Undiscovered-country-crritique-bd

« Undiscovered Country » de retour chez Delcourt

Les scénaristes Scott Snyder et Charles Soule s’associent au dessinateur italien Giuseppe Camuncoli pour façonner l’univers dystopique de Undiscovered Country, dont les éditions Delcourt dévoilent le deuxième tome en langue française.

Les États-Unis ont fermé leurs frontières au monde extérieur depuis plus de trente ans. Cela s’est produit soudainement, sans aucun avertissement préalable. Une équipe internationale a été dépêchée sur place, à la recherche d’un remède contre une pandémie mondiale. Après avoir franchi une puissante barrière électromagnétique, ce qu’elle découvre n’a plus rien à voir avec l’Amérique d’antan : c’est une terre étrange, terrifiante, sur laquelle règne la barbarie la plus absolue. Ayant affronté le Maître de la Destinée, l’équipe de Charlotte et Daniel Graves arrive aux portes d’une zone appelée Unité, entièrement régie par les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle.

Partant, ce second tome de Undiscovered Country va fonctionner suivant une triple logique, et en recourant volontiers aux bonds temporels. Il va d’abord révéler comment les États-Unis ont été morcelés et irrémédiablement divisés par deux scellages consécutifs. Il va ensuite traduire dans un univers dystopique les revers les plus glaçants du scientisme et des nouvelles technologies – en s’inscrivant dans les pas d’Aldous Huxley ou Philip K. Dick. Il va enfin faire progresser ses explorateurs à travers une spirale appelée à dévoiler l’essence des treize zones qui occupent désormais le territoire américain (chose qui ne se concrétisera que dans les albums à venir). Ensemble, ces explorations – passées, présentes et futures – donnent lieu à une critique de la nature humaine, fourvoyée entre divisions, égoïsmes et mégalomanies.

Cette suite illustre parfaitement en quoi l’enfer est pavé de bonnes intentions. Unity se gargarise de ses avancées technologiques, matérialisées par des nanomatériaux psychoactifs. Leur usage est censé prévenir tout malheur, mais ce qui en résulte est non seulement illusoire, mais cache en outre un système déshumanisant, où certains enfants traités en quantité négligeable constituent autant de victimes collatérales. Charlotte cherchait à remédier à une « putain de non-vie » provoquée par une crise sanitaire ; elle va découvrir l’effroyable revers d’une médaille un peu trop brillante. Le lecteur découvre les fondements de cette société contre-utopique en même temps que les protagonistes : le solutionnisme technologique d’Unité ne vaut finalement à leurs yeux pas mieux que le chaos individualiste de Destinée.

Aidés en cela par les dessins inspirés de Giuseppe Camuncoli, qui parvient sans mal à créer des univers inventifs et foisonnants, Scott Snyder et Charles Soule satirisent d’un même élan l’ultralibéralisme et la silicolonisation du monde. Pendant leurs péripéties, Charlotte et Daniel retrouvent leurs parents, sous forme d’ersatz. C’est l’occasion pour les auteurs d’en dire plus sur leur passé et sur les raisons ayant motivé la séparation de leur famille. Quelques clins d’œil (iPod, Danny Elfman…), une réflexion sur le difficile partage des ressources naturelles et quelques sophistications narratives (le Docteur Sam Elgin, les messages posthumes, le temps s’écoulant différemment selon les territoires…) viennent apporter encore davantage d’épaisseur à cette série pleine de promesses.

Undiscovered Country (02), Scott Snyder, Charles Soule et Giuseppe Camuncoli
Delcourt, novembre 2021, 176 pages

Note des lecteurs0 Note
3.5

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées et des actualités DVD/bluray