[Critique] Hill of Freedom

Synopsis : Mori, un jeune japonais, a vécu une histoire d’amour avec une coréenne. Quelques temps plus tard, il retourne à Séoul la retrouver. Son absence l’entraîne dans une série de rencontre qu’il relate dans différentes lettres à destination de celle qu’il était venu chercher.

Séoul, colline de liberté narrative

Un fond coloré et quelques notes de piano suffisent à nous replonger dans le tendre univers d’Hong Sang-soo. Le cinéaste nous invite maintenant pratiquement chaque année, dans un Séoul où se joue le petit théâtre, des relations hommes-femmes, souvent autour d’un bon repas et de nombreux verres d’alcool, scènes symptomatiques du réalisateur coréen.

La Colline de la liberté du titre, n’est autre qu’un petit café de Séoul apprécié de Mori, japonais vagabondant dans la capitale coréenne à la recherche de son amie. Il fera toute une série de rencontres dont les issues permettent de comprendre peu à peu le réel but de son voyage de l’autre côté de la mer du Japon.

Petit par la taille (à peine plus d’une heure), ce nouveau Hong Sang-soo est grand dans ses ambitions. Dans toute son œuvre le cinéaste coréen aime jouer avec la narration, expérimentant sans cesse de nouvelles façons de raconter ses histoires, en rejouant par exemple la même scène selon des points de vue différents ou encore en créant des réalités parallèles. Avec Hill of Freedom, Hong Sang-soo nous offre une nouvelle expérience narrative.
Le réalisateur fabrique un véritable jeu de piste mélangeant scènes réelles et fantasmées tout en bousculant la chronologie. L’ouverture se fait sur le personnage de Kwon qui, à son retour à Séoul, découvre les nombreuses lettres que lui a écrit Mori, son ancien amour, venu la retrouver en Corée du Sud. Le film reconstitue alors les différents récits épistolaires qui, à cause d’une mauvaise chute dans les escaliers, se retrouvent dans un ordre aléatoire. Ces anecdotes se sont-elles vraiment passées ? Quand ont-elles eu lieu ? Sont-ce des souvenirs bruts ou idéalisés ? Ce sera au spectateur de laisser guider ses fantasmes et se faire sa propre petite idée du montage.

Tous ces jeux narratifs ajoutés à la légèreté de ton font le sel du cinéma d’Hong Sang-soo. The  »hill of freedom » du réalisateur c’est Séoul où il réussit à chaque fois à nous emmener dans ses contes rohmériens avec l’élégance et la liberté de ton qui le caractérise. En définitive, il n’y a pas de petit film de Hong Sang-Soo. Hill of freedom, son plus court long-métrage, en est la plus belle preuve.

Hill of Freedom >> Bande-annonce du film

Hill of Freedom : Fiche technique

Titre original : 자유의 언덕
Date de sortie : 8 Juillet 2015
Nationalité : Corée du sud
Réalisation : Hong Sang-soo
Scénario : Hong Sang-soo
Interprétation : Ryô Kase, Moon So-ri, Seo Young-hwa, Kim Eui-sung
Musique : Jeong Yong-jin
Photographie : Park Hong-yeol
Décors : NR
Montage : Hahm Sung-won
Production : Kim Kyoung Hee
Sociétés de production : Jeonwonsa Film Co.
Sociétés de distribution : Les Acacias
Budget : NR
Genre : Drame
Durée : 66 minutes
Récompense(s) : NR

Auteur : Jim Martin

Plus d'articles
Steve-Bannon-critique-livre
« Steve Bannon : l’homme qui voulait le chaos » : le stratège populiste