Brice 3, un film de James Huth : Critique

[Critique] Brice 3

Synopsis : Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ?

De la casse en pagaille

Cela fait 10 ans que Brice a fait sa première apparition sur nos écrans de cinéma. Le personnage de Jean Dujardin fit beaucoup parler avec le premier opus : certains y voyaient une totale imbécilité alors que d’autres s’amusaient à déceler les répliques qui seront plus tard considérées comme cultes, au même titre que des films comme La Tour Montparnasse Infernale, avec Eric et Ramzy. Mais, brice-3-un-film-de-james-huth-sortie-cinema-jean-dujardin-clovis-cornillacdans un élan collectif, Brice de Nice ne laissait tout de même pas d’excellents souvenirs…
Chacun abordera Brice 3 (et non Brice 2, car le deuxième « il l’a cassé) avec des appréhensions, des craintes ou des espérances. La communication autour de Brice 3 relevait du génie, que ce soit les différentes apparitions du surfeur jaune dans différents programmes télévisuels (météo, journal etc..), la bande-originale du film avec BigFlo et Oli, ou encore la fausse fuite du film sur Youtube, remarquablement orchestrée par une ribambelle de Youtubers.
Mais alors, bêtise renouvelée ou réussite ?

Brice, notre casseur invétéré, notre couillon préféré, a vieilli, et est devenu un ringard. Ses Yellow Party, qui faisaient sensation à l’époque, paraissent aujourd’hui bien démodées. Avec le temps, le cerveau de ce dernier ne cesse de rétrécir, allant jusqu’à faire la taille d’une balle de golf, sans parler de son quotient intellectuel de narcissique, proche de celui d’un poisson rouge. Malgré une approche du personnage pas forcément engageante, le personnage de Brice est rudement bien exploité avec un humour qui puise toute sa force dans la bêtise du casseur-surfeur le plus connu de France. Au programme de Brice 3, de nombreuses séquences inattendues marquetées de références culturelles (notamment Mad Max ou DBZ), mais surtout des blagues plus ou moins potaches auxquelles il est impossible de ne pas sourire, si ce n’est qu’une seule fois. James Huth et Jean Dujardin se sont associés pour un film « con », mais intelligent et fichtrement audacieux. Dans la démesure, les deux hommes en jettent et derrière une allure de « grand n’importe quoi » se cache cet humour grinçant, parfois dérangeant, mais prenant. À l’image de son personnage, les facéties et les gags du film ne font pas dans la demi-mesure.

Toutefois, derrière un certain kitsch et des tournures loufoques se cache un film qui peine sur son scénario. Certes, on ne s’aventure pas vers Brice 3 pour un une intrigue palpitante, mais on aspire tout de même à quelque chose d’un tant soit peu saisissant. Sous ses airs de road-trip, et malgré un twist final brice-3-un-film-de-james-huth-sortie-cinema-jean-dujardin-alban-lenoirhilarant et saugrenu, on remercie la malice du film qui comble toutes les lacunes en terme de scénario. Aussi, on regrettera les trop fortes allusions au Brice de Nice de 2005. La deuxième partie du film, que ce soit sur un plan technique ou dans les différentes allusions, s’avère beaucoup trop évocatrice, surtout quand on s’aperçoit que Brice 3 parvient à légèrement le surclasser. Mais on saura épargner cela à Brice 3 car, au-delà de ce bémol, ce n’est pas sans une certaine joie que l’on retrouve les personnages qui ont marqué le premier, Igor d’Hossegor ou Marius, avec l’arrivée d’un petit nouveau, qui n’est autre qu’Alban Lenoir, que l’on n’attendait pas dans ce style de long-métrage. Enfin, briser le 4ème mur est une pratique qui ne cesse de se démocratiser au cinéma, et avec Brice 3, James Huth triomphe dans cet exercice de style.

Attention ! N’oubliez pas de rester jusqu’au bout ! Comme on le remarque de plus en plus, de nombreuses répliques ou scènes inédites sont cachées dans le générique finale. Avec Brice 3, la scène finale est forte, et le générique mérite le coup d’œil.

C’est donc sous ses airs cools, sa mèche blonde et son air hautain, que Brice est de retour pour nous submerger d’un humour décapant, potache, mais formellement réussi. Si le premier opus a laissé des séquelles morales à certains spectateurs en leur « cassant » le cerveau, ces derniers ne seront peut être pas prêts à retenter l’expérience, mais pour les autres, si vous être fan d’humour absurde et de gags crétins (mais réfléchis !) n’hésitez pas. Non, Brice n’est pas une fumisterie, juste un personnage à part entière qui se renouvèle partiellement et c’est à ce moment que l’on se rend compte que casser, c’est tout un art, et un état d’esprit.

Brice 3 : Bande-annonce

Le troll de la fuite de Brice 3 sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=vPVVLFN6XGQ

Brice 3 : Fiche Technique

Réalisateur : James Huth
Scénario : James Huth, Jean Dujardin
Interprétation : Jean Dujardin, Clovis Cornillac, Bruno Salomone, Alban Lenoir, Noëlle Perna…
Photographie : Stéphane Le Parc
Montage : Antoine Vareille
Musique : Bruno Coulais
Direction artistique : Pierre Quefféléan
Producteurs : Eric Altmeyer, Nicolas Altmeyer, Marc Dujardin
Sociétés de production : Mandarin Cinéma, JD Prod, Gaumont, M6 Films, Spartacus
Distribution (France) : Gaumont Distribution
Durée : 95 minutes
Genre : Comédie
Date de sortie : 19 octobre 2016

France – 2016