The last man on Earth, saison 1 : critique de la série

the-last-man-on-earth-critique-serie-saison1

[Critique] The last man on Earth, saison 1

Synopsis : À la suite d’une épidémie planétaire, la population mondiale a été décimée. Unique rescapé, Phil Miller parcourt le monde à la recherche de possibles survivants. Profitant tout d’abord d’une liberté sans borne, il baisse rapidement les bras lorsqu’il comprend qu’il est le dernier de sa race. Tout près de se suicider, il rencontre alors celle qu’il pense être la dernière femme sur Terre, pour son plus grand malheur…

The last man on Earth : la survie de l’espèce entre les mains de Will Forte

The last man on Earth est une série télévisée créée par Will Forte. La première saison, sortie aux USA en mars 2015, est constituée de 13 épisodes de 22 minutes. Lors de sa diffusion sur la Fox, la série connaît un certain succès qui lui vaut d’être reconduite pour une saison 2. Effectivement, le pilote de The last man on Earth, réalisé par Phil Lord et Christopher Miller (tous deux réalisateurs de 21 et 22 Jump Street), a de quoi faire tourner la tête, mais la série doit son succès à la réalisation et au scénario original de Will Forte qui tient aussi le premier rôle. Ce scénariste tout feu tout flamme s’est fait la main dans des épisodes réussis de That 70’s Show et de Urgence ainsi que dans MacGruber, une prochaine comédie d’action avec Ryan Phillippe et Val Kilmer.

Seul au Monde ?

The last man on Earth, comme l’indique le titre, raconte l’histoire du dernier homme sur Terre : Phil Miller (Will Forte, Voisin du troisième type, Nebraska). Oui, mais l’histoire ne s’arrête pas là et dès la fin du pilote il apparaît que « The last man on Earth » n’est, en fait, pas si seul que ça. Un détail qui lui évite peut-être de singer trop longtemps Tom Hanks, philosophant avec son ballon dans Seul au Monde même si le spectateur n’échappe pas à cette caricature très réussie durant son One Man Show de 18 minutes. Le clin d’œil à Wilson (le ballon) sera d’ailleurs repris à plusieurs moments dans la saison, comme le leitmotiv de l’histoire.

On en regretterait presque que le héros ait si vite de la compagnie tant le personnage de Phil est nature, tordant et sympathique et qu’il suffit à capter l’attention du public dès le premier épisode.

Un Éden post-apocalyptique

On ne peut pas traiter de la fin du monde sans références bibliques, en particulier dans les films américains. Dès lors que le deuxième personnage, Carol Pilbasian (Christen Schaal, Welcome to the Jungle), fait son apparition, la question du repeuplement de la Terre se pose. The last man on Earth prend alors l’allure d’une parodie d’Adam et Ève dans un Éden eschatologique aux antipodes du Jardin des délices et où Carol, n’a en réalité rien d’une Ève.

Dans ce jardin d’Éden, ce sont les biens matériels et l’alcool qui prolifèrent. Phil collectionne les tableaux de maîtres et les ossements de dinosaures et se baigne dans une piscine de Margherita tandis que Carol préfère le champagne et les raisins – qu’elle force Phil à goûter. Faut-il y voir le symbole du fruit défendu ? Quoi qu’il en soit, ce n’est qu’une fois mari et femme que le couple s’adonnera aux plaisirs de la chair.

Cette relation duelle entre Phil et Carol fonctionne d’ailleurs assez bien et la série ne perd rien de son originalité et de son rythme tant les personnages sont vivants, expressifs et parfaitement assortis. Will Forte et Christen Schaal sont habitués à travailler ensemble (30 Rock, L’Île des Miam-nimaux : tempête de boulettes géantes 2) et cela se ressent. À aucun moment le spectateur ne s’ennuie. Ce couple grotesque est ensuite rejoint par la jolie Mélissa Shart (January Jones, Mad Men, Le Pacte) et une relation triangulaire s’installe. Mélissa prend la relève et devient Ève, tant convoitée par Phil (les deux acteurs sont fiancés dans la vraie vie) tandis que Carol excelle en mégère et épouse.

Morne plaine

Malheureusement, l’équilibre entre le huis-clos et le comique de situation est de courte durée et le spectacle prend fin quand un quatrième arrivant fait son entrée, puis un cinquième, puis un sixième… Peu à peu, le jardin d’Éden se transforme en Garden-Party : une petite communauté d’américains dont le quotidien et les états d’âme sont dignes d’un roman-feuilleton et où les passions et les disputes prennent le pas sur l’humour et la dérision.

Au fil des épisodes et à mesure que la communauté s’agrandit, The Last Man on Earth perd de son élan et de son originalité ce qui est bien dommage car la série tombe dans le déjà-vu, le banal. Bien sûr, nous sommes toujours dans la comédie et Will Forte joue à merveille le malotru égoïste et de mauvaise-foi. Avec l’aide de sa binôme, Christen Schaal, il parvient tant bien que mal à nous faire rire ce qui fait de cette série un gentil divertissement mais sans grande ambition.

Fiche technique : The last man on Earth

Genre : Comédie
Création : Will Forte
Production : Phil Lord et Christopher Miller
Acteurs principaux : Will Forte, Kristen Schaal, January Jones, Cleopatra Coleman, Mel Rodriguez
Pays : États-Unis
Diffusion : Fox
Format : 13 épisodes de 22′

Plus d'articles
bd-roman-graphique-l-accident-de-chasse-Sonatine-editions
L’accident de chasse : vérité ou mensonge ?