Inscrit23 janvier 2019
Articles128
4
jack-le-magnifique-bogdanovich-critique-sortie-bluray
C'est l'un des films favoris de Peter Bogdanovich. "Jack le Magnifique" n'a sans doute pas l'aura de "La Dernière séance" ni le degré de sophistication de "Paper Moon", mais il n'en demeure pas moins un film de grande qualité, audacieux, élégant et porté par un personnage principal remarquablement écrit. Au programme : un Singapour devenu une excroissance du pouvoir américain, un proxénète angélisé, une rivalité entre maisons closes et des dialogues parfaitement troussés.
3
Scenaristes-de-cinema-un-autoportrait-livre-critique
Cet autoportrait collectif des scénaristes de cinéma renferme une dualité parfois déconcertante. Si les auteurs sont passionnés par leur métier, ils éprouvent souvent les pires difficultés à joindre les deux bouts, mènent plusieurs projets de front par nécessité et souffrent d'un manque de reconnaissance et d'un statut précaire. Bienvenue au coeur d'une étape cruciale dans la construction et le lancement d'un film, parmi les petites mains du cinéma rarement mises à l'honneur...
4.5
Les-400-coups-truffaut-critique-film
En 1959, « Les Quatre cents coups » fut acclamé à Cannes. Et pour cause : le premier film de François Truffaut, partiellement autobiographique, est un chef-d'oeuvre de la première heure de la Nouvelle vague française. Tout y est : l'expression néo-réaliste, l'antihéros jeune et indomptable, une ville de Paris érigée en personnage à part entière, une critique du monde adulte et de l'incommunicabilité, ainsi qu'une mise à nu d'une famille dysfonctionnelle. Avec en supplément quelques-unes des obsessions truffaldiennes les plus célèbres.
Nouvelle-vague-dossier-cinema-film-Alain-Resnais-Hiroshima-mon-amour
La Nouvelle vague a influencé des générations entières de cinéastes. Elle a révolutionné les méthodes de production du cinéma français, donné vie à la politique des auteurs, installé au panthéon des réalisateurs tels que François Truffaut ou Jean-Luc Godard, offert au septième art quelques-uns de ses plus grands films. Retour sur les origines d'un mouvement imprescriptible...
3.5
Le-soldat-de-boue-budor-critique-blu-ray.jpeg
Le peintre Mathurin Méheut décrit les horreurs de la Première guerre mondiale à travers ses dessins et la correspondance qu'il entretient avec Marguerite, son épouse. Dans ce documentaire, le spectateur entrevoit le conflit à travers ses yeux et croquis, mais aussi par le biais d'un verbe, celui des lettres, tour à tour horrifiant et fort de la tendresse qu'il éprouve vis-à-vis de sa compagne.
4
Chicken-of-the-dead-film-critique
« Chicken of the Dead » est un exercice graphique d'excellente facture : en dix minutes à peine, Julien David nous immerge dans l'envers cauchemardesque de l'industrie agroalimentaire. Dans le sillage de Bernard Lepique, patron sans scrupules, on découvre tour à tour un maire complaisant, des consommateurs ahuris et un capitalisme générateur de chaos - mais certainement pas d'états d'âme.