top-10-mechants-cinema-dark-vador-le-joker-Kayser Soze-usual-suspects

Notre top 10 des méchants au cinéma

Il est évident que sans un véritable méchant à opposer au héros du film, il n’y aurait aucune tension scénaristique. Il s’agit donc d’un élément indispensable pour assurer le manichéisme du cinéma hollywoodien, à tel point que le maître du suspense, Alfred Hitchcock, a déclaré:

« Meilleur est le méchant, meilleur est le film »

Le défi de savoir écrire un antagoniste qui sache marquer les esprits tient une place si prépondérante dans la conception des longs métrages modernes que leur caractère interchangeable est l’un des éléments les plus récurrents dans les thrillers et autres films de genre unanimement jugés ratés. À l’inverse, on remarque que, dans les films les plus populaires, le méchant a tendance à être souvent un personnage que les spectateurs préfèrent au héros lui-même. Cet état de fait a d’ailleurs poussé les scénaristes a donner de plus en plus souvent au méchant la place du personnage principal. Un effet de mode qui dépasse depuis longtemps les seuls films consacrés aux gangsters, un genre dans lequel, dès les années 30, ils trouvèrent leurs premières heures de gloire.

Nous nous sommes interrogés au sein de la rédaction sur les méchants que nous avons préférés et sur ce qu’ils incarnent de la part maléfique de l’Humanité. Les résultats de notre réflexion sont ici:

Le Top 10 des meilleurs méchants au cinéma :

1/ Le Joker (plusieurs films de Batman) : Créé en 1940 sous la plume de Bob Kane, Le Joker, par son charisme et sa cruauté, marque les esprits et devient la némésis du super-héros Batman. Plus qu’un simple personnage à travers ses différentes adaptations, le bad guy au maquillage est une icône. N’hésitant pas à faire preuve de cruauté mais toujours au service d’un idéal anarchique, Le Joker agit pour le chaos. Probablement l’un des super-vilains les plus complexes jamais créé, il marque les mémoires à chacune de ses apparitions. On explore alors la folie de ce personnage aussi dérangeant que fascinant par son approche pure du mal. Aucune bonté ne se dégage de cet homme, il n’inspire que crainte et magnétisme, déployant une aura mystique inégalée. À la fois effrayant et hilarant, tragique et passionné, Le Joker est un monument. Louis

2/ Dark Vador (Saga Star Wars) : À première vue, il est difficile de faire plus diabolique qu’un Jedi poussé par la haine du côté obscur. D’autant plus, si ce dernier s’est avéré être au final l’un des plus grands seigneurs Sith. Derrière sa silhouette imposante, sa voix caverneuse et sa lourde respiration, Dark Vador sème la terreur dans une galaxie très très lointaine. Son taux de midichloriens exceptionnel en fait un utilisateur de la Force particulièrement puissant, lui permettant de punir ses subordonnées les moins efficaces ou même d’assassiner son ancien maître Obi-Wan Kenobi. Que cela soit avec un sabre laser d’une couleur rouge sang ou une arme capable de détruire une planète, Anakin Skywalker de son vrai nom, fera tout pour éliminer la menace rebelle au nom de l’empereur Dark Sidious. Cela ne l’empêchera pas de trouver la rédemption auprès de son fils, non sans lui avoir coupé la main au préalable. Maxime T.

3/ John Doe (Seven) : Derrière son physique frêle et son regard de chien battu se dissimule l’un des tueurs en série les plus machiavéliques de l’histoire du cinéma. En moins de sept meurtres (c’est dur d’en parler sans spoiler !), il a réussi à traumatiser toute une génération de spectateurs. Il faut reconnaitre que sa cruauté n’a d’égal que son ingéniosité à mettre au point des séances de torture aussi cauchemardesques que symboliques. En effet, le véritable moteur de ce psychopathe est sa foi chrétienne qui le pousse à se croire investi de la tâche de purger le monde dégénéré dans lequel il vit en « retournant chaque pêché contre son pêcheur ». Le plaisir qu’il prend à remplir sa mission et la façon qu’il a de se voir en martyr de cette cause divine font de lui l’incarnation même de l’extrémisme religieux au sens le plus redoutable du terme. Julien

