star-wars-rebels-saison-3-grand-admiral-thrawn

Star Wars Rebels : la saison 3, Thrawn et son avenir

Star Wars Rebels a dévoilé ses nouveautés à la Star Wars Celebration, dont une d’une grande importance pour les fans de La Guerre des Étoiles : l’introduction du Grand Admiral Thrawn !

Le weekend du vendredi 15 au dimanche 17 juillet 2016 s’est tenu un événement d’envergure internationale : la Star Wars Celebration. Ayant lieu chaque année, et non plus tous les deux ans depuis l’absorption de Lucasfilm par Disney, la Star Wars Celebration réunit des fans, du merchandising à grande échelle, et des panels de discussion, avec révélations et réflexions avec des artistes. Toutefois ces moments sont tronqués par le fait qu’ils sont fondés sur un travail de marketing. En effet, ces micro-événements sont aussi des stratégies de marketing en eux-même, puisqu’ils permettent de promouvoir et vendre le nouveau objet labellisé Star Wars.

Et justement, on nous a dévoilé et annoncé, en grande pompe avec jeux de lumières, stars et artistes présents, et musique de Williams à l’appui, bien des nouvelles.

Nous avons ainsi appris du côté du petit écran que Star Wars Rebels star-wars-thrawn-concept-artallait compter un « nouveau » personnage et pas des moindres, le Grand Amiral Thrawn. « Nouveau » car il ne l’est pas tout à fait. En effet, le personnage a été créé en 1991 dans le formidable roman L’Héritier de l’Empire, premier volet d’une trilogie non moins géniale, la Croisade Noire du Jedi Fou, écrite par Timothy Zahn, qui était considérée à l’époque comme la troisième trilogie, ou trilogie sequel. Il s’agissait alors d’un personnage de l’Univers Étendu, auquel appartenaient jeux vidéo, romans et bandes dessinées, et qui faisait partie au canon des films. Mais ça, c’était avant, avant le rachat par Disney qui l’a rapidement mis au placard, afin de retrouver une liberté créative optimale, et surtout de pouvoir (ré)inventer et vendre de nouveaux produits.

star-wars-thrawn-fan-artThrawn est un officier de génie, planifiant des projets complexes et machiavéliques. D’une culture et d’une intelligence impressionnantes, Thrawn s’est révélé être l’un des bad guys favoris de l’univers Star Wars, à tel point qu’il était pressenti sur la toile comme l’un des grands méchants du prochain épisode (voir la fan picture ci à gauche, avec Benedict Cumberbatch imaginé dans le rôle). Et justement, Lucasfilm sous Disney peut avancer comme ils le désirent, non « contraints » par l’univers étendu devenu « légende ». Ce terme permet une ambiguïté. Timothy Zahn a d’ailleurs fait une remarque juste à ce propos :

Timothy Zahn: « Je pense que c’est comme la légende de Robin des Bois. On raconte des histoires déjà connues comme Robin des Bois, Le Roi Arthur ou les Chevaliers de la Table Ronde. Ces histoires ne sont pas réelles et pourtant elles sont plaisantes à lire. Imaginez que quelqu’un trouve une lettre du Prince Jean adressée au shérif de Nottingham disant  » Je veux voir la tête de Robin des Bois sur une pique car il se moque de mon royaume, j’en ai assez! ». Soudain, ce qui part d’une légende devient un fait historique. C’est un peu ce qui a été fait en créant les légendes de l’Univers Étendu. Ces histoires sont devenues vraies d’une certaine manière, elles sont la suite logique pour les fans. (…) On nous dit qu’à tout moment nous pouvons faire ce que nous voulons pour le canon. Les meilleures options restent.  Gardez à l’esprit que maintenant, il y a Pablo Hidalgo, Dave Filoni et Kathleen Kennedy qui sont passionnés de Star Wars. Ce ne sont pas des gens qui débarquent et qui vont détruire Star Wars. S’ils doivent détruire une partie de l’Univers Étendu, c’est parce cela ne convient pas à ce qu’ils souhaitent faire. (…) Cependant, ce qui est triste est que l’Univers Étendu prend le nom de « Légendes », cela n’est donc plus réel… mais ce n’était pas vraiment réel non plus au départ ! Je pense que l’Univers Étendu et Star Wars sont entre de bonnes mains. Et rappelez-vous également que JJ Abrams et Kathleen Kennedy ne vont pas venir vous cambrioler pour prendre vos livres. »

