Presque-critique

Presque de Bernard Campan et Alexandre Jollien : célébrer la vie en attendant la mort

Road-movie lumineux, périple initiatique touchant réalisé et interprété par le talentueux tandem Bernard Campan/Alexandre Jollien, Presque aborde le handicap en prônant la force de l’amitié et du vivre-ensemble contre l’immobilisme anesthésiant des préjugés et du repli sur soi.   

Sixième long-métrage de Bernard Campan (Les Trois frères, Se souvenir des belles choses, Un sac de billes) produit par Philippe Godeau et coréalisé avec le philosophe et écrivain suisse Alexandre Jollien, Presque est une comédie enlevée, pleine de tendresse et profondément humaine. Elle met en scène deux célibataires endurcis aux sensibilités contradictoires et pourtant complémentaires : Igor, quadragénaire handicapé féru de philosophie et Louis, 58 ans, croquemort et directeur d’une société de pompes funèbres.

L’un, spinoziste, livre des légumes bio sur son tricycle pour payer son loyer, l’autre, fataliste, transporte dans son grand corbillard le corps d’une défunte à l’autre bout du pays. Cette rencontre fortuite entre le vivant et la mort, le bonheur et le deuil, le berceau et le cercueil engendre évidemment un voyage initiatique – lequel permettra aux deux protagonistes en crise d’échapper au rôle qu’on leur a assigné, de laisser parler leurs fantasmes, d’apprivoiser le regard d’autrui, de découvrir le corps de l’autre et finalement d’accepter sa différence –, mais aussi un apprentissage poétique et sensitif de la sexualité masculine.

Tous deux abandonnés par les femmes qui peuplaient leur morne existence, Igor et Louis renaissent à mesure qu’ils avancent ; chaque étape du parcours se faisant alors le réceptacle de sentiments quasi-fraternels. Ici, en effet, l’habitacle du corbillard devient le lieu propice à toutes les confidences où l’on chante effrontément l’amour et l’Habanera de Carmen. De même, la beauté des paysages ruraux qu’ils traversent pour parvenir à leur destination enveloppe la détresse de leurs âmes abîmées, blessées, en fuite vers un monde meilleur dans lequel la différence demeure avant tout une fierté.

Entre inserts méditatifs et plans larges aériens libérateurs, Presque est la réverbération spontanée de ces destins mortels qui un jour par hasard se frôlent, s’étreignent, de ces sourires furtifs et bienveillants qui s’échangent le temps d’un simple clin d’œil, avant de se séparer. C’est aussi la grâce d’une silhouette bouleversante, celle du formidable Alexandre Jollien qui ne joue pas mais « se laisse être » face à la caméra, dans un geste thérapeutique sincère qui fait jaillir l’émotion.

S’imprime sur notre rétine le magnifique plongeon final, sorte de baptême symbolique d’Igor et Louis, qui, tels des « bourgeons » prêts à éclore, se mettent à nu pour enfin sauter dans le vide et se jeter à l’eau ensemble.

Sévan Lesaffre

Presque  Bande-annonce

Synopsis : Un voyage en corbillard, de Lausanne vers le sud de la France. Le périple de deux hommes différents qui vont bientôt se découvrir des points communs. Sévan Lesaffre

Presque – Fiche technique

Avec : Bernard Campan, Alexandre Jollien, Tiphaine Daviot, Julie-Anne Roth, La Castou, Marie Benati, Marilyne Canto, Anne-Valérie Payet, Marie Petiot, Laëtitia Eïdo, Maurice Aufair…
Réalisation : Bernard Campan et Alexandre Jollien
Scénario : Hélène Grémillon, Alexandre Jollien, Bernard Campan
Production : Philippe Godeau
Photographie : Christophe Offenstein
Montage : Annette Dutertre
Musique : Niklas Paschburg
Distributeur : Apollo Films
Durée : 1h31
Genre: Comédie dramatique
Sortie : 26 janvier 2022

Note des lecteurs0 Note
3

Critique cinéma sur LeMagduCiné