la-cite-muette-film-documentaire-Sabrina-Van-Tassel
Images extraites de la bande annonce

La Cité Muette, Un Documentaire De Sabrina Van Tassel: Critique

[Critique] La Cité Muette

Synopsis : Entre 1941 et 1945, des milliers de famille juives ont été entassées dans le camp de la Muette avant d’être envoyées dans les camps d’extermination. Après la guerre, le camp est devenu une cité HLM, et continue à exister, presque identique. Ce documentaire nous emmène sur les lieux, à la rencontre de ses habitants, passés et présents.

Un sujet fascinant

L’existence actuelle de la cité de la Muette de Drancy est un sujet aussi fascinant que peu abordé. Comme le remarque Sabrina Van Tassel dans le dossier de presse, le camp de la muette fait partie d’un passé lointain et honteux, dont on imaginerait assez facilement qu’il ait été détruit sans laisser de traces. Découvrir que ce lieu non seulement continue d’exister, mais qu’il soit devenu un lieu d’habitation, est une surprise, un scandale même : comment continuer à vivre sur un lieu de mort ? Comment créer de nouveaux souvenirs heureux en lieu et place d’un lieu d’humiliation et d’avilissement ?

Si l’ouvrage graphique Here de Richard McGuire, sorti récemment, parle d’un lieu en croisant à l’intérieur d’une image les différentes couches d’histoires qui s’y sont déroulées, la Cité Muette opte quant à lui pour une approche beaucoup plus classique : interroger les rescapés du camp et certains habitants, pour comprendre ce qu’est ce lieu et ce qu’y vivre implique.

Et de fait, on apprend un nombre important de choses intéressantes dans ce documentaire, même s’il pose plus de questions qu’il n’apporte de réponse.

La cité de la Muette est un endroit maudit : premier grand ensemble français, il n’est pas complètement achevé au moment où la France perd la guerre. Son plus grand ensemble de bâtiments, un immense fer à cheval, va servir du plus grand camp d’internement de France, d’abord pour des prisonniers de guerre, puis pour les Juifs d’abord retenus, puis déportés à partir de 1942. Ce simple fait suffit à doter ce lieu d’une force tragique : neuf juifs déportés sur dix transitèrent par Drancy, et à peine 3% revinrent des camps de concentration. A ces statistiques, le documentaire donne un visage, en donnant la parole aux rescapés. Celle-ci ajoute l’horreur à l’Horreur, en nous racontant comment les gens vivaient à l’époque : lorsque le camp obéissait au commandement français, le marché noir y était la règle. Les prisonniers n’avaient en effet le droit qu’au strict minimum en terme de nourriture : une louche de café le matin, une louche de soupe le midi et le soir, avec un pain à répartir entre tous les prisonniers d’un bloc surpeuplé : pour survivre, il fallait pouvoir payer les gardiens. On apprend aussi que les sols et l’isolation n’avaient jamais été terminés, et qu’aucun lit n’a été installé : les gens dormaient à même le sol dans des conditions d’hygiène épouvantables. En 1943, les Allemands ont pris « officiellement » la main sur le camp, et si Aloïs Brunner a permis aux gens de manger un peu mieux pour donner le change aux observateurs de la croix rouge, c’est à cette époque que les convois pour les camps d’extermination ont commencé à partir. De plus, celui-ci ne supportait pas le bruit des enfants, ce qui fait que ceux-ci étaient interdits de sortie dans la cour quand il était présent.

Malgré ces conditions de vie indicibles, les témoins ont vécu leur enfance à cet endroit. Ils ont joué quand certains se jetaient par la fenêtre, les jeunes se sont aimés malgré le manque d’intimité évident, étant donné qu’il n’y avait pas de pièce dans les blocs.

Rien que pour ces témoignages, le film a une valeur : il est important de se souvenir que cela s’est passé en France. Mais il y a plus.

