Baby Boss, un film de Tom McGrath : Critique

Baby-Boss, ou quand les bébés prennent leur revanche sur la famille !

Synopsis : Un petit garçon de sept ans, nommé Tim, est jaloux de son petit frère. Quand il va en mission pour reconquérir l’affection de ses parents, il découvre un complot secret du PDG Puppy Co., qui tourne autour de son petit frère et menace de déstabiliser l’équilibre de l’amour dans le monde.

Baby-Boss, nouveau né des Studio DreamWorks Animation depuis Les Trolls, attire par son synopsis, mais est-il à la hauteur de nos attentes et s’avère-t-il aussi drôle qu’il le laisse entendre ?

S’il ne s’avère pas bon de spoiler, il est important de dire que la bande-annonce ne laisse pas prévoir le délire qu’est Baby-Boss. Derrière l’argument de vente qu’est le bébé qui parle et qui s’avère en fait adulte, se cache de vrais enjeux. Des enjeux certes communs aux films d’animation, mais des enjeux qui rendent le film passionnant. À des questions sur la famille se mêlent des questions sur l’acceptation de l’autre.
Baby-Boss se veut drôle et réussit son pari. Même s’il ne fait pas hurler de rire les spectateurs, il parvient à nous décrocher de (très) nombreux sourires, voire rires. On pense notamment à cette réunion entre bambins, des répliques qui fusent aux dialogues croustillants, tout est bon à prendre. À ces séquences comiques, même très comiques, viennent se greffer des scènes aux tournures « horrifiques », ou faisant des protagonistes de réels « aventuriers ». Les héros ne sont pas au bout de leurs surprises, et on se surprend à se prendre d’affection pour eux, ce qui n’était pas gagné. Baby-Boss a tout de détestable alors qu’on se prend d’une affection folle pour Tim, le petit garçon. Bien évidemment, les à priori et les sentiments évoluent tout au long du film, comme dans bon nombre d’animation.
Baby-Boss brasse les lieux communs des films d’animation actuels, ainsi que tous les procédés filmiques chers au studio DreamWorks. Le dénouement est prévisible, on devine la fin de chacune des péripéties qui composent le film et pourtant, le film fonctionne. Ce n’est pas la première fois qu’un film alterne entre dessins de synthèse et dessins plus « traditionnels ». On sort de la salle le sourire aux lèvres, en se disant qu’on a passé un bon moment. Toutefois, Baby-Boss n’est pas le meilleur, et de loin, des studios DreamWorks. Il s’offre à nous comme une pierre de plus à l’édifice que sont les studios, prouvant qu’ils ne sont pas uniquement bon à sortir des Kung-Fu Panda ou autres Madagascar.

[irp posts= »56649″ name= »Kung-Fu Panda 3, un film de Jennifer Yuh Nelson: Critique »]

Mais si Baby-Boss est agréable, c’est également parce que l’on se reconnait dans les personnages, aussi bien les enfants que les parents. Ces derniers, qui courent partout lors de l’arrivée du nouveau né dans le logis, ne peuvent que nous être familiers. Qui n’a jamais connu des parents se mettre dans tous leurs états, ne plus dormir, ne plus savoir où donner de la tête ? Baby-Boss tourne en dérision de nombreuses scènes du quotidien, de quoi nous convaincre.
Et s’il nous convainc, justement, c’est également parce que Baby-Boss ne tourne pas exclusivement autour de deux personnages que sont Tim et le bébé. Que ce soit les parents, les autres bébés ou les multiples rencontres qui se font lors de leur périple, tout est bon à prendre. Le film ne souffre pas d’excédents scénaristiques qui viendraient plomber l’action. L’intrigue progresse et parvient à décrocher un rythme haletant.

Et aux fans de cinéma, ouvrez les yeux et faites attention aux décors ! De (très) nombreuses références culturelles, surtout filmiques, sont disséminées à droite à gauche. De quoi se rassurer de sa bonne culture cinématographique.

Baby-Boss ne sera pas le film d’animation de l’année, mais il se hisse comme un excellent divertissement familial qui saura plaire aux plus petits comme aux plus grands. Par un scénario atypique, ancré dans un quotidien connu de tous, Baby-Boss plait et devrait faire valoir un nombre d’entrées plus que convenable.

Baby Boss : Bande-annonce

Baby Boss : Fiche technique

Réalisateur : Tom McGrath
Scénario : Michael McCullers, adapté du livre The Boss Baby écrit et illustré par Marla Frazee et publié en 2010
Interprétation (Voix VO) : Alec Baldwin, Steve Buscemi, Jimmy Kimmel, Lisa Kudrow, Tobey Maguire, Conrad Vernon…
Interprétation (Voix VF) : Stefan Godin, Vincent Ropion, Laurent Maurel, Sybile Tureau, Timothé Vom Drop…
Montage : James Ryan (VII)
Musique : Hans Zimmer, Steve Mazzaro
Direction artistique : Ruben Perez
Producteurs : Ramsey Ann Naito, Rebecca Huntley, Jed Schlanger
Sociétés de production : DreamWorks Animation
Distribution (France) : Twentieth Century Fox France
Durée : 98 minutes
Genre : Animation
Date de sortie : 29 mars 2017

Etats-Unis 2017

Plus d'articles
Mandibules-film-Quentin-Dupieux-critique-cinema
Mandibules : La nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux