The Mentalist : 9 Millions de fans sur TF1

The Mentalist est une série diffusée depuis 2010 sur TF1 depuis et depuis 2008 sur CBS. Elle met en scène une équipe d’investigation enquêtant sur des crimes comme celui du cas John le Rouge, Red John, tueur en série qui a assassiné sa femme et sa fille quelques années plus tôt… Il signe ses crimes par une binette dessinée avec le sang de ses victimes sur les murs. Patrick Jane interprété par Simon Backer est The mentalist, un consultant disposant d’un sens hors du commun du sens de l’observation, comme Sherlock Holmes. Dans le générique, on peut lire qu’un mentaliste est une : « personne qui utilise l’acuité mentale, l’hypnose et la suggestion. Maître de la manipulation. »

« La pensée n’est pas seulement intérieure mais s’irradie au travers de l’espace en y déterminant des répercutions conformes à sa teneur »

Paul Clement JAGOT.

Le mentalisme une philosophie cartésienne

Le terme mentaliste a été utilisé la première fois l’existence dans son principe dès l’Antiquité, 400 ans avant JC, voir les ouvrages sur l’Hermétisme, ou le Kybalyon. On peut voir sur ce site que comment le terme évolue au fil des époques.

En 1902, V. Segno démocratise le terme de Mentalisme comme étant « l’exploitation des capacités métaphysiques latentes de l’homme » dans son livre incontournable La Loi du Mentalisme.

À partir de 1935, le terme « Mentaliste » est repris par certains illusionnistes qui recréent les expériences des Mentalistes en utilisant des trucages de magiciens afin d’arriver à un résultat apparemment similaire dans les grandes lignes.

Notons que les gouvernements font appel à ses observateurs afin de démasquer des criminels et les multinationales pour former des négociateurs de contrats. Il a été observé chez ceux qui manipulent l’illusion un charisme exceptionnel, une capacité à détecter le mensonge, comme dans la série Lie to me.

Observons que l’esprit cartésien peut amener au refus de considérer qu’ils existent des phénomènes que l’on n’a toujours pas compris. Dans la série, Patrick Jane nie les phénomènes dit paranormaux. Sa formation l’amène à refuser de voir qu’il existe un autre monde, et il se sent donc fragilisé dans ses convictions face à des personnes douées de capacités que l’on ne s’explique pas encore, comme la télépathie, la prémonition, où encore la clairvoyance. Somme toute, au fil des épisodes, il se rend compte qu’il y a des choses que son savoir et ses capacités d’observation ne peuvent pas expliquer. Un bon mentaliste est avant tout un bon observateur, une capacité que possède les magiciens, prestidigitateurs et autres illusionnistes.

Sachant qu’une certaine confusion existe aussi entre le mentalisme et la magie, un art noble comme on peut le voir dans d’excellents films comme L’illusionniste et Le Prestige. La série, The Mentalist propose à travers Patrick Jane une idée du travail des mentalistes. Bien qu’elle soit incomplète elle permet d’élargir son champ de connaissance.

Au final, cette série plutôt bien faite connait un succès mérité. Elle plait en France même si au USA. Les audiences sont en berne en raison d’un changement d’horaire probablement. Elle a le mérite d’être une série policière oscillant entre actions et réflexions. Elle peut être très drôle comme dans l’épisode 19 de la saison 5 « Red Letter Day », diffusée le 14 Avril sur CBS : on voit l’équipe de tournage dans une ville touristique du « Wild West », aux pays des Cow-boys, où le propriétaire du saloon est retrouvé mort; on va se la jouer en mode Saloon et revolver.

Quant à John le Rouge on sait désormais que Robert Kirkland « Bob », un personnage qui apparaît pour la première fois dans l’Aube Rouge The Red Curtain, s’avère être un complice du tueur en série et peut être même le criminel lui-même. La confrontation promet d’être épique entre les deux protagonistes. On peut écouter le thème musical accompagnant la 1ère rencontre entre Patrick Jane et le possible tueur en série. En tout cas, une saison 6 a été annoncée par la chaîne qui a fait son choix sur les séries à renouveler pour une prochaine saison.

Plus d'articles
The-Thing-film-john-carpenter
The Thing (1982) de John Carpenter : le grand film qui ne veut pas de vos compliments