cold-war-sortie-dvd-2019

Cold War, de Pawel Pawlikowski : la « Dolce Vita maudite » enfin disponible en DVD/Blu-Ray

Cold War, qui avait saisi la croisette de son lyrisme glacial en 2018, trouve un second souffle en ce début d’année 2019 avec une sortie en DVD/Blu-Ray qui se faisait attendre. Au programme, le film de Pawel Pawlikowski bien sûr, qui n’a rien perdu de sa puissance poétique, accompagné d’un Making of et d’un petit documentaire signé Télérama.

Ce qui frappe d’entrée avec Cold War, c’est indéniablement son esthétique : son ratio en 4/3 (1.33:1) et ses noirs et blancs parfaitement contrastés ravivent un style d’un autre temps, de plus en plus rare aujourd’hui. On se croirait parfois chez Godard, dans la manière de jouer avec le cadre et de filmer les mouvements des corps ; on touche par moments au sublime d’un Tarkovski, quand la musique se heurte à l’iconographie religieuse sous-jacente au travers de scènes purement contemplatives. Mais heureusement, Cold War n’est pas qu’une jolie photographie et une forme léchée, c’est surtout une histoire d’amour bouleversante autour du temps qui passe et détruit tout sur son passage. Les personnages sont plongés dans un tourbillon spatio-temporel inarrêtable, forcés à fuir un pays, puis à se cacher dans un autre, mais toujours poursuivis par le temps qu’ils savent être à leurs trousses. Et au milieu : un amour impossible, dangereux, dérangeant, mais sans frontières. Un amour à la recherche d’un perchoir, comme l’oiseau fatigué d’errer sans but au-dessus du monde. Mais dans ce contexte de guerre froide, ni l’Europe de l’est ni celle de l’ouest n’est hissée au rang de paradis. De là, la mélancolie infinie qui plane sur l’œuvre de Pawlikowski, le déracinement et l’impression que seule la mort est en mesure de mettre fin à l’éternel transit de l’âme.

Pour un avis complet, nous vous redirigeons vers l’article cannois que nous avions publié à l’époque ; nous nous pencherons ici sur le contenu additionnel que cette version DVD/Blu-Ray propose. Avant d’entrer dans le vif du sujet, notons tout de même l’absence de doublage français, ce qui ne devrait pas déranger la majorité des spectateurs (mieux vaut ça que l’inverse), mais qu’il est toujours bon de préciser.

– Making of (13′)

Pendant un petit quart d’heure, le réalisateur nous embarque derrière sa caméra et parle de sa vision personnelle du cinéma, au milieu des répétitions de danse, de chant et des tournages nocturnes. Un point d’honneur est mis sur le travail sur la musique : « Pas la musique de film, la musique qu’on intègre au film pour le rendre musical », précise Pawlikowski ; un folklore crédible qui évolue à mesure que les protagonistes avancent dans le temps comme dans l’espace. « Le film traite de l’évolution des personnages, mais aussi de la musique », d’où la cohabitation de chansons traditionnelles et de mélodies plus jazzy, sans que l’ensemble ne perde jamais sa cohérence.

En fait, Pawlikowski se révèle être un réalisateur du mouvement : son film parle du mouvement des corps et des sentiments, mais même ce Making of atteste de l’instabilité qui l’anime. À la manière d’un Terrence Malick, il n’hésite pas au moment même du tournage à modifier des dialogues, des cadrages, des éclairages, à retoucher le story-board, etc. Le processus créatif est un alliage de si nombreux ingrédients que le cinéaste polonais refuse de le réduire à un théorème bien calculé à l’avance que l’on n’aurait plus qu’à appliquer aveuglément le jour J.

Ce Making of, sans être indispensable, a donc le mérite d’éclairer le spectateur quant aux intentions et aux objectifs qui animaient Pawel Pawlikowski lors du tournage de Cold War. Un réalisateur profondément indépendant et inventif, sur lequel il faudra sans doute compter de plus en plus.

– Retour sur Cold War, par Pierre Murat (Télérama, 17′)

Avec ce mini-documentaire, Pierre Murat complète idéalement le Making of évoqué ci-dessus. Cette interview met en lumière le poids de l’histoire et notamment de celle de ses parents sur l’impulsion créatrice et cinématographique de Pawlikowski. Un cinéaste qui fait passer sa dénonciation du pouvoir politique par la musique et les sentiments qui lient les personnages entre eux. Ainsi la dimension poétique est-elle décuplée, lorsque images, sons et lumières participent d’un même élan dramatique. Chaque note, chaque cadrage, chaque regard contient en lui toute l’histoire de la Pologne des années 50-60, comme une goutte d’eau contient déjà en elle tout l’océan.

Ce décorticage de près de vingt minutes permet au spectateur de mieux comprendre cette « froideur » dont on a souvent qualifié Cold War. Or le film semble montrer tout l’inverse : la froideur plastique n’illustre que la froideur glaciale du contexte historique qui dessèche petit à petit l’amour des deux protagonistes ; mais les noirs et blancs s’avèrent tout compte fait chaleureux, lors de scènes de bal ou de soirées bouillonnantes. Le film est vivant, dynamique ; et son mouvement constant, ses contrastes millimétrés, génèrent un parfum à la fois doux et épais.

Bande-annonce – Cold War

Synopsis : Pendant la guerre froide, entre la Pologne stalinienne et le Paris bohème des années 1950, un musicien épris de liberté et une jeune chanteuse passionnée vivent un amour impossible dans une époque impossible.

Caractéristiques du DVD :

  • Format : Noir et blanc, Plein écran, Son HiFi, Cinémascope, PAL
  • Audio : Polonais (Dolby Digital 2.0), Polonais (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Diaphana
  • Date de sortie du DVD : 5 mars 2019
  • Durée : 81 minutes

Rédacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
musique-mr-robot-mac-quayle-tracklist-bo-serie
Les hackers représentés dans les films vs les véritables pirates informatiques