deux-filippo-meneghetti-critique

Deux de Filippo Meneghetti : l’amour sans frontières

Deux de Filippo Meneghetti est une histoire d’amour qui traverse le temps, les portes et les obstacles que lui incombe la vie. Une histoire d’amour, pleine de poésie et de charme, mais contrariée par les responsabilités et aussi par la peur d’enfin lâcher prise. 

Nina et Madeleine, deux femmes à la retraite, s’aiment passionnément mais vivent leur relation loin des regards et le dissimulent aux enfants de Madeleine. Pour tout le monde, elles ne sont que deux voisines de palier. Elles habitent au même étage, dans le même immeuble, l’une en face de l’autre. Deux, avec sa justesse et sa bienveillance, arrive à disséquer les errements familiaux face au « coming out » et la culpabilité d’être enfin soi-même tout en restant concentré sur l’amour qui étreint les deux femmes, une passion qui au fil des minutes deviendra vitale, acharnée et presque pulsionnelle. Alors qu’elle décide enfin de le dire à sa famille et de tout plaquer pour aller s’installer à Rome avec Nina, Madeleine semble hésiter, courbe l’échine et se tait par peur de blesser ses enfants (le souvenir du père) et d’avouer son homosexualité. 

De ce fait, à la suite d’une dispute entre les deux amantes, Madeleine est victime d’un AVC et perd presque l’usage de son indépendance. La flamme qui nous habite n’a pas d’âge, elle ne se consume pas et malgré les non-dits, les blessures du passé ou les incompréhensions familiales, il y a quelque chose qui ne s’explique pas dans l’attrait d’une personne envers l’autre. Et c’est peut-être ce qu’il y a de plus beau dans le film, aux confins des genres (le huis clos ou le film noir), nous montrer la passion dévorante entre deux personnes. Avec parcimonie, et dans la pénombre, le film basculera dans le fantastique ou dans la rêverie (la scène de cache-cache, ou cette scène de noyade) sans que cela ne soit ni extrapolé ni péremptoire ou même vu comme un réel fil conducteur du récit. 

Cependant, cette mise en place, limpide et ténébreuse, accentue le mystère et la fougue amoureuse du long métrage de Filippo Meneghetti, comme s’il existait un lien indéfectible entre elles, qui dépasse le cadre même du réel. L’âge, l’handicap, la famille, la sexualité, le mensonge, les hôpitaux, les vols, les menaces, les disputes, rien ne pourra les séparer. Avec sa mise en scène appliquée, et sa faculté à inscrire à l’image les traits émotionnels des visages et des corps, Deux navigue entre les personnages pour nous faire percevoir les contours de cet amour « impossible » et pèse le regard des uns envers les autres. 

Grâce à sa finesse et son duo magistral (Barbara Sukowa et Martine Chevallier), Deux s’avère être un très beau film sur la notion même de distance (au sens large) et sur l’envie incompressible de vouloir détruire cette dernière. La distance entre un fils et une mère et leur désaccord sur l’amour porté au père de famille, la distance physique, géographique ou même amoureuse entre deux personnes séparées par les obstacles, la distance entre la volonté de jouir de l’autre et celle de rester caché par honte ou même hantise de perdre ceux qu’on aime suite au secret. Pourtant, cette distance enfin évacuée, Deux rend aux deux femmes le graal de leur existence : leur liberté d’être réunies, laissant alors derrière elles les conséquences de leurs actes. 

Deux – Bande Annonce

Synopsis : Nina et Madeleine sont profondément amoureuses l’une de l’autre. Aux yeux de tous, elles ne sont que de simples voisines vivant au dernier étage de leur immeuble. Au quotidien, elles vont et viennent entre leurs deux appartements et partagent leurs vies ensemble. Personne ne les connaît vraiment, pas même Anne, la fille attentionnée de Madeleine. Jusqu’au jour où un événement tragique fait tout basculer…

Deux – Fiche technique

Réalisatrice : Filippo Meneghetti
Scénario : Malysone Bovorasmy, Filippo Meneghetti, Florence Vignon
Casting : Barbara Sukowa,  Martine Chevallier, Léa Drucker…
Sociétés de distribution : Sophie Dulac Distribution
Durée : 1h 35 minutes
Genre: Drame
Date de sortie :  12 février 2020

 

Note des lecteurs0 Note
3.5

Plus d'articles
Raining-Stones-film-retrospective-Ken-Loach
Raining Stones : l’Angleterre rincée mais droite dans ses bottes, selon Ken loach