Hijacking, de Tobias Lindholm

Hijacking, de Tobias Lindholm : Thriller maritime et drame psychologique d’une prise d’otages

En plein océan Indien, un cargo danois est pris d’assaut par des pirates somaliens, qui retiennent en otage l’équipage et réclament une rançon de 15 millions de dollars. Parmi les sept hommes prisonniers de cet enfer, Mikkel (Pilou Asbaek), le cuisinier, marié et père d’une petite fille, tente se survivre. Peter (Soren Malling) le PDG de la société danoise propriétaire du navire, improvisé négociateur, doit mener d’intenses négociations avec les preneurs d’otages pour libérer ses hommes…

Enfin du vrai cinéma, capable de dépeindre sans fard la diversité des sentiments, la profondeur et les abysses de l’âme humaine ! Le réalisateur danois Tobias Lindholm [i] propose ici le thriller haletant et d’un grand réalisme d’une prise d’otages en pleine mer, qui mettra sans nul doute vos nerfs à vif.

A travers un dialogue téléphonique tendu et interrompu, ce film oppose sans manichéisme, avant de les réconcilier, deux figures emblématiques : l’ouvrier et le patronat. Mikkel, magnifiquement interprété par Pilou Asbaek, est une petite main tenace enfermée dans ce huit clos maritime infernal, soutenu par un instinct de survie familial, mais s’affaiblissant, peu à peu traumatisé psychologiquement; Peter, magnifié par Soren Malling [ii], incarne le PDG d’une grande compagnie maritime ancrée dans un monde globalisé, tiraillé par des préoccupations pragmatiques, éloignées des affects, et la dimension éminemment humaine d’une prise d’otages. En évitant l’écueil de scènes musclées artificielles, grâce à un scénario soigné et une mise en scène sobre et tendue, Tobias Lindholm réussit à maintenir de but en bout la tension de ce drame psychologique.

En abordant avec finesse un sujet d’actualité assez rarement abordé au cinéma, Hijacking est une belle réussite [iii]. Entre documentaire et fiction, Lindholm place la barre très haute en terme de thriller maritime [iv]. La mise en scène très immersive n’est pas si éloignée d’un cinéma d’auteur à la Ken Loach. Il convient d’encourager ce cinéma capable d’insuffler de l’émotion à travers la pellicule.

Extrait du film Hijacking de Tobias Lindholm


[i] Tobias Lindholm, scénariste de la série Borgen et co-scénariste des deux derniers films de Thomas Vinterberg dont La chasse (2012) avec Mads Mikkelsen, nous offre avec Hijacking sa seconde réalisation après R.

[ii] Soren Malling a déjà été vu récemment dans le drame historique, A Royal Affair (2012). Pour Hijacking, à travers un rôle très différent de celui qu’il tenait dans la série The Killing, le comédien a été récompensé du Prix du Jury et du Prix d’interprétation masculine au Festival International du Film de Marrakech de 2012.

[iii] Hollywood sortira bientôt Captain Philipps de Paul Greengrass, avec Tom Hanks, retraçant l’histoire vraie d’une prise d’otage en mer. Il sera intéressant de comparer les deux œuvres.

[iv] Hijacking fut également auréolé de la Flèche de cristal au Festival de Cinéma Européen des Arcs (2012).

 

Plus d'articles
la-bete-tue-de-sang-froid-critique-bluray
« La Bête tue de sang-froid » : honorable cinéma d’exploitation