Ainsi les légendes ne sont pas forcément hors-canon. Dave Filoni, co-créateur, réalisateur/scénariste et showrunner de la série, est un hériter de George Lucas. En effet, Filoni a été superviseur, réalisateur/scénariste, et producteur de la série d’animation à succès critique et public The Clone Wars créée par Lucas, diffusée entre 2008 et 2014. Il est donc un ancien de la précédente ère de Lucasfilm. Et il est aussi un fan de l’Univers Étendu. L’annulation de The Clone Wars après le rachat de Lucasfilm l’avait déçu, notamment parce qu’il n’a pu terminer la série et ses arcs comme il l’aurait aimé. Mais on lui a donné l’opportunité de travailler sur Rebels, avec notamment Simon Kinberg (scénariste des Sherlock Holmes de Guy Ritchie, ou encore X-Men Days of the Future Past de Bryan Singer). Et si la série a démarré avec une patte graphique assez différente et surtout un ton plus enfantin, Filoni, le deuxième homme au chapeau de Lucasfilm (le premier étant Indiana Jones), a pu continuer à travailler certains éléments de The Clone Wars, précisément dans la saison 2 avec l’introduction d’Ashoka Tano et du clone vieilli Rex. Ceci, avec la présence de Vader / Anakin, tel qu’il a été travaillé au fur et à mesure de The Clone Wars, a fait de cette saison un show remarquable et ayant dépassé ses ambitions narratives et scénaristiques limitées à un remake déguisé de la Guerre des Étoiles premier du nom (Le Réveil de la Force n’était pas loin).

Star Wars Rebel : un retour sur la relation Ashoka / Anakin

Filoni, fan de l’Univers Étendu, tout comme nombre de ses anciens compères de Lucasfilm Animation restés au feu avec lui, a écouté les fans et aussi son propre plaisir. Il a d’ailleurs déclaré : « Vous ne pouvez pas avoir grandi en tant que fan de Star Wars sans avoir rencontré Thrawn dans l’Héritier de l’Empire (…) et ça nous a soufflé l’esprit ». Ainsi l’Univers Étendu est loin d’être mort, puisque Thrawn a fait son entrée dans Rebels, précisément dans la saison 3 (comme dans Star Wars Épisode VII, où l’un des enfants de Han Solo et Leia Organa s’appelle Ben, ce que l’on peut lire dans les romans de l’univers étendu).

Comme vous pouvez le voir sur l’image de couverture, le visuel du personnage est calqué à peu de nuances près sur celui des comic books et autres couvertures de romans et jouets. Et c’est l’acteur Lars Mikkelsen, connu pour ses interprétations justes et grisantes dans House of Cards, dans la série Sherlock ou encore The Killing, qui donnera de sa voix au Grand Amiral. Anecdote amusante notée par Filoni, Lucasfilm a deux Mikkelsen chez eux, Lars dans Rebels, et Mads dans le stand-alone Star Wars Rogue One. Pour nous, chanceux parmi d’autres qui avons gouté à des extraits ainsi qu’à l’énorme pilote de la saison 3, nous pouvons vous dire avec certitude une chose : ça y est, ne vous inquiétez plus, Thrawn existe pour de bon, et nous frissonnons à l’idée de le revoir !

Enfin soyez rassurés pour l’avenir, même si Filoni n’a cessé de dire qu’il ne pouvait rien dire, il a énormément suggéré – avec très peu de subtilité – que d’autres personnages connus de l’Univers Étendu, ou bien même des films, feront leur retour audiovisuel dans Rebels ! D’ailleurs l’acteur Sam Witwer, l’apprenti rebelle – puis l’apprenti possiblement cloné du premier – de Vader dans les jeux Star Wars Le Pouvoir de la Force I & II, et interprète de Darth Maul dans The Clone Wars et Rebels, n’a cessé de charrier son comparse Filoni sur l’apparition de nouveaux personnages. Même si Lucasfilm sous Disney, et Disney boosté par Star Wars méritent de recevoir bien des reproches et critiques, l’univers de George Lucas est loin de courir à sa perte.

Star Wars Rebels : Bande-annonce de la saison 3

À noter qu’un nouveau roman Star Wars, donc appartenant au nouveau canon, sobrement intitulé Thrawn et écrit par Timothy Zahn sortira en 2017 (voir image ci-dessous).

star-wars-thrawn-novel-timothy-zahn

Plus d'articles
chantons-sous-la-pluie-donen-kelly-film-critique-kelly-oconnor-reynolds-good-morning
Chantons sous la pluie et le cinéma parlant : Une immersion dans une révolution