Galavant – Épisode 1 et 2 : Critique de la série

serie-galavant-critique-saison1-ep1-ep2

Critique Série : Galavant

Synopsis: Le Prince Galavant, héros des contes de fées toujours prêt à défendre la veuve et l’orphelin, est en guerre contre l’affreux Roi Richard qui lui a volé l’amour de sa vie, la belle Madalena. Pour la retrouver et reconquérir son cœur, il doit traverser les royaumes, les montagnes et les forêts, combattre des dragons, déjouer les pièges de son ennemi juré.. et chanter !

La chanson de Galavant

Pour ouvrir la mi-saison, ABC ose un pari risqué : proposer une petite série (8 épisodes prévus), comique et musicale, dans l’univers des romans de chevalerie. Glee prépare sa sortie par la petite porte, toutes celles qui avait tenté de lui emboîter le pas se sont plantées lourdement, des centaines de série comiques sortent tous les ans et la chevalerie héroïque, cela fait bien longtemps que plus personne n’en rêve. Autant dire que si la chaîne cherchait un projet casse gueule, elle a décroché le gros lot. Mais parfois, la fortune sourie aux audacieux. Seule contre toutes, Galavant tire son épingle du jeu et s’en sort avec panache.

L’introduction est rapide, vive et précise comme un coup d’estoc : une chanson reprise en cœur par tout ce que le royaume compte de paysans, villageoises, pégus et autres manants louant Galavant le héros, la légende partie sauver sa chère et tendre Madalena des griffes du despotique roi Richard prêt a l’épouser de force. Autant dire que vous êtes prévenu dès l’ouverture, si vous n’aimez pas la comédie musicale et que le kitsch vous file de l’urticaire, fuyez sans demander votre reste; pour les autres, vous ne regretterez pas le voyage. La déculottée sera tout aussi rapide, la douce préfère le confort matériel à l’amour véritable, il n’en faudra pas plus pour que l’univers de notre flamboyant héros s’effondre et qu’il sombre dans l’alcoolisme. De son coté, Richard voit son mariage parfait se transformer en relation froide avec une femme vénale et matérialiste, ne trouvant le réconfort qu’auprès de son garde du corps, le taciturne Gareth et son marmiton, le peureux Sid. Et tout cela en musique.

La principale qualité de Galavant, ce sont ses moments musicaux à la fois très bien écrits et délicieusement parodiques. Entre le roi qui se plaint que les caprices de sa femme l’empêchent de se concentrer sur des choses plus amusantes comme les taxes et les pillages ou la chanson qui s’excuse elle même de traîner en longueur, on reste charmé par cet esprit déjanté qui accompagne chaque instants de cette aventure délirante. On en attendait pas moins d’Alan Menken, déjà auteur des chansons d’Aladin, et Glenn Slater, qui a travaillé sur Raiponce. Les thèmes sont enlevés et les paroles excellentes, pleines d’humours et de doubles sens, donnant a cet univers sonore un cachet que n’aurait pas renié une grosse production Disney, tout en gardant cet esprit roublard et décalé.

On nous promettait une série comique, Galavant s’en donne à cœur joie dans le registre parodique, enchaînant dialogues rythmés, anachronismes loufoques et situations débiles. Le tout porté par une troupe d’acteurs motivés et sympathiques. Le héros est idiot et narcissique et son antagoniste, interprété par un Timothy Omundson formidable, est aussi cruel que maniéré et en manque d’affection (rappelant d’ailleurs le prince Jean de Robin des bois). Si le pilote s’attarde un peu à poser les bases d’une intrigue un peu lourdaude, dés le deuxième on sent que la série décide de jouer plus encore la carte de l’absurde, tout en développant de manière surprenante ses personnages. Si ces deux épisodes ne sont pas encore parfaits, avec des scènes de combats frôlant l’amateurisme, cette nouveauté s’annonce comme un vrai divertissement de qualité et promet un vent de fraîcheur dans le paysage trop formaté des comédies américaine. On retrouve le souffle enchanteur de Princess Bride avec un soupçon du non-sens des Monty Pythons. Peut être que le concept ne tiendra pas dans la durée, mais avant de miser sur une éventuelle deuxième saison, autant prendre Galavant pour ce qu’elle est : un cadeau sympathique et original d’ABC, n’ayant aucune autre ambition que d’amuser, avant le retour des mastodontes de la pleine saison.

Galavant Bande-annonce

Galavant : Fiche Technique

Titre original : Galavant
Genre : Comédie, Musical, Fantasy
Créateur(s):Dan Fogelman
Production : Dan Fogelman, Alan Menken, Glenn Slater, Chris Koch
Pays d’origine : États-Unis
Date : 2015
Chaîne d’origine : ABC
Épisodes : 2 (8 prévus)
Durée : 30 minutes
Statu : en cours
Avec : Joshua Sasse, Mallory Jansen, Karen David, Timothy Omundson, Vinnie Jones…

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
ringo-lam-full-alert
Full Alert : L’épitaphe de Hong-Kong par Ringo Lam