Where to Invade Next, un film de Michael Moore : Critique

[Critique] Where to Invade Next

Synopsis : Michael Moore décide de s’amuser à envahir le monde pour déterminer ce que les États-Unis peuvent apprendre des autres pays.

Leçons de vie pour les États-Unis

Un nouveau Michael Moore est toujours sujet à controverse. Alors que certains sont partisans de ses dénonciations et de la manière dont elles sont illustrées, d’autres trouvent les agissements du réalisateur critiquables, voire inappropriés. En cela, l’oeuvre de Michael Moore atteint donc son but qu’est celui de fonder le débat, afin que chacun puisse donner son opinion, qu’il soit approbateur, ou non.

Avec Where to Invade Next, le cinéaste s’est modéré, et nous offre ses différentes opinions avec plus de recul. Michael Moore a abandonné la dimension « choc » que pouvaient avoir certains de ses longs-métrages (qu’on se rassure, il n’hésite tout de même pas à illustrer certains de ses propos par des vidéos dont on se passerait).
Ce nouveau documentaire repose sur un concept simple, mais efficace : quelles idées, quelles pratiques, where-to-invade-next-michael-moore-sortie-cinema-critique-etats-unisquels choix moraux faudrait-il importer des autres pays aux États-Unis ? A la manière d’un road-trip, Michael Moore se promène en Europe, de la Slovaquie à l’Italie en passant pas la France. Il ira également plus au nord, en Islande, mais également plus au sud, en Tunisie. De Where to Invade Next émanent une pédagogie et des leçons de vie destinées au spectateur, qui sera surpris de bon nombre de réalités en vigueur dans d’autres pays. Malgré le côté trop positif de chaque région, car le réalisateur ne parle que positivement des pays qu’il visite, sans souligner l’envers du décor, on prend du plaisir à parcourir les différents pays accompagné du réalisateur. La séquence introductive, qui prend place en Italie, peut toutefois rebuter et laisser présager le pire pour le reste du film, tant les propos paraissent trop mis sur un piédestal, sans recul et sans aucun point de vue critique. Des faits sont contés, mais aucune nuance n’est jamais faite, ce qui peut jouer en la défaveur du réalisateur américain. Mais, fort heureusement, ce n’est pas le cas de chaque pays présenté, et si ce n’est pas Michael Moore qui amène l’aspect critique, le spectateur arrivera à l’envisager grâce à ses connaissances et à des comparaisons qu’il pourra établir entre son pays d’origine et un pays étranger.

La forme de Where to Invade Next est rudimentaire, parfois trop enfantine, mais effective afin que le film soit compris de chacun. Entre deux rencontres avec des entrepreneurs, des policiers ou encore de purs citoyens (parents ou enfants), ou encore un président de la République, Michael Moore introduit de nombreuses images d’archives, qu’elles soient historiques ou d’actualité. Les prisons, la sécurité sociale ou encore la gastronomie américaine y passent. Le cinéaste américain porte un regard très critique sur son pays, where-to-invade-next-michael-moore-sortie-cinema-critique-etats-unis-portugaltoutefois, on perçoit l’amour qu’il lui porte. Le drapeau américain qu’il plante de droite à gauche en est la preuve, la fierté avec laquelle il le fait aussi. Dans ses critiques acerbes se fonde une compassion et un espoir qu’un jour, la condition humaine états-unienne sera rectifiée et bonifiée. Car au final, les USA on les critiques, mais on les aime bien, quand même!
Mais si Where to Invade Next est aussi agréable, c’est parce qu’à son propos, Moore mèle humour et autodérision. On s’étonne, on s’interroge mais on rit également. Les airs de gros nounours du bonhomme, ses approches aux autres, sa manière de formuler ce qu’il pense, qu’on pourrait qualifier de « cash », ainsi que ses découvertes, accompagnées de grimaces et d’expressions faciales singulières divertissent le spectateur et nous font passer un très bon moment. La légèreté de certains sujets y contribue également.
S’il fallait souligner un gros bémol, on distinguera les dernières séquences qui se détachent du reste de l’oeuvre. Avec son vieil ami, le discours de Michael Moore s’emplit d’un pathos et d’une bêtise qui discréditent tous les sermons précédemment tenus.

Avec Where to Invade Next, des prises de conscience peuvent être effectuées, des comparaisons opérées, et on remarquera sans difficulté que Michael Moore s’assagit avec l’âge. S’il n’est pas indispensable, son documentaire s’avère captivant et fructueux.

Where to Invade Next : Bande-annonce

Where to Invade Next : Fiche technique

Réalisateur : Michael Moore
Scénario : Michael Moore
Photographie : Rick Rowley, Jayme Roy
Montage : Pablo Proenza, Todd Woody Richman, Tyler H. Walk
Musique : Heather Kreamer
Producteurs : Carl Deal, Tia Lessin, Michael Moore
Sociétés de production : Dog Eat Dog Productions, IMG
Distribution (France) : Chrysalis Films
Durée : 120 minutes
Genre : Documentaire
Date de sortie : 14 septembre 2016

États-Unis – 2016