La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2, un film d’Abdellatif Kechiche : Critique

Dernier mis à jour:

La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2, Kechiche ou la mise à nu artistique du corps et de l’âme

Abdellatif Kechiche aime traiter de la vie commune, briser les frontières de l’intime, de nos simples existences, en essayant d’en tirer la quintessence, la vraie substance. Il semble vouloir montrer la nature humaine telle qu’elle est, sans artifice. Dans cette recherche constante de la vérité, dans cette approche naturaliste de l’image, Kechiche aime prendre son temps. La lenteur est une vertu qui permet de mieux saisir les nuances du vrai et de faire surgir l’émotion. Du début à la fin, Adèle est, comme la Marianne de Marivaux, un « cœur à qui il manque quelque chose » et Kechiche va exprimer ce manque de manière magistrale dans une mise à nu artistique des corps et des âmes. Son ambition est en effet celle de l’artiste, des Monet Van Gogh ou Proust, qui savent décrypter des vérités simples.

La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche est une adaptation très libre du roman graphique Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh. Mais c’est surtout une belle fresque sur une simple histoire d’amour, mais un amour-passion, fougueux, dévorant, avec son lot de disputes, de déchirure sur fond d’incompréhensions culturelles et sociales. Adèle, interprétée par une immense actrice de 19 ans, Adèle Exarchopoulos, n’est pas seulement le modèle et la muse d’Emma (Lèa Seydoux), mais bel est bien la muse du réalisateur, qui la suit pas à pas, dans les salles de classe comme dans les repas familiaux qu’il affectionne tant, et dans sa vie amoureuse. Ici, le jeu d’actrice est poussé à son paroxysme : les plans très serrés sur le visage d’Adèle, ses lèvres pulpeuses, ses cheveux, les larmes qui noient son visage, la morve qui dégouline, la sueur qui perle sur sa nuque, font que le spectateur la mange des yeux, et suit en complète immersion ses premiers pas, ses hésitations, ses errements. Adèle Exarchopoulos illumine tout le film de sa beauté naturelle, des émotions qu’elle dégage. Elle irradie et magnifie chaque image. Kechiche signe une mise en scène d’une limpidité virtuose qui magnifie ce récit charnel et poétique.

 La vie d'Adèle Chapitres 1 et 2 : L' Amour passionLa Vie d’Adèle est un grand film d’amour et d’apprentissage, filmé avec radicalité et un réalisme bouleversant. L’amour universel, l’éveil merveilleux, la passion qu’il procure, mais aussi ses bassesses, ses trahisons, et surtout le manque d’amour, la perte de l’amour, l’échec d’une fusion, dont on sait qu’on ne pourra jamais guérir. Avec Kechiche, les corps s’imbriquent avant de se séparer. Le nu est travaillé comme dans un tableau. Oui, La Vie d’Adèle est une œuvre d’art, un chef d’œuvre naturaliste. Trois heures de grâce et d’émotions, d’intelligence, d’humanité, du très grand cinéma. Une claque !


Abdellatif Kechiche est un réalisateur franco-tunisien qui s’est distingué en 2004 par L’esquive, véritable petit chef d’œuvre, où l’on trouve déjà l’idée de la prédestination de la rencontre amoureuse. En 2007, La graine et le mulet est une réflexion passionnante sur la transmission, l’art, la culture, la société et l’aliénation. En 2010, sa Venus Noire, est par moment très impressionnante… 2013 est l’année de sa consécration. Kechiche est désormais un cinéaste avec lequel il faut compter.

Synopsis  : À 15 ans, Adèle est une lycéenne comme des millions d’autres, qui découvre la vie, avec ses joies, ses peines. En amour, elle se cherche encore et fait comme la plupart des filles de son âge : elle sort avec un garçon. Un jour, sa vie bascule lorsqu’elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, étudiante aux Beaux-arts, qui lui fait découvrir le désir charnel, l’amour et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte… 

La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2 : Bande annonce

 La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2 : Fiche technique

Réalisation : Abdellatif Kechiche
Scénario : Abdellatif Kechiche, Ghalya Lacroix,  d’après la bande-dessinée de Julie Maroh
Interprétation :  Léa Seydoux (Emma),Adèle Exarchopoulos (Adèle), Salim Kechiouche (Samir), Jérémie Laheurte (Thomas), Aurélien Recoing (le Père d’Adèle), Catherine Salée (la mère d’Adèle)…
Photographie : Sofian El Fani
Montage : Albertine Lastera
Production : Scope Pictures, Vertigo Films, Wild Bunch
Festivals et Récompenses : Palme d’Or à Cannes 2013, César du Meilleur espoir féminin pour Adèle Exarchopoulos
Distributeur :
Durée : 177 minutes
Genre : Drame
Date de sortie : 9 octobre 2013
Interdit aux moins de 12 ans

France – 2013