Le-reve-de-Sarah-critique-bd

« Les Sœurs Grémillet » en quête de réponses

Les Sœurs Grémillet reforment « le club des trois frangines ». Leur mission est simple : en apprendre davantage sur le passé de leur mère et comprendre enfin les songes étranges de Sarah, l’aînée de la famille.

Elles sont trois. Il y a Cassiopée, toujours dans la lune et parfois heurtée par le comportement despotique de sa grande sœur. Il y a Lucille, la benjamine, taciturne et essentiellement préoccupée par son chat. Il y a enfin Sarah, l’aînée, taraudée par des responsabilités pesantes, mais aussi par un rêve mystérieux qui la poursuit chaque nuit. Ce dernier comprend des méduses, une forêt étrange et un arbre majestueux sur lequel siège un « palais de verre ». De toute évidence, ces visions oniriques constituent autant d’indices sur le passé secret de leur mère, comme le confirmeront des photographies débusquées dans un coin du grenier.

les-soeurs-gremillet-extrait
Extrait visible sur le site de l’éditeur.

L’essentiel de cet album repose sur l’enquête des sœurs Grémillet. Après avoir fouillé dans les affaires poussiéreuses de leur mère, elles partent recueillir des informations en ville et interroger quelques proches, jusqu’à la révélation finale, édifiante quant aux douleurs insidieuses occasionnées par la perte d’un être cher. Si le deuil fait ainsi office de clé de voûte scénaristique, les dynamiques à l’œuvre dans une famille, entre sœurs ou entre parents et enfants, marquent également de leur empreinte le récit. Pour les porter, on peut compter sur les dessins colorés et enchanteurs d’Alessandro Barbucci, lesquels s’adressent tant aux adultes qu’aux plus jeunes.

Ces derniers, justement, apprécieront certainement de voir leur point de vue adopté par les auteurs : c’est leur besoin de réponses et leur volonté de transparence qui vont mener les trois sœurs à une nouvelle appréhension de leur famille. L’ensemble est touchant, bien élaboré, mais sans doute un peu trop lisse. Malgré les non-dits, les récriminations et les jugements à l’emporte-pièce circulant à leur sujet dans le village, les Grémillet continuent de former une famille modèle, comme en témoignent les dernières planches de l’album. Notons enfin que quelques clins d’œil agrémentent cette bande dessinée, telle la présence de Pikachu ou Totoro sous forme de peluches.

Les Sœurs Grémillet : Le Rêve de Sarah (T.01), Giovanni Di Gregorio et Alessandro Barbucci
Dupuis, avril 2020, 72 pages

Note des lecteurs0 Note
3

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.
Plus d'articles
Hit-the-Road-critique-bd
« Hit the road » : destins croisés