4/ Jack Torrence (Shining) : « Je ne veux pas te faire de mal Wendy … Je veux juste te défoncer la gueule ! » Qui ne prendrait pas ses jambes à son cou face à cette interpellation d’une rare violence ? Surtout si elle provient de votre propre mari ! Possédé par l’esprit malveillant d’un hôtel dont il assure la garde, Jack Torrance, sous ses airs de mari et père idéal, devient petit à petit psychologiquement instable avant de basculer irrémédiablement dans la folie schizophrénique et devenir le plus terrifiant des meurtriers. C’est armé d’une hache, maniée furieusement, qu’il va commencer à poursuivre sa femme et son garçon à travers les couloirs de l’hôtel dans le seul but de les éliminer. Incarné par un Nicholson en transcendance totale, tout en hurlements, sourires et rires sadiques, Jack Torrance n’est pas qu’une simple représentation du mal : il en est l’incarnation même ! Kevin B.

5/ Norman Bates (Psychose) : Norman Bates est surement un des schizophrènes les plus célèbres du cinéma mondial. Avec son motel, comme partie intégrante du personnage, Norman Bates est redoutable, mais tout de même fondamentalement intriguant. Par une personnalité complexe et réfléchie se dessine une singularité, un profil atypique que seuls les esprits complexes réussiront à cerner dans son entièreté, si cela s’avère possible. De l’homme émane un charme qui ne laisse personne indifférent. Son franc-parler et son discours tantôt incisif, tantôt langoureux, font de lui un méchant parfait, qui réussit les combines pour assouvir ses fantasmes. Magnifiquement interprété par Anthony Perkins, Norman Bates reste gravé dans les mémoires avec un regard qui hantera encore longtemps les spectateurs… De quoi frémir lorsque l’on prend sa douche, ou que l’on va dans sa cave… Zoran

5 ex-aequo/ Anton Chigurh (No Country for Old Men) : Ce qu’il est important de constater à propos d’Anton Chigurh, c’est qu’il ne tue jamais sans raison. Il abat ses victimes pour atteindre son objectif, quel qu’il soit. Et si les causes de ces meurtres brutaux semblent souvent insignifiantes ou même obscures, elles restent des causes. L’arme qu’il utilise, un pistolet à air comprimé tel qu’on entrouve dans les abattoirs, est une extension de cette vision morale : Anton fait juste son travail. Malheur alors à qui croisera sa route, assistera à son œuvre, ou même lui laissera entendre qu’il est fou car le mal qu’il incarne est instoppable. Avec une interprétation parfaite de Javier Bardem, Joel et Ethan Coen nous ont offert l’un des tueurs les plus froids de l’histoire du cinéma. La réalisation des 2 frères nous montre le mal sous sa forme la plus réelle et glaçante : un homme avec une arme et une morale déviante. Yvan

6/ Hannibal Lecter (plusieurs films adaptés de l’oeuvre de Thomas Harris): « Ange déchu » selon Thomas Harris, Hannibal Lecter est l’incarnation même d’une forme de divinité supérieure issue des déviances humaines. Il n’est pas régi par les mêmes codes moraux que ses contemporains et n’éprouve aucun remord car il ne conçoit pas la monstruosité de ses actes. Extrêmement intelligent et raffiné, il est un dandy moderne qui consume tout. De la connaissance à l’art ou les hommes eux-mêmes, étant cannibale. Le cinéma n’en a gardé que sa forme la plus carnassière et romantique, sa folie la plus pure. C’est à la télévision qu’il montre toute sa fascinante complexité et s’accorde le mieux avec la vision de Harris. Car ce qui rend ce méchant aussi mémorable, c’est que malgré ses atrocités, il n’en est jamais vraiment un. Sa logique élitiste poussée à l’extrême et son parcours tortueux lui donnent une aura attirante, tel un diable magnifique il séduit et la tragédie derrière l’homme touche. Fred 

