Critique : Machete Kills de Robert Rodriguez

machete-kills-top

Machete Kills : Un film Pulp et Pop

Robert Rodriguez réalise des films qui ont une marque, une patte très visuelle, graphique, le film culte Sin City est l’emblème de cette façon de faire du cinéma. Au cours de 20 ans de carrière, ce réalisateur aux origines mexicaines a aussi bien réalisé des films de SF comme The Faculty, le diptyque Grindhouse (Planète Terreur), Desperado, les 4 Spy Kids, on retrouve d’ailleurs Alexa Vega, la petite Carmen Cortez l’une des quatre Spy Kids, dans le rôle de l’ultra sexy (Kill Joy)

Présentée en clôture du festival européen du film fantastique, Machete  Kills est une suite de Machete (2010), encore plus loufoque et délirant que le premier opus. Toujours dans le respect des films «grindhouse», le réalisateur Rodriguez, reprend la recette du premier opus, avec cette fois-ci, un super méchant voulant évidemment détruire la planète, parodiant ainsi les James Bond. Le personnage du super vilain est incarné par Mel Gibson portant le nom de Luthor Voz, une référence à Superman. Il faut le dire Machete kills est un film bourré non seulement de références à sa propre filmographie mais aussi en hommages au cinéma comme le QG qui fait vraiment penser à Stargate, une scène en particulier, celle du coup de la hachette jeter par le méchant, attraper au vole pour être renvoyée fait penser à celle que l’on peut voir dans le film Le Retour de la Momie.

Le coté parodie est totalement assumé, what the fuckesque au possible, Machette Kills est un film kitsch, à l’humour grinçant où les scènes extravagantes font le spectacle comme la scène de l’hélicoptère à elle seule, elle vaut le déplacement, le harpon, l’électrocution du soldat, les «armes» de Desdemona…

Danny Trejo, l’acteur le plus badass de la galaxie, est parfait dans ce rôle de bourrin indestructible, barbouze au grand cœur et aux répliques courtes mais cultes : Machete don’t joke ! Machete don’t tweet ! Machete kills !

Un film décomplexé, jouissif, bordélique, ça part dans tous les sens, un délire encore plus barré que son prédécesseur, où coule à flot humour idiot ravageur et hémoglobine, le tout mené par un casting titanesque. Mel Gibson est hilarant en super méchant belliciste, fan de Star Wars, Charlie Sheen (Carlos Estevez) est excellent, en « fucking » président des USA et Demian Bichir, impressionnant dans le rôle du schyzo de service. Le casting féminin n’est pas en reste, sexy en diable, Amber Heard est sublime dans son rôle badass, Sofia Vergara prend son pied dans son rôle de dominatrice hardcore, Michelle Rodriguez toujours aussi belle et Lady GaGa offre un personnage identique à celle de son personnage de scène quoique peu exploitée.

Reste la super bonne trouvaille de Machete Kills, celle du personnage du Caméléon, ce tueur à gages aux multiples visages, dont le rôle est endossé tour à tour par Walt Goggins, Lady Gaga, Cuba Gooding Jr et Antonio Banderas. Au final, histoire et action très grindhouse qu’on aime ou pas mais on ne reste pas indifférent. Machete Kills est un bon pop-corn movie, un film de série B, voir Z, complètement déjanté qui ne se savoure non pas au second, mais au troisième degré et comme nous le prédit la «vraie-fausse» bande-annonce avant le film, le troisième volet des aventures de Machete se dirige vers la SF et un troisième opus dans l’espace.

Synopsis : Robert Rodriguez nous invite à suivre les péripéties de Machete incarné par Danny Trejo. Ce dernier reçoit une mission du président incarné Charlie Sheen, « Mr president of the fucking US », d’éliminer un chef de cartel complètement cinglé. Évidemment ce n’est qu’une infime partie du pitch imaginé par Robert Rodriguez, derrière Mendez joué par Demián Bichir, c’est en réalité Luther Voz, une sorte de copie kitsch déjanté du docteur No, prêt à raser la terre de la surface, qui tire les ficelles. …

Bande-annonce : « Machete Kills »

Fiche Technique : « Machete Kills »

Année de production : 2013
Réalisateurs : Robert Rodriguez
Scénaristes : Kyle Ward, Alvaro Rodríguez
Acteurs : Danny Trejo, Michelle Rodriguez, Mel Gibson, Amber Heard, Sofia Vergara, Charlie Sheen (Carlos Estevez), William Sadler, Cuba Gooding Jr., Antonio Banderas, Lady Gaga, Demián  Bichir,  Walt Goggins, Jessica Alba, Vanessa Hudgens, Tom Savini, Electra Avellan, Elise  Avellan…
Genre : Grindhouse, Action/Comédie/Suite/Saga
Pays d’origine : USA
Directeur photo : Robert Rodriguez
Musique : Carl Thiel et Robert Rodriguez
Costumes : Nina Proctor
Producteur : Robert Rodriguez, Rick Schwartz, Sergei Bespalov, Alexander Rodnyansky,  Aaron  Kaufman et Iliana Nikolic pour Troublemaker Studios, Aldamisa Entertainment, AR Films, Open  Road Films, Demarest Films, Quick Draw Studios, Overnight Films et 1821 Pictures
Distributeur : Wild Bunch Distribution

Plus d'articles
le-jeu-de-la-dame-anya-taylor-joy
The Queen’s Gambit, une série de Scott Franck