la-malediction-de-la-dame-blanche-de-michael-chaves-critique-une

La Malédiction de la Dame Blanche : mise en bouche mitigée à Conjuring 3

Avant de s’attaquer à Conjuring 3 et de remplacer le très talentueux James Wan, le réalisateur Michael Chaves gratifie la saga d’un nouveau spin-off avec La Malédiction de la Dame Blanche. Un film d’horreur certes efficace mais classique comme ce n’est plus permis.

Synopsis : 1973, Los Angeles. Après que les garçons d’une mère de famille, accusée de maltraitance, sont retrouvés noyés, Anna, une assistante sociale, et ses deux enfants se retrouvent poursuivis par un spectre blanchâtre connu sous le nom de la Dame Blanche. Voulant à tout prix éviter que le démon ne vienne lui enlever ses enfants et ne les tue, Anna devra faire confiance à un ancien prêtre pour que la Dame Blanche disparaisse…

 

Ce fut un sacré coup de poker pour James Wan. En effet, personne n’aurait misé sur un univers cinématographique horrifique, et ce même si nous vivons à une époque où pullulent sur nos écrans les Marvel, DC Entertainment, Star Wars et autres Transformers. Surtout que sur le papier, rien ne laissait envisager que Conjuring premier du nom donnerait naissance à une saga aussi florissante, qui accumule désormais suites (Conjuring 2) et spins-off (Annabelle 1 et 2, La Nonne). Et pourtant, la franchise se poursuit en cette année 2019 avec ce nouveau film dérivé, à savoir La Malédiction de la Dame Blanche. Un long-métrage qui, jusque-là, était considéré comme un nouveau titre d’horreur avant de dévoiler son appartenance à la série. Mais qui, surtout, se devait de révéler au grand public le savoir-faire de Michael Chaves. Réalisateur choisi par James Wan afin de le remplacer sur le très attendu Conjuring 3 et qui a donc l’occasion de montrer ce qu’il vaut avec ce nouvel opus. De rassurer les spectateurs sur le fait que le Conjuring-verse se retrouve entre de bonnes mains. Tel était le but de cette Malédiction de la Dame Blanche. Malheureusement, si l’ensemble se montre honorable, il n’empêchera pas d’effacer cette impression de banalisation dans laquelle la saga s’engouffre déjà depuis quelques titres…

Dès les premières minutes du film, hormis une introduction des plus plates en termes de frissons (même l’apparition du titre façon Insidious se fait de manière grossière), on sentait pourtant que Michael Chaves était l’homme de la situation. Que James Wan avait trouvé en lui son digne héritier pour reprendre les rênes de sa franchise. Tout comme lui, Chaves révèle un goût pour une caméra dynamique. Une caméra qui préfère se mouvoir dans l’espace plutôt que de rester plantée là à filmer mollement une séquence horrifique. Ce qui confère d’emblée au film une énergie plus que bienvenue qui ne s’amenuisera jamais tout au long du visionnage. Ce qui est déjà une bonne chose. De plus, par le biais de certaines répliques et situations, on devinait également cette envie de Chaves de jouer avec les clichés du genre afin de surprendre le spectateur, de ne pas le prendre pour un parfait abruti. Comme par exemple faire patienter le public jusqu’à un jump scare qui ne se fera finalement jamais (le coup de l’héroïne collant son oreille contre une porte). Rien qu’avec ces constats, La Malédiction de la Dame Blanche se présentait sous de bons augures ! Mais il suffira d’avancer dans le long-métrage pour se rendre compte que tout cela n’était que du vent. Que Michael Chaves n’est rien d’autre qu’un faiseur au service d’un scénario archi balisé et ne pensant qu’à remplir son cahier des charges sans jamais aller au-delà.