7/ Jigsaw (saga Saw) : Jigsaw, alias John Kramer est le personnage emblématique de la saga horrifique, Saw. Également nommé le Tueur au Puzzle, il est le créateur d’un jeu empreint de sadisme. Son but ? Piéger ses victimes en les forçant à s’infliger des tortures à la fois physiques et psychologiques : d’une sévère mutilation aux sacrifices de ses membres. Jigsaw est au centre d’une problématique bien plus profonde que la simple thématique de la violence gratuite. Ce personnage est l’auteur de crimes qu’il n’a pourtant jamais commis. Véritable tortionnaire, Jigsaw est un voyeur passif, qui n’agit que par le biais d’une manipulation mentale : au bout de ce jeu, aucune alternative. La victime se retrouve torturée face à ses propres erreurs. Pure allégorie du mal, Jigsaw, c’est l’union du sadisme lié à la réflexion. Mégane

8/ Annie Wilkes (Misery) : Seul antagoniste féminin cité dans notre classement, Annie Wilkes est le personnage principal de Misery, roman à succès de l’auteur Stephen King. Au sein du récit, Misery est également le nom d’une saga littéraire qu’Annie Wilkes affectionne particulièrement. Lorsque son auteur n’hésite pas à de tuer le personnage principal, elle n’hésite pas à s’en prendre au romancier, qu’elle forcera à écrire un nouveau roman pour faire revivre son personnage adoré. Elle ira jusqu’à le torturer psychologiquement et physiquement. Démesurée et déconnectée de toute réalité, Annie Wilkes est un antagoniste fort dans le sens où elle incarne ce qu’il y a de plus machiavélique pour des raisons dérisoires. Plus qu’un grand méchant de cinéma, c’est un personnage fondamentalement ancré dans une société où la réalité et la fiction se confondent. Interprété par Kathy Bates en 1990 dans l’adaptation de Rob Reiner, il lui vaudra l’Oscar de la Meilleure Actrice. Kevin L.

9/ Keyser Söze (Usual Suspects) : Keyzer Söze est devenu grâce à Usual Suspect de Brian Singer et surtout l’interprétation sans faille de Kevin Spacey une marque déposée en matière de faux-semblant et d’usurpation d’identité. Apposé à la vraisemblable incompétence des autorités (le spectateur n’aurait pas fait mieux et en cela l’ironie n’est que plus bluffante), ce personnage déploie, par un twist de fin, un manichéisme feint et une puissante perversion pour la manipulation. Ce personnage au nom de pâtisserie allemande aux multiples saveurs est un des plus apprécié par son génie sourd noyant le soupçon dans un whisky sans glaçon. Si l’on oublie deux secondes l’interprétation de l’acteur à double niveau, la psychologie de Keyser Söze à la fois tronquée et magnifiée par un instinct de survie primaire laissant place à toute l’empathie nécessaire pour le placer dans notre top. Antoine

10 / Paul et Peter (Funny Games et Funny Games US) : Paul et Peter. Ces deux noms ne vous disent peut-être rien et pourtant c’est le duo de méchants le plus diabolique du cinéma. Qui sont-ils, d’où viennent-ils, que veulent-ils ? C’est peut-être leur absence de passé qui les rend si effrayants. En effet, leur jeu favori est de piéger des familles dans leur maison pour les massacrer, en jouant préalablement avec leurs nerfs (et les nôtres). Méthodiques, flegmatiques, ils ne perdent jamais leur sang-froid même devant les tortures les plus horribles. On suppose que c’est Paul le cerveau des opérations, mais rien n’est moins sûr tant ce monstre à deux têtes semble agir en parfaite harmonie. On ne sait même pas s’ils en sont à leur première attaque ou pas. Le pire, c’est que même les exploser au fusil de chasse ne semble pas avoir d’effets sur eux… Alexandre  

Ils ont failli y être : Harry Powell (La Nuit du chasseur), Franck (Il était une fois dans l’ouest), Hans Landa (Inglorious Basterds), Patrick Bateman (American Psycho), L’infirmière Ratched (Vol au-dessus d’un nid de coucou), Le juge Demort (Qui veut la peau de Roger Rabbit?)…

Plus d'articles
Requiem-pour-un-maacre-Combo-Blu-ray-DVD-critique
« Requiem pour un massacre » : la guerre à travers des yeux d’enfant