La Nuit au musée : Le secret des pharaons, un film de Shaun Levy – critique

critique-La-Nuit-au-musee-le-Secret-des-Pharaons-film-Shaun-Levy-nuit-au-musee-3

Critique du film, La Nuit au musée 3

La visite est terminée, mais le musée reste ouvert…

Succès surprise au box office, La nuit au musée faisait parti de ces films familiaux pas désagréables mais qui s’oublient vite, basant toute sa narration sur un concept tiré d’un charmant rêve d’enfant : le musée qui prend vie. Le deuxième avait mit la barre plus haut en terme de réalisation, d’enjeux scénaristique et surtout de délire visuel (la séquence de la salle d’aéronautique et les tableaux animés demeurent dans les mémoires) tout en restant assez pantouflard dans son développement général et un peu roublard dans son traitement exalté de l’histoire américaine, insistant trop sur la grandeur de ses figures historiques (Amelia Eerhart, Abraham Lincoln…) et rabaissant les autres (Napoléon obsédé par sa taille…pas très subtil). Ben Stiller et Shaun Levy décident, pour le dernier épisode de leur saga, de délocaliser en Angleterre. Après le musée d’histoire naturelle de New York et le gigantesque Smithsonian de Washinton D.C, c’est au tour du British Museum de Londres d’ouvrir ses portes pour une dernière visite, que l’on espère vraiment palpitante pour une fois.

Les ingrédients habituels sont là : Ben Stiller en gardien de nuit, Owen Wilson et Steeve Coogan reprennent les rôles de Jededhia et Octavius, Robin Williams en Roosevelt… pourtant on sent un manque d’inspiration car les péripéties sont très convenues et surtout le fameux musée passe rapidement au second, voir au troisième plan. Comme si les créateurs ne s’était pas véritablement appropriés les lieux, ne sachant alors pas où placer leur caméra pour en capter l’essence. Il s’agit de l’un des plus célèbre musée du monde, et cette nuit ne fait pas véritablement honneur à la grandeur de cette institution. Certains gags commencent sérieusement a sentir le sapin comme le jeu des échelles avec les figurines qui ne fonctionne plus aussi bien après deux utilisations, et l’histoire des origines de la tablette magique n’intéresse pas tant que cela. On est surpris de voir les moyens déployés dans une introduction en Égypte qui n’apportera pas grand chose au reste du film, contre le peu d’animation présent dans les galeries d’expositions. Peut être que si le film avait duré plus longtemps…

En sortant de la salle, on a le sentiment d’un film qui n’est pas allé jusqu’au bout de ses ambitions. Mais s’il est frustrant ce n’est pas parce qu’il est mauvais, bien au contraire, c’est qu’il a de très bonnes idées que l’on aimerait plus nombreuses. Les scènes d’actions sont plutôt réussis, les constellations animées mettent littéralement des étoiles dans les yeux et la salle des statues grecques qui se déplacent tel des fantômes a quelque chose de mélancolique. Deux nouveau personnages viennent compléter la bande : Ben Kingsley en pharaon, peu présent à l’écran mais qui réussit à être drôle sans ce rendre ridicule, et Dan Steven (Downtown Abbey) en Lancelot du Lac. Ce dernier est l’une des plus belle surprise du film, un personnage qui bénéficie pour une fois d’une écriture soignée, se détachant progressivement de son stéréotype pour devenir un antagoniste mémorable à la fois délirant mais rongé par sa condition de double non-existence. En plus d’être une imitation de l’original, Lancelot est une légende qui n’a jamais vécu. S’ajoute à cela une géniale scène de combat dans un tableau de William Esher, un artiste qui aimait jouer avec les perspectives, offrant une séquence visuellement très chouette. Dommage que le film ne possède pas plus de pépites du genre, préférant en général la sécurité avec des gag déjà vu, des caméo surprises plutôt mal venus et une histoire convenue.

Néanmoins, pour un spectacle familial, le film, La Nuit au musée 3 est hautement recommandable, avec un humour accessible, ne tombant jamais trop dans la vulgarité. En réduisant un peu son aspect catalogue de l’histoire américaine et préférant donner aux enfants l’envie et le goût de la culture, en abordant d’autres mythologies et en rappelant l’importance des études, sans tomber dans le discours démagogique. La conclusion de cette saga s’en tire avec les honneurs en  jouant sur le passage de flambeau, rappelant que ces merveilleux musées sont toujours là, et qu’il suffit d’en pousser les portes pour apprendre du passé. L’acteur Robin Williams effectue ainsi son dernier tour de piste avec un thème cher à son univers : la transmission aux jeunes génération, quittant la scène de la manière la plus honorable qui soit, le regard tourné vers ceux qu’il a toujours aimé, les enfants du monde entier…

 La Nuit au Musée : Le Secret des Pharaons – Bande annonce

La Nuit au Musée : Le secret des pharaons – Fiche Technique

USA – 2015
Comédie/Fantastique
Réalisateur : Shaun Levy
Scénariste : Robert Ben Garant, David Guion, Michael Handelman et Thomas Lennon
Distribution : Ben Stiller, Owen Wilson, Steeve Coogan, Dan Stevens, Ben Kingsley, Ricky Gervais…
Producteurs : Shawn Levy et Chris Columbus
Directeur de la photographie :Guillermo Navarro
Compositeur : Alan Silvestri
Monteur : Dean Zimmerman
Production : 21 Laps Entertainment, Ingenious Film Partners et 1492 Pictures
Distributeur : 20th Century Fox

 

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
l-oeuf-de-l-ange-cycle-apocalypse-film-critique
L’Œuf de l’ange (1985), de Mamoru Oshii : du déluge à l’apocalypse, une parabole biblique de l’humanité