le-pole-express-film-robert-zemeckis-noel-retrospective

Rétrospective Films de Noël : le Pôle Express de Robert Zemeckis

Avec le Pôle Express, Robert Zemeckis signe une œuvre généreuse d’une grande richesse visuelle. Il propose un étonnant et trépidant voyage vers le Pôle Nord, siège de la légendaire ville du père Noël, mais surtout un périple intérieur pour des enfants qui reviendront chacun transformés, porteurs d’une leçon de vie inscrite à la poinçonneuse, en un verbe, sur un précieux billet de train doré.

Quel enfant n’a jamais rêvé du jour de Noël ? Attendu la veille au soir, plein d’impatience et d’espérance, qu’apparaissent les premières lueurs de l’aube ? Guetté le doux tintement des grelots des rennes ou le pas assuré du père Noël ? Prié religieusement pour que les cadeaux tant désirés arrivent enfin ?

Pourtant, au milieu de tous ces enfants émerveillés, comme bercés dans de tendres illusions, un petit garçon ne croit pas. Il doute de l’existence d’un père Noël indicible et invisible, jusqu’à l’évoquer devant sa jeune sœur qui, elle, rejettera toute incertitude. Sceptique, il regagne sa chambre sans conviction, sans oser imaginer qu’un événement irréel puisse se produire.

Un conte enchanté           

Le récit du Pôle Express se présente comme un véritable conte de Noël mêlant imaginaire, symbolique et morale. Se déroulant dans la nuit du 24 au 25 décembre, il invite de jeunes enfants, choisis pour leurs dons et leurs caractères, à une aventure inoubliable à bord d’un train lancé à pleine vitesse vers la cité du père Noël.

Le trajet dans les paysages enneigés, aussi mouvementé qu’un tour de montagnes russes, devient l’occasion pour les enfants de révéler leurs qualités, leurs défauts, et de nouer des amitiés. Face aux arrêts intempestifs, aux gigantesques pentes, aux troupeaux de rennes et aux rails gelés, seul le conducteur du Pôle Express, incarné par l’impeccable Tom Hanks, et aussi pressé que le lapin blanc d’Alice, assure la sécurité des passagers.

La représentation graphique du Pôle Nord, plutôt réussie, offre un spectacle visuel joyeux et coloré. Elle donne à voir une réelle machinerie de Noël par le travail d’industrie des lutins, chargés de la surveillance des enfants menteurs, désobéissants, comme de l’emballage et du transport des cadeaux. La féerie de cet univers festif se poursuit dans le dédale de rues lumineuses et décorées, un sapin géant dont le sommet semble toucher les étoiles et l’apparition très attendue du père Noël.

Croire en la magie

Au cœur du Pôle Nord, alors que les autres enfants se laissent guider par le tintement des grelots pour se lancer à la recherche du père Noël, le petit garçon, perplexe, n’entend rien. Car la croyance n’appartient pas au monde sensible, visible. Comme le découvrira ce garçon, elle ne provient pas de l’univers extérieur, mais de l’intérieur de soi. C’est un acte de foi, une assertion que l’on choisit d’adopter. Ainsi, lorsque le garçon ferme les yeux, choisit de croire en l’existence du père Noël et l’exprime à haute voix pour s’en convaincre, il parvient symboliquement lui aussi à percevoir et ressentir toute la féerie de la ville polaire.

Or, si selon le célèbre Walt Disney, « les adultes ne sont que des enfants qui ont grandi », ils n’en perdent pas moins, pour la majorité d’entre eux, une partie de leur âme d’enfant, en particulier la croyance dans l’imaginaire. C’est pourquoi les parents du jeune garçon ne peuvent écouter le son du grelot offert par le père Noël, désormais bien audible pour leur deux enfants. Ils se montrent aussi incrédules lorsque leur fils leur révèle l’auteur de ce présent.

En ce mois de décembre, le Pôle Express nous invite ainsi à croire à nouveau. Pas seulement en la figure tutélaire du père Noël mais, plus largement, en la magie que nous procurent les fêtes de fin d’année, en particulier le bonheur, l’amour, l’amitié, la générosité, l’espoir et le rêve.

Comme ce garçon dubitatif qui reviendra émerveillé, chaque enfant retournera chez lui fort d’un apprentissage. La patience, la confiance, l’affirmation de soi sont autant de leçons que les enfants retiendront de leur visite dans le Nord. En ce sens, Noël, c’est aussi l’occasion de tirer notre propre bilan personnel, de comprendre nos échecs, s’approprier nos enseignements, s’affranchir de notre passé, faire nos vœux pour l’avenir. Une période de retrouvailles collectives autant que de réflexions individuelles. Une opportunité de souhaiter ce qui nous manque comme de nous confronter à ce que l’on possède.

Entre magie, aventure et morale, le Pôle Express reste un film familial qui ouvre l’imaginaire des jeunes et ranimera celui des grands. En nous plongeant dans l’esprit de Noël, il offre un merveilleux divertissement emprunt d’une rare féerie qui nous transporte, pendant deux trop courtes heures, dans un univers où la croyance rend tout rêve possible.

Le Pôle Express – Bande annonce

Le Pôle Express – Fiche technique

Réalisateur : Robert Zemeckis
Scénario : Robert Zemeckis, William Broyles Jr.
Interprétation : Tom Hanks (le conducteur, Hero Boy, Father), Josh Hutcherson (le garçon), Nona Gaye (Hero Girl), Leslie Harter Zemeckis (Sister Sarah, Mother), Michael Jeter (Smokey, Steamer), Eddie Deezen (Know-It-All)
Photographie : Don Burgess, Robert Presley
Montage : Jeremiah O’Driscoll, R. Orlando Duenas
Musique : Alan Silvestri
Producteurs : Gary Goetzman, Steve Starkey, William Teitler, Robert Zemeckis
Maisons de production : Castle Rock Entertainment, Warner Bros., Shangri-La Entertainment, Imagemovers
Distribution (France) : Warner Bros.
Durée : 99 min.
Genre : Animation, aventure
Date de sortie : 1 décembre 2004
États-Unis – 2004

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
fracture-l-heure-de-la-sortie-cinema-ecole
Ecole et cinéma : l’échec de l’institution raconté par L’Heure de la sortie et Fracture.