Naomi Watts, incandescente dans la série Gypsy !

La série Gypsy de Netflix nous invite dans l’esprit complexe, perspicace et pourtant chaotique d’une thérapeute en proie à des désirs ardents et interdits. Quand Naomi Watts joue avec le feu…

« Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder. Essayez de lui résister, et votre âme aspire maladivement aux choses qu’elle s’est défendues » – Oscar Wilde

Pour la série Gypsy, l’actrice Naomi Watts incarne une psychologue, Jean Halloway à la recherche d’une flamme qui pourrait faire vaciller sa vie de mère et de femme mariée (l’époux est joué par Billy Crudup, le Dr. Henry Allen de  Justice League).

Témoin impuissante des drames existentiels de ses patients, en crise avec elle-même, elle va peu à peu investir leurs mondes sous une fausse identité. C’est ainsi que naît Diane, un personnage créé par la thérapeute mais qui habite en fait la part sombre de son esprit. Diane, la journaliste célibataire qui boit du bourbon Bulleit, symbolise un passé abandonné, des illusions perdues, des rêves inavoués.

Avec la série Gypsy, Naomi Watts retrouve un rôle dans l’esprit de celui qui l’avait révélée dans  le troublant Mulholland Drive. Elle campe avec brio un personnage entre deux eaux, qui semble perdre pied, oscillant entre fantasme et réalité. Elle joue avec grâce et profondeur la femme de la quarantaine, en quête de l’étincelle qui pimentera sa vie paisible et si bien rangée (du moins en apparence…). L’actrice donne la réplique à une partenaire sulfureuse, la jeune Sophie Cookson vue dans Kingsman : Services secrets, et dont le visage capte magnifiquement la lumière et le regard. Leurs jeux respectifs sont suggestifs et délicats mais se conjuguent parfaitement pour entretenir un climat de tension sexuelle et de faux-semblant.

Le générique donne d’emblée le ton : onirique, sensuel et piquant, bercé par la chanson éponyme « Gypsy » du groupe anglais Fleetwood Mac. Quant au titre, il exprime clairement ce désir de liberté et d’aventure sur fond de mystère. L’ambiance de la série Gypsy est à la fois dérangeante et envoûtante. L’image nous absorbe et, si le rythme est lent, il correspond totalement à l’essence du show.
Si vous attendez de l’action, passez votre chemin ! Ici, place à l’introspection, au vertige et à la tentation… Dix épisodes pour voir Naomi dans tous ses états !

Bande-annonce de la série Gypsy :

https://www.youtube.com/watch?v=y67_16zSMwk

Plus d'articles
bonheur-d-assia-andrei-kontchalovski-critique-film
Le Bonheur d’Assia, la vie kolkhozienne selon Andrei Kontchalovski