Icônes du cinéma : Les Men in Black

men-in-black-icones-du-cinema-pop-culture

Men in Black : Un morceau de pop culture

Il est d’usage aujourd’hui de railler les années 90, cette époque obscure bloquée entre l’effervescence joyeuse des années 80, où l’Amérique pouvait encore crier « fuck yeah » à la face du monde, et l’explosion des nouvelles technologies numériques des années 2000. Entre les deux, on se plaît à dire que l’on n’a pas retenu grand chose, si ce n’est les pulls pastels, les pokémons, et Britney Spears. Admettons le, on a tous préféré oublier le discman (ou baladeur CD), le mini-disque et le hip-hop « cool » de Biz Marckie et Markie Mark (Mark Walberg). Pour le cinéma c’est à peu près pareil, on aime dire qu’il y a eu une sorte de vide artistique, malgré l’émergence de cinéastes reconnus tel Fincher, Burton ou Michael Bay… oui Michael Bay, souvenez vous d’Armageddon, gros succès de l’époque. Pourtant de cette période étrange, est apparu un symbole qui s’est ancré dans la pop culture. Tout le monde les connait et en a déjà entendu parler au moins une fois. Qui sont ils ? Ils sont nous, ils sont eux, ils sont les meilleurs des meilleurs des meilleurs (avec mention) ils sont… Les Men in black !

Juste un fragment de notre imagination…

men-in-black-comicsAu départ, il s’agissait seulement d’une légende urbaine apprécié des complotistes et ufologistes de tous poils. Une théorie comme quoi le gouvernement chercherait  systématiquement à couvrir les apparitions d’aliens sur notre planète, envoyant des  agents spéciaux pour effacer les traces. Êtres surnaturels ou organisation secrète, les  théories sont diverses et variées, mais un détail revient sans cesse : ils sont par  groupe de 2 ou 3 et sont toujours vêtus de costumes noirs. Puis cette rumeur a  donné  naissance à un comics écrit par Lowell Cunningham et illustré par Sandy Carruthers,  publié par Malibu Comics. L’idée fait son chemin, tranquillement, mais reste cantonnée au domaine de la culture Geek, encore marginale à l’époque. Toutefois, le potentiel du  sujet suffit à convaincre les producteurs de lancer une adaptation au cinéma. Le premier film sort en 1997, réalisé par Barry Sonenfield, ancien directeur photo des  frères Coen, et réalisateur apprécié pour sont travail sur l’adaptation d’une autre bande dessinée : La famille Adams de Charle Adams. L’histoire raconte l’enquête de l’agent K, chargé de réguler l’activité extraterrestre sur la planète terre, aidé par James Edward, une jeune recrue qui deviendra l’agent J. Ensemble, ils doivent arrêter le criminel Edgard, avant que celui-ci ne déclenche une guerre inter planétaire. Le rôle de K avait d’abord été proposé à Clint Eastwood, qui le refusa, avant que Tommy Lee Jones, amusé par le scénario, accepte. Plusieurs acteurs furent envisagés pour le rôle de J, tel Chris O’Donell qui refusa après le flop Batman & Robin, et David Shwimmer. C’est finalement Will Smith qui est choisi, refuse d’abord le rôle, avant que sa femme le persuade de revoir sa décision. Il aurait pu le regretter, car Men in black est un succès surprise, et fait de lui une star internationale (plus de 500 millions de recettes dans le monde).

men-in-black-2-smith-jones

Son succès, le film le doit probablement à ce paradoxe : il parle d’aliens, et est un ovni lui même. A la fois film policier mettant en scène un duo improbable (le vieux briscard et le jeune cool), comédie familiale, film de science fiction et un peu film d’horreur, l’ensemble est une sorte de foutoir visuel ou se confronte référence pop, univers pulp, blagues potaches et effets spéciaux délirants. On est assez loin du produit formaté, car si le scénario n’est pas très original, il n’est finalement qu’un prétexte pour faire découvrir au spectateur un univers fantastique ou les possibilités semblent infinies. L’idée est simple sur le papier, mais tellement brillante : et si, dans notre vie de tout les jours, nous étions cernés d’extra-terrestres ? Si tous ces gens bizarres que l’on croisent dans la rue venaient en vérité d’un autre monde, et qu’une agence serait chargé de réguler tout ça ? Il n’en faut pas plus pour laisser le génial maquilleur Rick Baker, le designer Bo Welch et la jeune société ILM déployer des trésors d’imaginations pour mettre en place un univers formidable qui fourmille de détails absurdes. Tête qui repoussent, exosquelettes, lombrics accroc au café, chien qui parle, octopodes informaticiens, bébés calamars… Rarement un film avait proposé une telle diversité dans son bestiaire, mais la grande réussite de Baker restera surtout le maquillage d’Edgar (Vincent d’Onofrio), cafard géant se servant de la peau d’un fermier comme déguisement, qui s’abîme de plus en plus au fil du temps, devenant véritablement effrayant.

