viggo-palmares-deauville2016-films-mortensen-captain-fantastic-matt-ross-le-teckel-the-fits

Deauville 2016 : son palmarès dévoilé, Brooklyn Village remporte le Grand Prix du jury

Alors qu’on voyait bien le sacre de la famille dysfonctionnelle menée par Viggo Mortensen dans Captain Fantastic, le jury du 42ème Festival de Deauville en a décidé autrement, en donnant les honneurs à Brooklyn Village, œuvre sociale sur les déboires d’une famille sud-américaine endettée. Retour sur le palmarès !

Après une semaine de compétition forte en émotions avec 14 films projetés, différents hommages (Stanley Tucci, Michael Moore et James Franco) et deux prix du Nouvel Hollywood attribués à Daniel Radcliffe et Chloé Grace Moretz, l’heure était venue de clore les festivités normandes. Le jury, présidé par l’ancien ministre de la Culture, Frédéric Mitterand se sera comme le veut la tradition retiré dans un lieu secret et entamé des délibérations qui auront duré une bonne partie de l’après-midi. Et alors que vont bientôt résonner les premières notes de War Dogs , film de clôture, le jury (qui on le rappelle compte Frédéric Mitterand (président), François Arnoul, Radu Mihaileanu, Éric Elmosnino, Ana Girardot, Douglas Kennedy, Emmanuel Mouret et Marjane Satrapi)  a finalement rendu son verdict.

brooklyn-village-ira-sachs-grand-prix-du-jury-42eme-edition-festival-ducinemaamericaindedeauvilleLe palmarès du 42e Festival du Cinéma Américain de Deauville

Grand Prix : Brooklyn Village, réalisé par Ira Sachs
Prix du jury : Le Teckel, réalisé par Todd Solondz, ex-aequo avec Captain Fantastic, réalisé par Matt Ross
Prix Kiehl’s de la révélation : Le Teckel, réalisé par Todd Solondz
Prix du public : Captain Fantastic, réalisé par Matt Ross
Prix de la critique : The Fits, réalisé par Anna Rose Holmer

Que dire de ce palmarès ? Déception évidemment. Beaucoup de films ont ainsi été présentés sur les plages normandes pour un palmarès qui n’en aura gardé que quelques uns. Comment rester insensible devant le non-sacre de  Complete Unknown ou Christine ? Mais la logique d’un festival d’un est parfois de ne garder que le meilleur. A charge désormais pour ces films de jouir des retombées deauvillaises et poursuivre leur exploitation en salles comme tous les autres. C’est du moins ce qu’on leur souhaite.

Voilà, par ce dernier billet, s’achève les pérégrinations de nos reporters. Nul doute que grâce à vous, on sera au festival l’an prochain, toujours prêt à vous faire pénétrer dans les coulisses de cet évènement.