Chew : les voix du prochain film d’animation

chew-film-animation

Chew, la prochaine animation inspirée du comic a trouvé ses voix :

Les férus d’animation vont être ravis : le casting pour les voix du prochain film d’animation de Jeff Krelitz (Torchwood : web of lies), Chew, est en cours. Le film est une adaptation de la bande-dessinée de Tony Chu, Détective Cannibale de John Layman et Rob Guillory et dont voici le résumé officiel :

«Tony Chu est un inspecteur de police qui cache un lourd secret. Un secret étrange : il est cibopathe. Cela signifie qu’il est capable de connaître le passé, l’origine et les émotions de tout ce qu’il mange…même des êtres humains ! Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un policier tout à fait respectable qui goûte à ses victimes afin de découvrir l’identité du meurtrier et ses motifs. Quand le gouvernement découvre son secret, Chu va devoir entrer à son service, qu’il le veuille ou non.»

Dans Chew, la fine équipe mène l’enquête dans un monde où la grippe aviaire a rendu illégale la consommation de poulet. D’autres personnages interviennent dans cette histoire humoristique et originale : des cuisiniers, des cannibales, des voyants et plusieurs héros aux super-pouvoirs liés à la nourriture.

Pour le film Chew, Steven Yeun (Glenn de Walking Dead) sera la voix du détective Tony Chu tandis que sa bien-aimée Amélia sera interprétée par Felicia Day (la créatrice de la web-série américaine The Guild). Amélia n’est autre qu’une critique culinaire de talent qui permet à Chu d’imaginer ce qu’il ne peut pas manger. L’un de nos célèbres Doctor Who, David Tennant (L’homme Pourpre dans la série de Marvel Jessica Jones), prêtera sa voix au personnage de Mason Savoy, le mentor de Chu. Un rôle qui, au départ, devait revenir à Robin Williams, avant qu’il ne nous quitte en août dernier. Il est probable que ce casting attire désormais l’attention d’autres célébrités sur Chew et il reste un bon nombre de rôles à attribuer.

Plus d'articles
un-divan-a-tunis-sortie-dvd-bluray-critique-cinema
Un divan à Tunis : quand parler de soi guérit