PositionRédacteur LeMagduCiné
Inscrit3 septembre 2014
Articles177
ambulance-michael-bay
Conscient de ne pas réinventer la poudre avec son pitch directement issu des 90's, Michael Bay livre avec Ambulance une symbiose étonnante entre les deux pôles de son cinéma : d'un côté, un hyper-réalisme directement tiré de son 13 Hours ; de l'autre, un spectacle volontairement outrancier mais dont les expérimentations esthétiques le propulsent bien au-delà de la mêlée de l'entertainment hollywoodien. De quoi prouver aux derniers récalcitrants que Bay est bien l'un des derniers auteurs de divertissement américain et que, pour ça, il faut le préserver à tout prix.
The Batman apparaît, à l'issue de ces 3h quasi homériques, comme un film plein de cinéma jusqu'à la gueule. Mais au-delà de ce simple constat qui lui permet déjà de se hisser au-dessus de la mêlée super-héroïque, The Batman est surtout une brillante réadaptation de l'icône qui le confronte enfin à un abîme empli de désespoir et de nihilisme.
Sans doute est-ce là la conséquence d’une production à ce point chaotique qu’elle aura duré pas loin de 15 ans et aura mis sur les rotules au moins 5 réalisateurs et un Mark Whalberg qui a ainsi perdu possiblement le rôle de sa vie ; mais l'adaptation tant attendue d'Uncharted s'avère être un spectaculaire ratage. Plat, uniformisé et terriblement conventionnel, la mouture signée Ruben Fleischer est hélas la nouvelle preuve qu'Hollywood ne sait pas comment adapter un jeu vidéo.
Là ou Mourir Peut Attendre s'avère être un grand Bond, c'est peut-être pour la propension qu'il a à être pleinement conscient de son statut de conclusion. Une donnée inédite qui transforme ce 25ème film en un quelque chose de rarement vu dans la saga jusqu'alors. Bardé de scènes spectaculaires et surtout d'éléments qui parleront forcément aux fans purs et durs de la saga, Mourir Peut Attendre se révèle être une conclusion explosive aux 15 années de service de Daniel Craig et surtout un Bond qui marquera les esprits et qui fera date.
Los-Angeles-2013-Carpenter-Retrospective-Critique-cinema
Versant autant dans le délire gonzo que dans la subversion bien vénère qui le caractérise, John Carpenter signe avec Los Angeles 2013, un film atypique. Ni véritablement une suite, ni véritablement un remake, mais plutôt un rejeton bâtard & illégitime dans lequel il dénonce autant qu'il méprise l'idéologie des gros studios hollywoodiens, avide de dupliquer n'importe quel projet à outrance. Le tout pour un résultat frôlant le bras d'honneur trollesque mais qui parvient contre toute attente, à faire mouche vu la posture de mercenaire sans foi ni loi adoptée par Carpenter.
a-couteaux-tires-rian-johnson-critique
Considéré comme le mal incarné depuis la sortie de Star Wars : Les Derniers Jedi, Rian Johnson n'a pas attendu que la poussière retombe pour embrayer sur ce que l'on appelle de l'autre coté de l'Atlantique un "crowd-pleaser", comprenez ici quelque chose étant à même de plaire aux foules. En résulte le film À Couteaux Tirés, qui même s'il semble épouser les atours d'un genre méga codifié, ici le whodunnit, permet à son auteur de détourner ces mêmes codes et à gratifier le tout d'une pique éminemment incisive sur ce qu'est l'Amérique en 2019.
Au détour d'une décennie qui aura permis la confirmation de bon nombres d'acteurs & actrices, on évoque assez peu le cas de ceux ou celles qui se sont vus justement révélés. C'est pourtant le cas d'un certain Adam Driver, qui non content de tutoyer les 2m, a également réussi à tutoyer les sommets, grâce à une palette de jeu étoffée mais aussi et surtout une dualité dans sa façon de jouer lui permettant de jongler entre comédie et drame avec l'aisance d'un déjà très grand comédien.
roland-emmerich-critique-midway
Las des soucoupes volantes contenues dans Independance Day Résurgence, l'allemand Roland Emmerich a cru bon de revenir à quelque chose de plus simple. De plus terre à terre même avec ni plus ni moins que l'évocation d'une des batailles les plus emblématiques de la Seconde Guerre Mondiale : Midway. Le tout pour un résultat impressionnant certes, mais qui pêche à pleinement convaincre faute pour lui d'avoir eu sous la main un budget à la hauteur de ses ambitions.