charlie-countryman-shia-labeouf-portrait

Portrait : Shia LaBeouf, l’indiscernable artiste

Devenu progressivement la muse d’Hollywood, Shia LaBeouf surprend autant par son charisme d’acteur, que par l’originalité de ses projets artistiques. Prochainement à l’affiche du biopic Borg/McEnroe, la figure montante du cinéma américain ne cesse de se dissimuler à travers une succession de performances. Mais qui est donc cet acteur aux multiples facettes ? 

L’essor d’un dandy

Révélé par le rôle de Louis dans La Guerre des Stevens, Shia LaBeouf n’a depuis ce jour, jamais cessé de défier la caméra.

Petit prodige impudent

Né en 1986, Shia LaBeouf est dès son plus jeune âge un enfant extraverti. Virtuose de l’humour, il se dirige vers le stand-up, conscient de son talent et de l’opportunité qui s’offre à lui. Une mimique particulière, une personnalité insolite et un bagout remarquable… Bref tout prédestinait le jeune Shia à un avenir prometteur. Poursuivi par un dessein ambitieux, il engage à onze ans un agent afin de multiplier ses chances de vivre de sa passion : le cinéma. C’est chose faite, seulement six ans plus tard, il obtient son premier grand rôle dans le film La Morsure du Lézard au côté de l’éclatante Sigourney Weaver.

D’année en année, Shia LaBeouf se construit une filmographie respective, qui lui permet de rompre avec son image d’acteur Disney et d’intégrer doucement le cercle prisé des acteurs renommés. L’année de ses vingt-et-un ans marque sa consécration grâce à deux films classés dans les box-offices : Paranoiak, le thriller de D.J Caruso, mais surtout la tétralogie Transformers dans laquelle il incarne le personnage principal avec l’actrice Megan Fox.

Emporté dans un long périple cinématographique, Shia LaBeouf gravit depuis dix ans les marches du tout-Hollywood. Multipliant les blockbusters, il partage ainsi l’écran au côté de grands noms du cinéma tels que Harrison Ford dans Indiana Jones 4 (2008), Robert Redford dans Sous Surveillance (2013), ou encore Brad Pitt dans Fury (2014). La roue est désormais lancée et le rêve apparaît comme une indéniable réalité…

Une polyvalence démesurée

« Je suis en train d’essayer de m’impressionner. Je dois encore essayer. » (Shia LaBeouf)

Un tantinet frondeur, Shia LaBeouf surprend le spectateur par la pluralité de ses rôles. Enfermé dans chacune de ses performances artistiques, il n’hésite pas à briser les frontières qui séparent sa vie professionnelle à sa stricte intimité. Le prodige du grand écran se distingue par sa recherche obsessionnelle de nouvelles expériences : changer son confort quotidien pour s’imprégner d’un univers social qui lui est étranger ou encore transformer son apparence pour alimenter un nouveau rôle… Bref, Shia LaBeouf n’est pas seulement un acteur, mais surtout un homme polyvalent, désormais classé au rang d’artiste.charlie-countryman-shia-labeouf

Mais quelles sont ses limites ? Jusqu’où est-il prêt à aller pour atteindre son projet expérimental ? Apparaître dans son entière nudité dans Nymphomaniac, ensanglanté dans Charlie Countryman ou encore désœuvré dans American Honey, Shia LaBeouf est un touche-à-tout qui ne cesse à travers ses performances, de défier l’écran. Acteur ? Artiste ? Ou véritable fou ? L’union de ces trois adjectifs est sans doute ce qui se rapproche au mieux de ce personnage, pour le moins atypique. Véritable caméléon, Shia LaBeouf est devenu à seulement trente ans, le jeune protégé d’Hollywood. 

Entre artiste et militantisme

« Pour être un acteur, un vrai acteur, vous devez avoir le cœur brisé. »  (Shia LaBeouf).

Cette citation en dit long sur l’étrange personnalité de cet acteur, quelque peu impudent et prêt à tout pour assouvir sa soif artistique. D’un père clown et d’une mère ballerine, Shia LaBeouf est dès son plus âge, intimement lié au monde artistique. C’est donc tout naturellement qu’adulte, l’enfant devenu acteur, s’implante dans ce domaine en touchant du doigt l’étendue de cet univers esthétique.portrait-shia-labeouf-projet-artistique

A partir de 2014, une collaboration artistique voit le jour entre Luke Turner, Nastja Säde Rönkkö et Shia LaBeouf. Ce trio, notamment révélé par les réseaux sociaux, ne cesse aujourd’hui de s’aventurer au gré de ses envies, dans des expériences complètement insolites. Parmi elles, la dernière en date, « He will not divide us », une performance militante à l’encontre du président Donald Trump, devenue en un rien de temps l’objet d’une véritable querelle américaine.

Véritable forcené de projets artistiques, une question se pose alors : Shia LaBeouf est-il devenu une star perturbée par la célébrité, ou bel et bien un artiste en devenir ? Courir la longueur d’un marathon autour d’un musée, se voiler le visage en guise de publicité, s’enfermer dans une galerie ou encore regarder sans interruption toute sa filmographie… Tout porte à croire que Shia LaBeouf semble avoir entrepris une envolée perspicace vers le monde de l’art contemporain.

Le miroir social

Mêlant l’étiquette d’acteur à celle d’artiste, Shia LaBeouf contribue à étendre son grain de folie dans ses performances cinématographiques. C’est notamment le cas dans American Honey, le dernier film d’Andrea Arnold. À mi-chemin entre le drame et le documentaire, ce roadtrip est sans doute le film qui reflète au mieux la personnalité de cet acteur. En jouant le rôle d’un jeune désœuvré, Shia LaBeouf  semble révéler au grand jour une part de lui-même. Guidé par les excès de la vie, il est au-delà de ça, un homme avide de liberté.

« J’ai grandi autour de beaucoup de gars agressifs. Mes parents m’emmenaient aux réunions des Alcooliques Anonymes quand j’étais très jeune. Donc je connais l’agression, je connais la folie. » (Shia LaBeouf).

Tel un miroir social, Shia LaBeouf s’empare de son vécu pour réinterpréter ses rôles à l’écran. Désemparé certes, mais considérant la vie comme une perpétuelle recherche du bonheur, il réinvente sans cesse sa propre histoire, tel un éternel recommencement. Le cinéma et l’art apparaissent dès lors comme de pures échappatoires face à son passé tumultueux.

Auparavant dissimulé derrière son ombre d’acteur, Shia LaBeouf se dévoile aujourd’hui comme un artiste universel !

 

Redactrice LeMagduCiné
Plus d'articles
La-fievre-dUrbicande-BD
La Fièvre d’Urbicande provoquée par le Robick’s cube