men-in-black-edgar-maquilliage

Les effets spéciaux sont une des grande réussite du film, mais leur donner tout le crédit du succès serait injuste. Ce que le public aura surtout retenu, c’est le duo d’acteur Tommy Lee Jones/ Will Smith qui, contre toute attente, fonctionne mieux que bien. Les deux acteurs sont devenus quasiment indissociables dans l’imaginaire collectif. Déjà, le film à réussi a rendre Tommy Lee Jones drôle, ce qui n’est pas une mince affaire. L’acteur, que l’on connaît surtout pour ses rôles sérieux, utilise à la perfection son mutisme coutumier pour déclencher le rire face à un Will Smith plus électrique et « cool ». Deux styles de jeu antithétiques qui se complètent à la perfection, donnant au film une identité comique assez inédite. L’humour du film fonctionne surtout par son ton décalé. Les blagues sont relativement drôles, mais lorsqu’elle sont dites avec le ton le plus sérieux du monde, par deux gugusses en costume noir, elles deviennent men-in-black-agent-lcarrément hilarantes. Il suffit de voir la séquence de l’accouchement dans la voiture : K au premier plan qui discute politique interplanétaire avec un type qui à l’air normal et derrière J qui se débat avec des tentacules géantes sortant d’une voiture à l’arrêt. Comment rester impassible devant un tel plan ? La situation est plus qu’absurde, pourtant elle est ramenée sur le ton de la banalité du quotidien, provoquant alors non pas la peur ou l’admiration, mais simplement le  rire. Il en est de même pour le reste du film. Tout cela se prend très peu au sérieux, et c’est tant  mieux. Après tout, comment ne pas trouver ridicule cette agence qui impose aux hommes et au  femmes qui travaillent pour elle un code vestimentaire aussi strict (costume noir, chemise blanche,  cravate noire…) pour se fondre dans la masse…alors qu’il n’y a rien de moins discret. On doute franchement de leur capacité à passer inaperçu. Ces hommes de l’ombre semblent littéralement hors du temps, complètement anachroniques, renforçant plus encore le décalage. Men in black est donc un film étrange qui n’a pas volé son succès, propulsant ses deux acteurs au rang de stars internationales et se taillant la part du lion dans la pop culture, en partie grâce à la chanson de Will Smith, qui se propulse rapidement en tête des ventes de disques.

Back in black

men-in-black-anime-agent-lBien décidés à ne pas en rester là, les producteurs envisagent rapidement une suite, mais étrangement celle-ci mettra un certain temps à sortir. Entre deux, pour ne pas se faire oublier trop vite, les studio Amblin de Steven Spielberg, déjà derrière le premier film, produisent une série animée supposée faire le lien entre les deux épisodes. On note tout de même quelques incohérences, comme la présence de K au coté de J, malgré sa retraite ou le physique des personnages pas très fidèle (Agent L qui devient blonde, Z qui à les cheveux blancs…). La série durera quatre saisons et ne laissera pas un souvenir impérissable, la faute à des graphisme parfois assez laids, des scénarios très répétitifs et surtout un certain manque d’évolution des personnages. Reprenant assez simplement les figures iconiques du film, tels Franck ou Les Vers. Toutefois, elle permet aux fans de renouer occasionnellement avec cet univers si particulier.

men-in-black-anime

Il faudra attendre 2002 pour voir une suite au cinéma. Un deuxième film très attendu qui aura pourtant déçu beaucoup de gens par plusieurs aspects, particulièrement son scénario jugé un peu niais et débile. Il est vrai que cette histoire étrange de « lumière de Zarta », couplée à une romance un peu trop fleur bleue, n’est pas véritablement trépidante. De plus quelques détails relatifs au premier film en auront fait tiquer certains. Le retour de K, malgré son départ à la fin du premier film, sonnant comme une volonté des producteurs de renouer coûte que coûte avec le succès, mais également, plus anecdotique tout de même, la disparition de L’agent L (Linda Fiorentino), qui rejoignait le MIB après la victoire contre Edgar, a peine expliquée au détour d’une conversation avec Z (Rip Torn). Une occasion manquée de rajouter un peu de féminité dans ce monde d’hommes. Mais le film n’est pas non plus un échec complet, la même équipe technique est de retour et réinvente l’univers que l’on aimait tant, en le faisant évoluer. Les armes on l’air plus futuristes, de nouvelles races aliens font leur apparition, jouant plus encore avec les échelles de taille que ne le faisait le premier film, en allant jusqu’à inventer un « peuple du casier de la gare » et une méchante entièrement végétale, la plante carnivore Seerlina (Lara Flynn Boyle), adoptant les mensurations d’un mannequin Victoria Secrets. On croise également un ver géant métro-phage, un testigeule et Michael Jackson.