Le film a beau nous présenter une légende urbaine mexicaine – rien à voir avec la Dame Blanche, que nous connaissons en France, celle arpentant les routes la nuit et terrorisant les automobilistes –  qui aurait justement pu jouer de sa nationalité dans ce cinéma américain, il n’est finalement qu’un titre horrifique de plus. Un long-métrage qui reprend pour la énième fois le postulat de la famille poursuivie par une entité démoniaque tout en enchainant sans se cacher les poncifs du genre. Que ce soit « l’angoisse facile » avec des jumps scares jamais originaux et pour le coup prévisibles, des personnages débiles au possible, des clichés dont l’exploitation en est devenue insultante (l’absence de musique quand quelque chose va se passer, le manque de lumière…) et un final réalisé un grand renfort d’effets spéciaux pour un rendu spectaculaire dispensable pour ce type de production. En clair, tout ce que James Wan avait su éviter ou exploiter comme il fallait avec ses Conjuring ! Michael Chaves, lui, ne se foule nullement. Il ment même aux spectateurs en montrant cette envie de casser les codes et clichés mais ne le faisant finalement jamais ou que bien trop timidement. Laissant une amère appréhension en ce qui concerne Conjuring 3. Car il y a une différence entre jouer avec le public et se jouer du public, et cela, le cinéaste ne semble pas l’avoir compris.

Mais ce qui peut sauver son étiquette de remplaçant de Wan, c’est l’efficacité dont le réalisateur confère à La Malédiction de la Dame Blanche. Malgré une angoisse revue à la baisse et cette banalité parasitant le film, celui-ci possède toutefois deux atouts qui en font un opus regardable de la saga Conjuring. À commencer par son rythme effréné, qui ne laisse aux spectateurs que très peu de moments de répit. Un rythme qui sait doser entre les situations horrifiques et les instants plus posés (histoire des personnages, explications sur la légende du démon…), parvenant à faire du long-métrage une sorte d’attraction divertissante. Peut-être pas un train fantôme de haute volée mais un bon manège sachant amuser. L’autre atout, c’est bien la Dame Blanche elle-même. Alors oui, le démon n’est pas aussi charismatique que la poupée Annabelle, le burtonien The Crooked Man (Conjuring 2) ou encore le terrifiant Valak (La Nonne). Mais il possède une histoire et une iconisation qui lui permettent de porter le métrage sur ses épaules et de mériter sa place dans la franchise. Et cela, Michael Chaves l’a cependant compris au point de ne miser que sur son exploitation et non le travail qu’il devait effectuer autour pour valoriser son savoir-faire.

Conjuring 3, sans James Wan à la barre (bien qu’il en reste le producteur), nous l’appréhendions déjà. Mais de savoir que c’est Michael Chaves qui s’en chargera n’a fait que monter notre doute en ce qui concerne la qualité du troisième opus principal de la saga horrifique. Car si Chaves démontre avec La Malédiction de la Dame Blanche qu’il sait divertir, il terrifie à l’idée que le « bébé » de Wan devienne ce qu’il n’a jamais été, à savoir un film d’horreur lambda. Et si les limites du Conjuring-verse se posaient là, avec ce nouveau spin-off ? Et si la franchise devait prendre fin, car n’ayant plus d’idée digne de ce nom pour établir des histoires originales et concocter des séquences angoissantes jamais vues ? Peut-être qu’Annabelle 3, attendu pour juillet prochain, rehaussera la barre. Affaire à suivre !

La Malédiction de la Dame Blanche – Bande-annonce

La Malédiction de la Dame Blanche – Fiche technique

Titre original : The Curse of La Llorona
Réalisation : Michael Chaves
Scénario : Mikki Daughtry et Tobias Iaconis
Interprétation : Linda Cardellini (Anna Garcia), Roman Christou (Chris Garcia), Jaynee-Lynne Kinchen (Samantha Garcia), Raymond Cruz (Rafael Cruz), Patricia Velásquez (Patricia Alvarez), Marisol Ramirez (la Dame Blanche), Sean Patrick Thomas (détective Cooper), Tony Amendola (père Perez)…
Photographie : Michael Burgess
Décors : Melanie Jones
Costumes : Megan Spatz
Montage : Peter Gvozdas
Musique : Joseph Bishara
Producteurs : James Wan, Gary Dauberman et Emile Gladstone
Productions : New Line Cinema et Atomic Monster
Distribution : Warner Bros.
Budget : 19 M$
Durée : 93 minutes
Genre : Horreur
Date de sortie : 17 avril 2019

États-Unis– 2019

2.5