L-Aventure-Geopolitique-critique-bd

Un œil sur « L’Aventure géopolitique : la déforestation »

Le YouTubeur Gildas Leprince poursuit son petit bonhomme de chemin éditorial en investissant cette fois le domaine de la bande dessinée. Comme son titre l’indique, L’Aventure géopolitique : la déforestation se penche sur des questions écologiques dont l’urgence ne cesse de se vérifier.

Une bande dessinée de sensibilisation écologique. C’est probablement la description la plus judicieuse qu’on puisse accoler à L’Aventure géopolitique : la déforestation. Mister Geopolitix, Ludovic Danjou et Adrien Martin s’unissent le temps d’un album pour conter les voyages à travers le monde du premier cité, Gildas Leprince au civil. Du Brésil au Sénégal en passant par l’Asie, ce dernier a étudié l’impact de l’activité humaine sur les écosystèmes, et plus particulièrement sur la couverture forestière. Avec à chaque fois ce même constat, implacable : pour les petites mains qui grignotent peu à peu la forêt, il s’agit avant tout d’une question de survie. Lucide et sans cynisme, cette réalité va s’imposer au lecteur tout au long d’une bande dessinée instructive, ponctuée par un dossier factuel de trois pages, nous rappelant notamment que 50% des forêts sont actuellement situées au Canada, aux États-Unis, en Chine, en Russie et au Brésil.

Le Brésil, justement, se trouve au frontispice du récit, puisque Gildas Leprince y sillonne les abords de la forêt tropicale, aidé en cela par Antonio, un journaliste local. Là-bas, il croise des camions chargés de bois ou de soja. Il découvre un couvert forestier amputé d’une fois et demie la France en cinquante ans. Les coupes sauvages, le brûlis pour fertiliser les terres à des fins agricoles, l’extension des prairies s’objectivent à l’œil nu. Et les amendes sont dérisoires pour ceux qui contreviennent aux lois écologiques. D’autant plus que c’est l’État qui a encouragé dans les années 1980 les fermiers à s’approprier les richesses forestières. Dans la seule région du Rondonia, le cheptel bovin est ainsi passé de 5 à 14 millions de vaches en vingt ans. Mais comment jeter la pierre aux Indiens et aux agriculteurs, soldats contraints d’un désastre écologique planifié par d’autres, mais surtout nécessiteux ne devant leur survie qu’aux ressources naturelles qu’ils ont sous la main ?

Cette question à forte dimension sociale, Gildas Leprince va devoir la reformuler au Sénégal. Le bois de Vène y fait l’objet d’un commerce clandestin volontiers ponctionné par des fonctionnaires véreux. La ronde des camions pleins à craquer, les dépôts illégaux, la marchandisation d’un bois sous protection internationale ne sont que la face émergée de l’iceberg. Car en toute discrétion, le plus souvent durant la nuit, ce sont des Africains désargentés qui viennent expurger la nature de ses plus beaux atouts. Pour eux, cette ressource forestière, c’est une assurance-vie. Et qu’importe si les écosystèmes apparaissent déjà altérés par les sècheresses, une démographie galopante ou l’extension continue des villes… Ce regard sur la nature, d’une tristesse inconsolable, se prolonge dans la forêt de Bornéo (Indonésie, Malaisie), où le commerce de l’huile de palme, notamment, réduit de manière significative la biodiversité, mais aussi les espaces naturels dans lesquels vivent les orangs-outans, qui, mis sous tension, en viennent à se battre entre eux.

Au cœur de l’album se trouve une page de quatre vignettes muettes représentant un arbre qui tombe. Rien de spectaculaire, juste une nature à peine diminuée, qui s’éteint à petit feu. Toute l’entreprise de Mister Geopolitix, Ludovic Danjou et Adrien Martin consiste à faire d’un acte apparemment anodin et sans conséquence le symptôme d’une crise écologique d’ampleur inédite. Et en ce domaine, cet album de sensibilisation joliment – et simplement – illustré ne rate certainement pas le coche.

Aperçu : L’Aventure géopolitique : la déforestation (Soleil)

L’Aventure géopolitique : la déforestation, Mister Geopolitix, Ludovic Danjou et Adrien Martin
Soleil, avril 2021, 64 pages

Note des lecteurs0 Note
3

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.