men-in-black-2-jeff

Néanmoins, ce qui aura dérangé le plus de fans, c’est l’aspect auto-parodique du film. Au lieux de développer son univers et le faire évoluer, Men in Black 2 reprend plus ou moins la structure du premier film, en reformant son duo iconique, tout en le détournant, appuyant plus encore l’humour potache et l’aspect cheap du scénario, qui ressemble sérieusement à une mauvaise série B, ce dont les scénaristes semblent conscients en intégrant une caricature d’émission ufologique aux effets spéciaux risibles, présentée par Peter Graves. men-in-black-2-franckMais pris comme tel, on passe un excellent moment car le duo Jones/Smith fonctionne toujours aussi bien (L’agent K en short qui explique le fonctionnement des timbres est en soit une scène hilarante) et beaucoup de gag font mouche, comme le chien Franck qui chante « I will survive » a la fenêtre de la voiture (à voir en français pour un effet comique d’enfer), ou cette image final e encore plus délirante que celle du premier film. Les principaux reproches que l’on peut faire au film, sont le lot de toutes les sagas, il ne respecte pas rigoureusement les attentes des fans qui continuent de  tiquer sur des détails. Mais ce second opus reste tout de même une  réussite technique indéniable et une comédie de qualité, bien  que son scénario souffre de quelques gros défauts, comme le  personnage bicéphale de Johnny Knoxville, qui disparaît sans explication  au milieu du film. A part ces quelques couacs, aucune raison finalement  de bouder son plaisir. Le film est un nouveau succès au Box office  (légèrement inférieur au premier tout de même), hissant les agents du  MIB au rang d’icônes pop définitivement.

Boucle temporelle

Pourtant il faudra encore attendre avant de retrouver les agents J et K dans de nouvelles aventures. Malgré le succès du second, aucune suite n’est annoncée, les Men in black semblent avoir rangé leur costumes au placard. C’est en 2009 que Sony annonce enfin un troisième épisode, sans en dire plus sur la teneur de l’intrigue. La nouvelle est plutôt bien accueillie, preuve que les personnages on encore une place dans le cœur du public mais malheureusement les tuiles s’accumulent. Le scénario ne cesse d’être réécrit et le tournage commence sans que celui-ci soit finalisé, prend du retard…et tout cela se ressent sur le produit final. Will Smith et Tommy Lee Jones reviennent (malgré ses hésitations), mais il aura fallu attendre 10 ans pour voir ces nouvelles aventures et du coup, l’univers que l’on aimait a beaucoup changé. Nous sommes en 2012, Rip Torn ne revient pas en Z, remplacé par l’agent O joué par Emma Thompson et beaucoup de choses semblent avoir disparu sans explications comme Franck men-in-black-3-boris le chien, les Vers ou les Jumeaux informaticiens… beaucoup  de détails un peu  agaçants pour les fans. Le scénario se veut plus ambitieux que les précédents en abordant le voyage temporel. K est assassiné par un des ses anciens ennemis, Boris l’animal (Jemaine  Clement), J doit alors remonter dans les années 60 pour l’en empêcher, rencontrant alors son partenaire beaucoup plus jeune. En soit, l’ensemble est plutôt cohérent, et même le  final qui  aura fait tiquer beaucoup de monde conclue la saga de manière satisfaisante, en la refermant sur elle-même. Mais les réécritures se ressentent beaucoup, surtout lors du deuxième acte qui ressemble à un long sketch mettant en scène Will Smith paumé dans une autre époque, où le méchant pourtant réussi (sorte de biker interstellaire), passe complètement au second plan, avant de revenir pour un final au cap Canaveral.

