M-le-maudit-fritz-lang-film-bluray-critique

« M le Maudit » en DVD/Blu-ray : comment Fritz Lang a apprivoisé le son et le sens

M le Maudit est le premier film parlant de Fritz Lang. C’est aussi son avant-dernier en Allemagne. Il annonce les tueurs en série modernes, mais surtout l’avènement du nazisme, comme son titre initial, Les Assassins sont parmi nous, semble l’attester. Avec un excellent combo Blu-ray/DVD Digipack, Tamasa nous invite à redécouvrir ce chef-d’œuvre du septième art.

L’ouverture de M le maudit est magistrale : une comptine glaciale, la découverte d’une communauté vivant dans la peur d’un tueur en série, une gamine qui tarde à rentrer de l’école. La première apparition du meurtrier donnera au personnage un caractère profondément iconique : son ombre est projetée à la manière des expressionnistes sur un avis de recherche… le concernant. Partant, Fritz Lang va démontrer toute l’étendue de son talent – et s’amuser : omniscient, il livre aux spectateurs des informations qui échappent à la police et à la pègre. Ces deux dernières sont assimilées et confondues dans un même élan, par un savant jeu de montage de sons et d’images. Le réalisateur allemand met les malfrats et les forces de l’ordre aux trousses de son tueur en série, avec des méthodes étrangement similaires, puisqu’il s’agira avant tout de recourir aux mouchards et à la délation. L’ensemble se veut naturellement d’une ironie mordante.

La scène de la traque, centrale, est une merveille de mise en scène. Par le choix des échelles de plan et par la typographie des lieux, Fritz Lang restitue à l’écran l’accablement qui s’abat sur Hans Beckert. Le tueur en série grassouillet et aux yeux globuleux semble soudainement plus apeuré que monstrueux. Ce parti pris n’a rien d’innocent et se verra consacré dans le final du film, où il s’agira de déterminer ce que sont véritablement l’innocence et la culpabilité, mais surtout la part de barbarie inhérente à chaque homme. À la vision de M le Maudit, Joseph Goebbels aurait noté ce commentaire dans son journal : « Fantastique. Pour la peine de mort. Lang sera notre réalisateur, un jour. » Il n’aurait en fait pas pu davantage se méprendre : le film porte en son sein une charge virulente à l’encontre de la peine capitale et de la justice expéditive. Il n’est pire aveugle que celui qui refuse de voir.

De bout en bout, Fritz Lang impressionne. En un tournemain, il saisit et exploite toutes les subtilités du son. Il utilise quelques notes de Peer Gynt sifflotées pour identifier son tueur en série. Il inclut dans son film des contrastes sonores saisissants. La séquence de la traque est elle-même conditionnée par les bruits que s’échangent les hommes de main de la pègre. La ville est quant à elle érigée en personnage à part entière, tandis que les vitrines de ses magasins servent à sursignifier la folie et les désirs de Hans Beckert (la flèche, la spirale tournante, le bonhomme écartant les jambes). En sous-texte, ce sont la société allemande et sa justice émotionnelle qui se voient interrogées avec férocité – mais une extrême justesse.

BONUS – RESTAURATION

Le grain et les contrastes sont homogènes. L’image s’avère plus que satisfaisante et semble respecter les intentions originelles de Fritz Lang. On trouvera par ailleurs en bonus, en plus d’un livret analytique de seize pages, un entretien passionnant avec Faruk Günaltay, d’une durée de 42 minutes, portant essentiellement sur le contexte et la technique du film.

Bande-annonce : M le Maudit 

Synopsis : Une petite ville allemande vit dans l’angoisse : un tueur en série s’en prend aux enfants des environs. La pègre et la police décident de traquer le criminel…

Fiche technique : M le Maudit 

Titre : M le maudit ou M, ton assassin te regarde (version raccourcie de 1960)
Titre original : M, Eine Stadt sucht einen Mörder
Réalisation : Fritz Lang
Scénario : Fritz Lang, Thea von Harbou, Paul Falkenberg, Adolph Jang, Karl Vosh, d’après un article de Egon Jacobson
Musique : Extraits de Peer Gynt d’Edvard Grieg sifflés par Fritz Lang (Air : Dans l’antre du roi de la montagne)
Photographie : Fritz Arno Wagner et Karl Vash
Premier assistant opérateur : Erwin Hillier (non crédité)
Montage : Paul Falkenberg
Décors : Karl Vollbrecht, Emil Hasler
Production : Seymour Nebenzal
Société de production : Nero Filmgesellschaft
Sociétés de distribution : Allemagne, Vereinigte Star-Film GmbH
Pays d’origine :  Allemagne
Langue : allemand
Format : Noir et blanc – 1,20:1 – Mono – 35
Genre : Expressionnisme allemand, drame.
Durée :
117 min. (1  57) (version initiale),
89 min. (1  29) (version de 1960),
111 min. (1  51) (restauration numérique, sortie en 2014)

DÉTAILS DE L’ÉDITION
Référence : 3700697001195
Collections : Blu-ray, Classiques, Coffrets, Prochainement
Genres : cinéma allemand, policier, Thriller
Année d’édition : 2019
Support Combo Blu-ray DVD Digipack
Langues Allemand – sous-titré français
Durée : 1h51
Caractéristiques Allemagne – 1931 – N&B – 1,37 – 1h51 – VOSTF – 16/9 – Version restaurée 2K

Bonus – « M, un chef-d’œuvre visionnaire », par Faruk Günaltay, 43’ :
Une analyse du film et de son contexte
– Livret 16 pages, Analyse de séquence, le principe de l’alternance, une poétique du son, la sérialité…

Note des lecteurs0 Note
5

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.
Plus d'articles
starman-john-carpenter-karen-allen-jeff-bridges-1984
Starman (1984), de John Carpenter : coiffé au poteau