Les fantômes de la Muette

Au delà de la nécessaire leçon d’histoire, le film se veut la juxtaposition du passé et du présent. Malheureusement, ce qui devrait être son sujet principal débouche sur une énigme. Sur le papier, la problématique est simple : comment, alors que ce lieu est celui de l’horreur et de l’infamie, une énorme tâche sur l’honneur de la France, a-t-on pu en faire de nouveau un lieu d’habitation. Il y a là un scandale qui est finalement assez peu interrogé par le film. On y voit le maire actuel interrogé trente secondes expliquer que le site était trop grand pour être exploité, et que le mémorial de la Shoah, situé en face, est bien plus pédagogique que ce qu’un grand camp vide pourrait être, on voit Serge Klarsfeld déclarer ne pas être plus choqué que cela, et un psychanalyste dire que ce ne doit pas être très facile pour les personnes fragiles de vivre sur les lieux d’un des plus grands crimes contre l’humanité.

Or il est intéressant de voir qu’alors que la ville de Paris est faite de monuments, la cité de la Muette en elle-même n’est pas devenue un lieu de mémoire. Une cohabitation étrange se fait entre les rescapés des camps qui reviennent sur les lieux, et les habitants pris dans leur quotidien, comme en témoigne le tenancier de l’hôtel qui fait face à la cité, qui a appris l’histoire des lieux au contact de ses visiteurs. La cité de la Muette est un paradoxe assez fascinant : la mémoire n’y a été ni vraiment conservée, ni vraiment effacée : l’isolation a été faite en rajoutant des plaques de plâtre sur les murs, mais les inscriptions faites par les prisonniers restent derrière et n’attendent qu’à être mises à jour. On suit le parcours d’un historien local qui tente d’accéder à ces inscriptions lors des déménagements et se plaint que les voisins veuillent installer leur vélos dans ce qui était autrefois le prison à l’intérieur du camp.

On ne peut pas pour autant dire que la vie a repris le dessus : la cité est un lieu d’une grande précarité. Les appartements y sont petits et logent en priorité les personnes en difficulté sociale. On apprend notamment que beaucoup de personnes issues d’une institution psychiatrique proche y habitent.

Malheureusement, les grands absents du film sont les habitants des lieux : on n’en rencontrera finalement que quelques uns, qui n’ont rien de très intéressants à nous dire. On rêve d’une approche au long cours, d’une vraie enquête documentaire, mais le documentaire restera constamment dans une approche assez superficielle et frustrante.

Un documentaire qui en dit à la fois beaucoup et pas assez

Difficile de noter un documentaire comme celui-ci. Sur le sujet, on aurait envie de lui donner la meilleure note possible : non seulement il nous apprend des choses importantes, mais en plus qui ont le pouvoir de nous remuer : malgré les justifications, on ne peut qu’éprouver de la colère au fait que ce lieu maudit abrite encore des gens, qui plus est en difficulté, comme s’il était condamné à accueillir les rejetés de la société, génération après génération.

Malheureusement, formellement, le documentaire déçoit : l’image et le son sont assez amateurs, la voix-off, mettant constamment en avant la réalisatrice (je décide d’interroger untel, je décide de me rendre sur les lieux) est assez mal vue. De plus, la courte durée, même pas une heure trente pas franchement denses, donne à penser que le sujet n’est qu’effleuré, comme si la réalisatrice avait appris l’existence du camp, interrogé deux trois experts, filmé un jour avec les rescapés et un jour avec les habitants et s’était arrêtée là. On se doute que le travail a été plus dense, mais il ne se voit pas assez.

La Cité Muette est un film qui pose beaucoup de questions sans apporter toutes les réponses. Il a au moins le mérite d’ouvrir la porte à la réflexion et de donner l’envie de se rendre sur place, de visiter le mémorial de la Shoah, et de réfléchir sur la place du passé dans notre présent.

Fiche technique : la Cité Muette

Réalisation : Sabrina Van Tassel
Genre : Documentaire
Année : 2014
Date de sortie : 13 mai 2015
Production : J2F
Produit par : Joan Faggianelli, Candice Souillac et Valérie Montmartin
Conseiller historique : Serge Klarsfeld
Montage : Yann Leonarduzzi
Musique originale : Olivier Adelen

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
jardins-de-pierre-francis-ford-coppola-james-caan-1987
Jardins de pierre, de Francis Ford Coppola (1987) : la mort dans l’âme