Mauvaise Graine, un film de Claudio Caligari : Critique

[Critique] Mauvaise Graine (Non essere cattivo)

Synopsis : 1995, près de Rome. Vittorio et Cesare qui se connaissent depuis 20 ans, sont comme des frères inséparables. Leur quotidien se résume aux discothèques, à l’alcool et aux trafics de drogues… Mais ils paient cher cette vie d’excès. Après avoir rencontré Linda, Vittorio semble vouloir changer de vie. Cesare lui, plonge inexorablement…

Mauvaise Graine (Non essere Cattivo) est le film posthume de Claudio Caligari, décédé le 26 mai 2015. Pour son ultime long-métrage, le réalisateur s’est immergé dans un monde fait de magouilles, de drogues et de sexe, où le plus fort et le plus respecté fait la loi. Mais le réalisateur est allé plus loin en se donnant la tâche de faire vivre de véritables relations humaines, avec deux amis comme personnages principaux. On non-essere-cattivo-mauvaise-graine-un-film-italien-de-claudio-caligari-critique-cinema-luca-marinelli-alessandro-borghiconnaît leurs joies, leurs peines, leurs réussites ou leurs déboires. Les deux amis sont campés par Alessandro Borghi et Luca Marinelli. Borghi est un acteur qui s’impose de plus en plus dans le cinéma italien, et qui s’est fait récemment remarquer pour son rôle de Numéro 8 dans Suburra. Avec Mauvaise Graine, il ne fait que confirmer son talent et prouve qu’il est capable de jouer avec les émotions du spectateur. Il bouleverse comme il fait sourire, ses expressions corporelles ses coups de sang correspondant à la perfection avec le personnage qui lui a été attribué. La fin du film, bien qu’un peu prévisible, est remarquable et ne peut qu’émouvoir tant Alessandro Borghi dégage ce truc dans lequel on parvient à se retrouver, même si d’un tout autre monde. Son personnage de Vittorio est un être touchant, assistant à la descente aux enfers de son ami d’enfance, qui a pour ultime souhait de s’en sortir. Le personnage est crédible tant il est finement écrit par Claudio Caligari. On ne peut que se prendre d’affection pour lui et pour son combat contre l’univers de la délinquance qu’il tente au maximum de quitter.
Son comparse, Cesare, interprété par Luca Marinelli, déjà aperçu dans La Grande Bellezza, est quant à lui beaucoup plus tête à claque et agaçant. Il provoque, injure et crache sur les gens à tout va, ce qui fait de lui un être antipathique. Même s’il est moins bon que son collègue de jeu, Luca Marinelli parvient tout de même à compléter ce binôme improbable. Certaines scènes, reflets d’une relation parfois tendue entre deux amis qui n’ont plus les mêmes objectifs de vie, sont extrêmement fortes tant l’empathie nous emporte en constatant la dégradation progressive des liens entre deux amis, voire deux frères.

Mais malheureusement, Mauvaise Graine n’est pas une complète réussite. Si les deux acteurs principaux, ainsi que les seconds rôles, sont presque tous très bons, le scénario est quant à lui un peu plus branlant. non-essere-cattivo-un-mauvaise-graine-un-film-de-claudio-caligari-critique-cinema-luca-marinelli-alessandro-borghi-alessandro-bernardini-valentino-campitelli-manuel-rulliLes relations humaines sont très intéressantes et connaissent de vraies évolutions tout au long du film, mais tout n’est pas intéressant et la répétition de certains faits viennent ternir un ensemble pourtant bon. Le film aurait gagner en puissance s’il avait été plus court -bien qu’il ne soit pas très long-, plus concis et plus brut dans ses propos. Les histoires d’amour de Cesare deviennent lassantes, et il est difficile de se prendre d’affection pour le couple qu’il finit par former, des rêves de maison plein la tête. Parallèlement, on préférera donc suivre le parcours de Vittorio. Aussi, on commence à se lasser des univers véreux des films italiens, qui se ressemblent presque tous. Toutefois, Claudio Caligari instaure une vraie ambiance à son film grâce à un cadrage parfois peu ordinaire et des jeux de lumière ternes qui rappellent les films noirs et de gangsters/mafiosos des années 50/60, mais également des classiques comme Les Affranchis, de Martin Scorsese.

Mauvaise Graine est un film qui doit beaucoup à ses acteurs, qui ne promettent que du bon pour le futur. Même si le thème a déjà été traité à de nombreuses reprises, et qu’il peut commencer à être un tantinet lassant, on se passionnera pour cette amitié qui connaît des hauts et des bas, et qui n’est que le reflet d’une société dans laquelle chacun cherche sa place et tente de s’en sortir, malgré des conditions sociales parfois peu porteuses.

Mauvaise Graine : Bande-annonce

Mauvaise Graine : Fiche Technique

Titre français : Mauvaise Graine
Titre original : Non essere cattivo
Réalisation : Claudio Caligari
Scénario : Claudio Caligari, Francesca Serafini, Giordano Meacci
Interprétation : Luca Marinelli, Alessandro Borghi, Silvia d’Amico, Roberta Mattei, Alessia Cardarelli
Direction artistique : Giada Calabria
Montage : Mauro Bonanni
Photographie : Maurizio Calvesi
Producteurs : Paolo Bogna, Simone Isola, Andrea Leone, Pietro Valsecchi
Sociétés de production : Kimerafilm, Taodue Film S.r.l., Andrea Leone Films
Sociétés de distribution (France) : Bellissima Films
Genre : Drame, Judiciaire
Durée : 100 minutes
Dates de sortie : 11 mai 2016

Italie – 2015