Orson Welles : The Other Side of the Wind

The Other Side Of The Wind : Du crowdfunding pour finir le dernier film d’Orson Welles

Le dernier film d’Orson Welles, Other Side of the Wind est resté inachevé depuis trente ans. Tandis que Peter Bogdanovich termine le montage du film, un jeune producteur, Filip Jan Rymsza, a lancé une campagne de financement participatif pour réunir 2 millions de dollars.

En parallèle, le producteur et réalisateur Joseph Infantolino (Our Song, Cours toujours Denis réalisé par David Schwimmer) a acquis les droits du livre de Josh Karps : « Le Dernier Film d’Orson Welles : making  of de The Other Side of the Wind. »

Suraj Gohill, directeur financier de Ivanhoe Photos et producteur de No Limit et Phénomènes Paranormaux  ainsi que Mark Aronson, partenaire de liquidité, se sont joints à l’aventure en tant que producteurs exécutifs du projet de making of de The Other Side of the Wind.

« C’est un grand honneur et une énorme responsabilité de retranscrire à l’écran l’incroyable histoire vraie du dernier combat d’un des réalisateurs les plus influents et d’une des personnalités les plus riches de tous les temps ! » a affirmé Infantolino

Tout juste publié par St Martin’s Press, le livre raconte comment Orson Welles a passé 6 ans à tourner son film The Other Side of the Wind tandis qu’il tentait un retour à Hollywood après un exil de 10 ans en Europe.

The Other Side of the Wind est un film très symbolique mais inachevé de Welles. Il met en scène Jake Hannaford, un vieux réalisateur lui-même exilé en Europe qui revient à Hollywood pour terminer son prochain film et qui meurt dans un accident de voiture après une soirée dans son ranch.

L’originalité de l’oeuvre tient dans sa structure en deux parties : l’une où les personnages regardent un film documentaire projeté au ranch et l’autre qui est la réalisation du documentaire en question.

Ce film s’inspire de l’histoire des vieux réalisateurs qu’on mettait sur la touche à l’époque et fait référence à Hemingway.

Mehdi Bousheri, le co-réalisateur de Welles, aurait bloqué le négatif durant plusieurs années, empêchant ainsi la sortie du film.

Depuis 2009, longtemps après la mort d’Orson Welles (1985), l’un des acteurs du film, Peter Bogdanovich, tente de terminer le montage suivant les notes de l’auteur, allant même jusqu’à envisager une projection à Cannes pour 2010. La lutte pour l’obtention des droits d’auteur – cédés en 2014 – retarda le projet.

De nouveau cette année, Bogdanovich repousse la sortie du film, prévu pour le 100ème anniversaire de Welles (le 6 mai) car il manque encore 2 millions que la campagne Indiegogo, lancée cette semaine sur le net, tente de rassembler. La campagne de crowdfunding s’achèvera le 14 juin prochain.

Dans cette attente, le Festival de Cannes a prévu de mettre à l’honneur les oeuvres du grand homme en diffusant lors de Cannes Classics les versions restaurées de Citizen Kane, de La Dame de Shanghai, et du Troisième Homme qu’il avait écrit et interprété.
Des documentaires seront aussi présentés : Orson Welles, Autopsie d’une légende d’Elisabeth Kapnist, qui fera l’ouverture de Cannes Classics, et This Is Orson Welles de Clara et Julia Kuperberg.

Plus d'articles
La-Part-commune-critique-livre
« La Part commune » : repenser la propriété privée