège populiste