On a aussi l’impression que le film est un peu a part, en présentant un univers légèrement différent, plus lisse et un peu moins étrange qu’a l’accoutumée. Aucune référence n’est faite au sujet de l’ex femme de K (pourtant évoquée dans les deux premiers), remplacé ici par un vague flirt avec l’agent O plus jeune (Alice Eve), malheureusement réduite au rang de blonde de service. On peu aussi remarquer que présenter le MIB dans les années 60 comme une entreprise à la Mad Men, détruit finalement l’aspect anachronique de l’agence.men-in-black-3-agent-o Le design des premiers films était déjà bien inspiré de l’imaginaire futuriste de ces années là, en donner une image différente, avec secrétaires sexy en robes et cheveux permanentés (on aurait pu supposer que des individus conscients d’une vie extraterrestre eurent trouvé futile une aberration tel que le sexisme) annule l’effet intemporel, et donc absurde, de ces hommes de l’ombre. Détails de fans, toujours déçus de ne pas revoir ce qu’il voulaient. Mais ne soyons pas trop méchant, Men in Black 3 à tout de même ses qualités. Le choix de Josh Brolin pour incarner un K plus jeune est une idée merveilleuse permettant de donner un peu de sang neuf à la saga, l’acteur s’approprie le personnage avec aisance et dévoile un potentiel comique inattendu. Le MIB des années 60 à également quelques pépites à offrir comme des neurolazer géants, ou un Andy Warhol chargé de surveiller les aliens qui skwattent la Factory. De plus, l’ensemble se suit sans déplaisir et possède quelques beaux moments de bravoure, comme une chute temporelle de l’Empire State Building très inventive. Non, le troisième épisode n’est pas l’échec de la saga, il en reprend juste les codes de manière différente et passe tout de même honorablement le cap de la réinvention. Peu de sagas peuvent véritablement s’en vanter, surtout quand elle sortent leur suite dix ans après (comme Sin City). Le film réussi même à faire mieux que ses aînés au box office mondial, preuve finale que le MIB à encore sa place dans le cœur du public.

men-in-black-3-agent-k-brolin

Mais maintenant peut on espérer une suite ? Probablement pas. Sony pictures à déjà annoncé un reboot de la saga manifestement sans Will Smith, et il est peu probable que Tommy Lee Jones rempile, vu sa présence raccourcie dans le troisième volet. On imagine déjà les fans râler devant ce projet, car le concept de reboot n’a pas vraiment la côte. Il suffit de voir la saga Amazing Spiderman détruite par une horde de rageux avant même la sortie du film, pour le seul crime que Sam Raimi n’était pas aux manettes… Pourtant en prenant du recul, l’idée ne semble pas si mauvaise. Après tout Men in Black 3 concluait bien l’histoire de J et K, en remettre une couche serait peut être suicidaire, et comme on l’a dit, si le duo fonctionne très bien, c’est surtout l’univers de la saga qui lui donne son identité particulière. Tout y est possible, alors pourquoi ne pas raconter de nouvelles histoire en conservant le même concept ? Donnons leur chance au producteurs, regardons s’ils sont capables d’imaginer de nouvelle facette à cet univers, tout en y ajoutant un peu de sang neuf. Le principe de base est tellement simple qu’il ouvre des centaines de portes possibles (sauf cette idée de cross over avec 21 jump street, là c’est vraiment trop bête). La franchise pourrait même se développer à la télévision, cela pourrait donner quelque chose de fun, ou en jeu vidéo (autre que les nullités déjà sorties à la suite des films) tout en gardant ce ton particulier. Les producteurs aurait tort de laisser tomber, car plus que les super héros qui cartonnent aujourd’hui, le motif de l’homme en noir est connu de tous et facilement identifiable.

men-in-black-aliens

On ne peut pas nier que les films ont eu une certaine influence. Qui, aujourd’hui, n’y pense pas automatiquement dès qu’il voit quelqu’un portant un costume et des lunettes noires (les blues brothers ça marche aussi me direz vous) ? Et comment ne pas y penser en voyant des personnages aussi divers que le G-man de Half-life, les silences de Doctor Who ou encore l’agent du FBI qui poursuit Simon Pegg et Nick Frost dans le film Paul de Greg Motola? Même l’agent Coulson de l’univers cinématographique Marvel en semble inspiré. Non les Men in Black ne sont pas morts, bien au contraire, et les possibilités qui s’offrent à eux pour l’avenir sont pour l’instant infinies. Cette saga ne ressemble à aucune autre, et la seule crainte que l’on pourrait avoir, c’est de la voir dépossédée de son identité et de son étrangeté qui détonne dans le paysage un peu trop lisse des blockbuster hollywoodiens.

Will Smith – Men In Black

 

Redacteur LeMagduCiné