It-Comes-at-Night-critique-film-Trey-Edward-Shults

It Comes at Night, un film de Trey Edward Shults : Critique

Trey Edward Shults confirme être un cinéaste à suivre avec ce It Comes at Night, thriller psychologique aussi passionnant que frustrant dans sa démarche qui ne parvient pas toujours à donner corps à ses belles idées, malgré une mise en forme éclatante.

Synopsis : Alors que le monde est en proie à une menace terrifiante, un homme vit reclus dans sa propriété totalement isolée avec sa femme et son fils. Quand une famille aux abois cherche refuge dans sa propre maison, le fragile équilibre qu’il a mis en place est soudain bouleversé.

Enfermés

Il n’y a rien de pire pour un film qu’une campagne marketing qui le vend mal. C’est une des principales choses qui va faire préjudice au nouveau long métrage de Trey Edward Shults. Car son It Comes at Night n’a rien d’un film d’horreur comme le laisse penser sa bande-annonce, du moins pas dans le sens dont pourrait l’entendre certains spectateurs. On navigue ici vers quelque chose qui tient plus du thriller psychologique même si il s’approche d’une certaine mouvance du cinéma d’horreur. Il est difficile de ne pas voir une parenté entre ce dernier et des œuvres comme The Witch sortie l’année dernière ou encore It Follows qui avait marqué 2015. Issus d’un horreur plus diffus, avant tout basé sur l’ambiance plus que sur le jumpscare facile, ce sont des films aux ambitions artistiques plus assumées, des récits qui cherchent à marquer un propos et qui s’imposent comme des miroirs déstructurés sur l’Amérique et ses dérives avec en prime un sous-texte sur la sexualité.

It-Comes-at-Night-Kelvin-Harrison-JrLà où It Follows trouvait son efficacité dans le regard nouveau qu’il portait sur son genre, assumant sa dimension de slasher et s’appropriant l’horreur de manière frontale, It Comes at Night souffre quant à lui d’avoir une approche plus prétentieuse sur son propre récit. Comme The Witch, il cache les contours les plus prévisibles de son récit sous une couche de développements « arty ». C’est une chose principalement visuelle, qui passe par un soin apporté sur l’ambiance et un maniérisme des plans qui impressionne par sa maîtrise mais qui subit le contrecoup d’une froideur trop technique. Il est évident que Trey Edward Shults est un metteur en scène consciencieux qui, accompagné d’une photographie somptueuse, construit une ambiance pesante avec habilité grâce à un travail sur l’obscurité et les jeux de lumières rarement vu dans le domaine. Les scènes de nuit, que ce soit dans les déambulations de la caméra dans une maison inquiétante sous une faible lumière ou encore les expéditions oniriques dans une forêt insondable, ont une force picturale assez impressionnante virant presque vers l’expressionnisme. It Comes at Night est magnifique, bourré d’idées de mise en scène qui permettent de faire monter une tension souvent insoutenable et qui montre que l’horreur n’est jamais aussi bien que lorsqu’elle se focalise sur une ambiance. Mais malheureusement on aura du mal à ressentir quoique ce soit face à une œuvre plus rhétorique que vraiment sensorielle et qui aligne surtout les symboliques pour jouer sur le doute plutôt qu’elle ne cherche à nous troubler à travers la psyché de ses personnages.

It-Comes-at-Night-Joel-EdgertonUn constat qui frappe dès la scène d’ouverture qui se veut brute et marquante, mais qui est dénuée d’émotions et dont on a du mal à s’y impliquer. S’ensuivent peu après des plans sur un tableau de Pieter Brueghel, Le Triomphe de la Mort, inspiré de l’époque de La Grande Peste et qui met l’Homme face à son égalité dans la mort. Avec ça, It Comes at Night expose ses enjeux et thématiques sans grande subtilité car, même si le spectateur n’est pas familiarisé avec le tableau, il s’attarde suffisamment dessus pour qu’on voit ce que signifie ce dernier. Surtout qu’au cours de son intrigue, il réemploie beaucoup d’éléments visuels issus de cette oeuvre d’art. Laissant le doute sur l’épidémie qui a frappé le monde, et qui d’ailleurs prend la forme de la peste, pour se recentrer sur les deux familles qui vont être amenées à cohabiter, le film va jouer sur la paranoïa et le doute qui jonchent de telles situations. La peur de l’autre, les frontières – symbolisées par la porte rouge qui permet l’accès à la maison – etc. Tout ça finit par prendre la forme d’une fresque pertinente sur l’Amérique notamment sous le gouvernement Trump, mais ce n’est jamais vraiment dans sa dimension politique que le film révèle ses plus belles fulgurances. C’est autour de la fièvre adolescente du fils que It Comes at Night trouvera ses réflexions les plus passionnantes. Faisant entrevoir le surnaturel et l’onirisme, il plonge dans une horreur plus psychologique et fascinante qui donne toute la liberté d’interprétation du film notamment sur sa conclusion. Malheureusement cet aspect de l’histoire rentre maladroitement en collision avec l’aspect plus terre à terre de la cohabitation entre les deux familles. L’enchaînement entre l’un et l’autre est souvent didactique, c’est d’autant plus dommage que c’est la partie la plus prévisible qui prend les devants de la scène. En particulier lorsque cela aboutit à un dernier acte qui joue maladroitement ses cartes et peine à confronter ses personnages à l’horreur malgré des acteurs vraiment très convaincants, surtout un Joel Edgerton impeccable en patriarche prêt à tout et Kelvin Harrison Jr. très juste dans le rôle de son fils.

It-Comes-at-Night-Riley-Keough-Christopher-AbbottIt Comes at Night est un thriller psychologique aussi passionnant que terriblement frustrant. Le film n’est jamais à court d’idées mais ne les exploite que très maladroitement. C’est d’autant plus dommage que visuellement on a affaire à des propositions de cinéma audacieuses, Trey Edward Shults prouve clairement qu’il est un cinéaste de talent. Mais son erreur est de ne pas avoir su choisir entre l’horreur pure ou le thriller plus retors, ce qui fait que son récit a constamment le cul entre deux chaises et n’aboutit dans aucune des deux directions. Il est trop souvent au-dessus de son sujet et malgré ses réflexions politiques loin d’être inintéressantes, il loupe le coche de l’émotion et du malaise adolescent qui aurait été bien plus troubles. Plus encore, c’est de lui que provient l’interprétation la plus enrichissante du récit et du titre It Comes at Night, et qui sied parfaitement à l’épais mystère de son contexte. D’où vient vraiment cette étrange épidémie ?

It Comes at Night : Bande-annonce

It Comes at Night : Fiche technique

Réalisation et scénario : Trey Edward Shults
Interprétation : Joel Edgerton (Paul), Christopher Abbott (Will), Carmen Ejogo (Sarah), Kelvin Harrison Jr. (Travis), Riley Keough (Kim),…
Image : Drew Daniels
Montage : Trey Edward Shults et Matthew Hannam
Musique : Brian McOmber
Décors : Sally Levi
Costume : Meghan Kasperlik
Producteur : David Kaplan et Andrea Roa
Société de production : A24 Films et Animal Kingdom
Distributeur : Mars Films
Durée : 97 minutes
Genre : Thriller, horreur
Date de sortie : 21 juin 2017

États-Unis – 2017

[irp]

Rédacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
The-Fall-film-tarsem-Singh
The Fall, le cascadeur et le conteur d’histoires