1939-1945-bd-critique

« 1939-1945 » en France, en Allemagne et en Belgique

Ariane et Nino, les héros de la collection « Le Fil de l’Histoire » des éditions Dupuis, se penchent cette fois sur une période trouble : les années 1939-1945. Trois albums paraissent simultanément et chacun d’entre eux s’ancre dans un pays européen différent : l’Allemagne, la France, mais aussi la Belgique.

Le docteur en histoire Fabrice Erre et le dessinateur Sylvain Savoia poursuivent leur association de longue date pour la collection « Le Fil de l’Histoire ». Ils déclinent dans trois albums, chacun portant sur un pays européen spécifique, les années 1939-1945, celles de la Seconde guerre mondiale. À chaque fois, le prétexte à la discussion entre Ariane et Nino est le même : une partie de laser game. Ce n’est pas le seul invariant du triptyque, puisque les crimes perpétrés par les nazis envers les Juifs, la manière dont le Troisième Reich a exploité les ressources des pays occupés ou encore les actes de résistance figurent en bonne place dans chacune des bandes dessinées.

Résumer en une trentaine de pages la Seconde guerre mondiale en France, en Allemagne et en Belgique implique nécessairement de laisser certaines questions en angle mort. On le pardonnera d’autant plus aisément à Fabrice Erre et Sylvain Savoia en considérant la clarté de leur propos et leur faculté à se placer à hauteur d’enfant pour narrer certains des événements les plus marquants de l’histoire récente. Au début de leur épopée militaire, la France, la Belgique et l’Allemagne apparaissent respectivement comme une grande puissance industrielle méfiante, un pays neutre meurtri par la Première guerre mondiale et une République revancharde aux velléités expansionnistes.

Fabrice Erre et Sylvain Savoia rappellent à leurs jeunes lecteurs comment tout a commencé : une fois porté au pouvoir, le chancelier Adolf Hitler cherche à rassembler dans son Reich les populations germaniques, considérées comme supérieures. Les nazis annexent d’abord l’Autriche, puis une partie de la Tchécoslovaquie, avant d’envahir la Pologne, ce qui entraîne l’entrée en guerre des Britanniques et des Français. En France comme en Belgique, le contournement de la ligne Maginot surprend l’état-major militaire. En quelques semaines, les deux pays sont occupés par les Allemands. Le maréchal Pétain, collaborateur, va gouverner de manière autoritaire une France divisée, pendant que Charles De Gaulle appelle à la résistance depuis Londres. En Belgique, le roi Léopold III capitule, les Belges fuient leur pays, mais le gouvernement Hubert Pierlot, également en exil à Londres, exhorte ses concitoyens à se dresser face à l’ennemi.

Partout, y compris en Allemagne, la résistance et la collaboration s’organisent : l’ancien préfet Jean Moulin unifie les résistants dans un Conseil national ; l’organisation de la Rose blanche ou l’officier Stauffenberg cherchent à saper de l’intérieur le régime hitlérien ; des mouvements prolifèrent en Belgique, tant en faveur qu’à l’encontre des Allemands. Les trois albums reviennent par ailleurs sur certains épisodes-clés de la Seconde guerre mondiale : l’opération Torch, qui fait enfin reculer les forces de l’Axe en Afrique ; les débarquements de Normandie et de Provence ; les traitements de faveur réservés aux Flamands ; la bataille des Ardennes ou de Stalingrad ; le fameux « mur de l’Atlantique » protégeant les positions allemandes ; les Einsatzgruppen, la Solution finale ou l’opération Barbarossa.

Ce qui ressort de ces trois albums, au-delà des ambitions hégémoniques hitlériennes, c’est la profonde division des populations belges et françaises, mais aussi le caractère implacable de l’Occupation, ainsi que les privations qui en ont découlé. Les Allemands vivaient quant à eux dans un régime de terreur et de propagande. Leur pays, au même titre que Caen ou Tournai, a été défiguré par les bombes ennemies. Pour les Allemands aussi, le prix à payer à la suite des expéditions militaires nazies a été particulièrement lourd : 7 millions de morts, une dénazification difficile, un pays scindé en deux, un mur en plein centre de Berlin…

Le triptyque 1939-1945 constitue une mise en perspective réussie de la Seconde guerre mondiale. Accessible et dense, il condense en trois courtes lectures six années éprouvantes placées sous le sceau militaire. Comme à l’accoutumée, les albums se clôturent par des fiches thématiques, portant notamment sur les personnages-clés qui ont jalonné cette histoire, l’empire colonial français, la résistance, la question royale belge, la bataille des Ardennes, l’idéologie nazie ou encore la Shoah.

1939-1945 (en France, en Allemagne, en Belgique), Fabrice Erre et Sylvain Savoia
Dupuis, septembre 2021, 48 pages

Note des lecteurs0 Note
4

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.