Eddie The Eagle, un film de Dexter Fletcher : Critique

[Critique] Eddie The Eagle

Synopsis : Eddie Edwards n’a jamais rien eu d’un athlète, bien au contraire. Pourtant, depuis qu’il est petit, il n’a qu’un seul rêve : participer aux Jeux Olympiques. Au fil des années, ni son piètre niveau sportif, ni le manque de soutien, ni les moqueries n’ont entamé sa volonté. Et c’est ainsi qu’en 1988, celui qui n’a jamais lâché a réussi à se retrouver, on ne sait trop comment, aux Jeux Olympiques d’hiver de Calgary. Avec l’aide d’un entraîneur aussi atypique que lui, ce sauteur à ski pas comme les autres va secouer le monde du sport et conquérir le cœur du public en accomplissant une performance olympique aussi improbable qu’historique…

Eddie The Eagle (surnom d’Eddie Edwards) est un biopic qui se démarque par l’originalité du thème traité. En effet, Dexter Fletcher fait le choix de s’intéresser à un sportif aujourd’hui oublié. Finies les superstars, place aux souvenirs et aux hommes ayant fait la fierté, même durant une courte période, de leur nation.

Le film nous dévoile le parcours d’un homme et son envie de réussir. Ainsi, on remonte à l’enfance de ce drôle de personnage afin de saisir tout l’enjeu des objectifs qu’il se fixe. La construction narrative est eddie-the-eagle-un-film-de-dexter-fletcher-cinema-2016-taron-egertonsimple, fidèle à bon nombre de biopics, et permet au spectateur de ne pas rater un détail marquant ou à un fait clé de l’histoire du sportif. Mais parfois, faire dans le conventionnel est une bonne chose. Eddie The Eagle est un excellent feel-good movie, qui ne peut que faire naître un sourire sur le visage du spectateur ce dernier une fois sorti de la salle. On ne s’ennuie pas et on suit avec plaisir les péripéties du jeune homme. Meme s’il est parfois agaçant, voire tête à claques, on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour lui, tant il est touchant et tant il veut prouver de quoi il est capable. Taron Egerton campe à la perfection Eddie Edwards, allant jusqu’à jouer la déformation faciale de ce dernier, celui ci etant prognathe. Son rôle se détache de celui qu’il nous avait proposé dans Kingsman, et le jeune homme prouve qu’il a plus d’une corde à son arc, car cette prestation n’est pas toujours des plus faciles, et a nécessité un jeu plus poussé qu’elle ne peut le laisser croire.

Mais la carrière de Eddie Edwards c’est également le travail d’un entraîneur, qui, lorsque l’on est confronté à lui, est désagréable au possible. Alcoolique et méprisant, Hugh Jackman endosse avec succès le eddie-eagle-hugh-jackman-taron-egerton-un-film-de-dexter-fletcher-cinema-2016rôle de Branson Peary. Au fur et à mesure de l’histoire, on apprend à le connaître, et son vrai visage s’offre à nous, ainsi, l’acteur américain fait preuve d’une réelle folie qui fait plaisir à voir. Rires, cris de joie et coups de gueule font de son personnage un individu haut en couleur qu’on apprend à aimer, même si on ne peut échapper au cliché de l’homme qui renie son passé et qui ne souhaite jamais en parler. Eddie the Eagle repose sur un duo d’acteurs génial qu’il est agréable de suivre. Chaque personnalité est différente, et pourtant, l’association est parfaite, laissant parfois place à de nombreuses scènes humoristiques, mais également à de réels moments de grâce. Aussi, les petites apparitions de Christopher Walken ne peuvent que faire plaisir, si on aime l’acteur, même si son personnage n’est pas des plus importants.

De son côté, Dexter Fletcher ne fait pas le travail à moitié et s’approprie l’histoire du sportif anglais. Les décors sont majestueux, et pourtant attendus, vu qu’ils sont essentiellement composés de pistes de saut à ski. La photographie est réfléchie, et surprend. Ainsi, les sauts à ski seront en gros plan sur Taron Egerton, à la manière des décors déroulants des films de Hitchcock, lorsque les protagonistes sont au volant de leur voiture. Certes, la photographie reste toutefois classique, mais elle n’en est pas moins plaisante. Enfin, il est vrai que le scénario est prévisible, surtout si l’on connaît l’histoire du sportif, et les musiques extra-diégetiques accentuent parfois un côté mélo un peu pompeux mais ce n’est pas ca qui nous empêche de passer une bon moment.

Eddie the Eagle est donc une bonne comédie, et permet de passer un bon moment de cinéma. Le duo d’acteurs remplit parfaitement son travail et fait des personnages des êtres attachants, que l’on aimerait connaître davantage.

Eddie The Eagle : Bande-annonce

Eddie The Eagle : Fiche technique

Réalisateur : Dexter Fletcher
Scénario : Simon Kelton, Sean Macaulay
Interprétation : Taron Egerton, Hugh Jackman, Christopher Walken, Keith Allen, Jim Broadbent…
Photographie : George Richmond
Montage : Martin Walsh
Musique : Matthew Margeson
Direction artistique : Tim Blake
Producteurs : Matthew Vaughn, Adam Bohling, David Reid, Rupert Maconick
Sociétés de production : Marv Films, Saville Productions
Distribution (France) : Twentieth Century Fox France
Durée : 95 minutes
Genre : Comédie dramatique, biopic
Date de sortie : 4 mai 2016

Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne – 2016