malefique-critique-top

Maléfique, un film de Robert Stromberg : Critique

Maléfique, l’histoire revisitée à l’esthétique baroque, teintée de noirceur, met en valeur la méchante la plus charismatique de Disney. Un lifting pelliculé plutôt bien ficelé, porté à bout d’ailes par une superbe Angelina Jolie.

Synopsis : Maléfique était une très belle jeune femme au cœur pur, qui menait une existence idyllique dans le paisible royaume de la forêt, jusqu’à ce qu’un jour, une armée d’humains menace l’harmonie de son univers. Maléfique devient alors la protectrice la plus acharnée de son pays, mais une terrible trahison fait d’elle une femme au cœur de pierre. Jurant de se venger, elle affronte au cours d’une grande bataille le roi des hommes, et lance sa malédiction sur sa petite fille, Aurore, qui vient de naître. Mais tandis qu’Aurore grandit, Maléfique réalise que la jeune fille est la clé de la paix dans le royaume – et celle de son propre bonheur… 

« Bonjour Mocheté »

Robert Stromberg, oscarisé par deux fois pour les cadres enchanteurs d’Avatar de James Cameron et Alice au pays des merveilles de Tim Burton, revisite le conte culte La Belle au bois dormant (lui-même inspiré des frères Grimm qui eux-mêmes s’inspirèrent de Perrault). Il réalise avec Maléfique, son premier long-métrage. Une réécriture axée autour des motivations de la fée Maléfique, actualisant ainsi le dessin animé de 1959 de Disney, pour en faire un conte à la fois poétique, enchanteur et sombre.

Conter la face cachée de l’histoire de la belle au bois dormant, à travers les yeux de la méchante, est incontestablement l’aspect le plus réussi de ce conte. Ce film montre avant tout la rédemption de Maléfique, une jeune fée gardienne du royaume des créatures magiques, qui perd ses ailes suite à une trahison amoureuse et se transforme en une sorcière vengeresse et… maléfique. Incarnée par une Angelina Jolie magnétique, avec des cornes diaboliques, un sourire narquois, et un « Bonjour Mocheté » derrière lequel se cache un véritable sentiment d’amour…

Une évolution que les studios Disney avaient entamée avec la magnifique animation, La Reine des Neiges, en parlant de l’amour fraternel. Ici Paul Dini à qui l’on doit le scénario de la série Batman des années 1990 et Linda Woolverton, ne parlent  pas d’histoire d’amour entre une princesse ou un prince, mais d’un baiser d’amour sincère…D’ailleurs, le prince Philippe, malgré la performance assez réussi de Brenton Thwaites n’est qu’un accessoire : il n’a plus autant d’importance, il est même presque totalement inutile…

Maléfique, c’est la performance ensorcelante d’Anjolina Jolie, mais aussi Robert Stromberg, qui crée un univers graphique pouvant passer en un instant d’une scène onirique au cauchemardesque. On voit dans cette œuvre tout le talent d’un décorateur. Les paysages traduisent les émotions de Maléfique, son désir de vengeance, sa peine, son amour pour la petite Aurore… Une princesse maudite dès sa naissance et confiée par son père, le roi Stephane joué par Sharlto Copley (District 9) à trois fées, plutôt drôles bien que fort peu dégourdi. Aurore grandit, accompagné de l’ombre de Maléfique et de son corbeau, interprété par Sam Riley, jusqu’à devenir cette princesse à l’aube de ses 16 ans… Une princesse qui voit en Maléfique, « sa protectrice, sa marraine », et qui sera aussi, celle qui rendra ses majestueuses ailes, symbole de sa force et de sa liberté, à la mythique et sublime sorcière-fée.

Maléfique est un superbe long métrage, avec des scènes de vol époustouflantes, en particulier au début et à la fin du film, des scènes de batailles épiques pouvant faire penser au Seigneur des anneaux, un magnifique dragon et une myriade de créatures fantastiques. La bande son est, elle aussi digne de ce nom : James Newton Howard qui a également composé la musique de la saga Hunger Games, accompagne parfaitement les scènes clefs… Malefique est un instant enchanteur grand public qui vous emportera à coup sur…

Maléfique : Bande-annonce

Maléfique : Fiche technique

Titre original: Maleficient
Réalisation: Robert Stromberg
Scénario: Linda Woolverton, Paul Dini d’après La Belle au bois dormant de Charles Perrault, Jacob et Wilhelm Grimm
Interprétation: Angelina Jolie (Maléfique adulte), Ella Purnell (Maléfique jeune), Elle Fanning (Princesse Aurore), Brenton Thwaites (Prince Philippe), Juno Temple (Thistlewit), Sharlto Copley (le roi Stéphane), Sam Riley (Diaval), Imelda Staunton (Knotgrass)…
Direction artistique: David Allday, et Robert Cowper, Elaine Kusmishko, Paul Laugier, Frank Walsh, Ashley Winter
Image: Dean Semler
Costume: Anna B. Sheppard
Montage: Chris Lebenzon, Richard Pearson
Musique: James Newton Howard
Producteur: Joe Roth, Scott Michale Murray
Production: Miller Roth Films, Moving Pictures, Walt Disney Pictures
Genre: Fantastique
Durée: 97 minutes
Date de sortie: 28 mai 2014

États-Unis – 2014

 

Plus d'articles
fracture-l-heure-de-la-sortie-cinema-ecole
Ecole et cinéma : l’échec de l’institution raconté par L’Heure de la sortie et Fracture.