Cartel, la critique : le thriller de Ridley Scott

Cartel : Polar noir surprenant et Thriller sans frissons

Synopsis : La descente aux enfers d’un avocat pénal, attiré par l’excitation, le danger et l’argent facile du trafic de drogues à la frontière américano-mexicaine. Il découvre qu’une décision trop vite prise peut le faire plonger dans une spirale infernale, aux conséquences fatales.

The Counselor (Cartel en France) est le nouveau film de Ridley Scott, un réalisateur talentueux, un grand faiseur de films, touche à tout, créant des mondes dans lequel les spectateurs aiment ou pas se plonger. Ridley Scott a su livrer par le passé des chefs d’œuvres (Alien, Blade Runner) la Rome antique (Gladiator), les Croisades (Kingdom of Heaven et Robin des bois), les guerres contemporaines (La Chute du Faucon Noir, Mensonges d’état), la découverte de l’Amérique (1492 : Christophe Colomb). Après American Gangster, Cartel nous plonge dans le monde de la drogue et ses gangsters.

Cartel a pour scénariste Cormac McCarthy, un écrivain américain renommé, auteur notamment des romans La Route ou No country for old men,(adapté au cinéma par les frères Coen). Il signe ici son premier script pour le cinéma, un thriller à la fois noir et décontenançant de par son rythme lent et le ton très verbeux.

Un film vraiment singulier, que l’on aime ou déteste, car Cartel est un de ses rares films où les parties dialoguées (environ 90% du film) servent à traiter de la condition humaine, notre appartenance au monde, notre implication et la corrélation entre soi et les mondes qu’ont construit avec ses conséquences. Un scénario certes trop bavard mais offrant quelques dialogues plutôt brillants, terriblement intelligents pour ce thriller implacable et sophistiqué.

Cartel décrit l’animalité humaine, sur fond de corruption, de meurtres et de trafics, la violence ne s’exprime pas vraiment pas l’action, elle est dans les personnages, les situations, dans l’ambiance à la mise scène froide, nihiliste, déroutante pour le spectateur qui ne s’attache à aucun des personnages.

Au final, le gros point noir, la grande déception dans The Counselor est l’absence de rythme, reste les dialogues somptueux par moments et le casting racé, digne d’une constellation. Un thriller dramatique, esthétique, qui bien même s’il manque de chair, ne manque pas de sang avec un final effrayant. Ce n’est pas le meilleur film de Ridley Scott (endeuillé par le décès de son frère auquel le film est dédié) mais c’est un polar à voir pour se faire sa propre opinion, en sachant que Cartel est avant tout une narration basée sur des répliques qui pourraient bientôt devenir cultes.

Fiche Technique : Cartel

Durée du film : 1 h 57
Titre original : The Counselor
Date de sortie : 13 novembre 2013
Réalisateur : Ridley Scott
Scénariste : Cormac McCarthy
Interprètes : Michael Fassbender (Counselor), Cameron Diaz (Malkina), Javier Bardem (Reiner), Penelope Cruz (Laura), Brad Pitt (Westray), Goran Visnjic (banquier), Natalie Dormer (femme à Londres), John Leguizamo (un mexicain), Bruno Ganz (diamantaire), Dean Morris (un acheteur), Edgar Ramirez (prêtre)
Directeur photo : Dariusz Wolski
Musique : Daniel Pemberton
Costumes : Janty Yates
Décors : Sonja Klaus, Arthur Max
Producteur : Chockstone Pictures, Nick Wechsler Productions et Scott
Free Productions Distributeur : 20th Century Fox

Plus d'articles
pas-de-pitie-pour-les-gueux-livre-cordonnier-laurent
« Pas de pitié pour les gueux » : mettre fin au haro sur les chômeurs