Boomerang, un film de François Favrat : Critique

Dernier mis à jour:

Adapter un roman au cinéma n’est jamais chose aisée, tant le lecteur s’adonne à imaginer les personnages, les décors, s’ils ne sont pas minutieusement décrits dans le récit. Bon nombre de films tirés de best-sellers se verront boudés par les fans, la faute à une non-satisfaction des attentes. Boomerang n’échappe malheureusement pas à la règle.

Intolérable vérité

Tatiana de Rosnay nous présente, dans son ouvrage, Antoine, quarantenaire qui cherche à savoir la vérité sur la mort de sa mère. En résulte une histoire de famille complexe, où un terrible secret fait éclater l’amour entre proches petit à petit. Si dans le livre, l’histoire était creusée, et proposait un réel suspense, on ne retrouve malheureusement pas cela dans le film. Au contraire, là où le réalisateur, aurait pu proposer un film sombre, on ne se retrouve qu’avec un film où les ficelles de l’intrigue sont facilement dévoilées, et où le côté sombre laisse part à une certaine niaiserie. Quel dommage. À trop vouloir accentuer la tournure dramatique, François Favrat se perd, et tombe dans un pathos qui dessert l’intrigue, ainsi que la crédibilité des personnages. L’utilisation excessive de la musique, ainsi que le surplus de scènes dénuées de tout intérêt brisant le rythme laissent un goût amer dans la bouche. Un goût de regret. Un goût de regret quand on voit une réalisation aussi simple pour une intrigue aussi complexe, pouvant être source de partis pris techniques peu ordinaires, ou pouvant amener à la création d’une atmosphère sombre, voire quasi-glauque. Les décors auraient pu être porteurs de frissons, d’angoisses, mais n’en ressortent que des lieux très vainement exploités. François Favrat rate le suspense du film, et fait de Boomerang un long-métrage banal sans réel intérêt similaire à 1000 autres films déjà produits dans l’histoire du cinéma mondial. N’aurait-il pas mieux fallu se détacher légèrement afin d’en faire une œuvre plus palpitante ?

Toutefois, Boomerang est loin d’être un échec total. Certains liens professionnels, comme celui entre Antoine et son psy, ou familiaux, sont de tendres moments, bien que parfois non aboutis et légèrement trop romancés. Ensuite, certaines scènes s’avèrent être de belles scènes, comme celle du règlement de compte familial lors du soir de Noël, scène dans laquelle les acteurs se livrent, s’engueulent et nous font découvrir les différentes facettes de leurs personnages.

Dans la continuité des personnages, il est intéressant d’étudier le casting de Boomerang qui, de prime abord, peut laisser perplexe. De nombreux fidèles de Tatiana de Rosnay ont laissé entendre leur gêne quant au fait qu’Antoine soit interprété. Au final, est ce une mauvaise chose ? Pas trop. Laurent Lafitte, acteur de la comédie française, que l’on voit habituellement dans des comédies au ras des pâquerettes, tire son épingle du jeu et parvient à être un minimum convaincant. Si l’on devait trouver une faille, on pourrait évoquer le « manque » de paranoïa du personnage, cette dernière étant beaucoup plus importante dans le livre. Le personnage de Mélanie Laurent colle à la peau de l’actrice, car c’est dans ce type de rôle que l’on retrouve souvent la jeune femme au cinéma, comme dans « Je vais bien ne t’en fais pas » de Philippe Lioret, par exemple. Enfin, le reste du casting est tout-à-fait adéquat : Wladimir Yordanoff en père qu’on ne parvient pas à cerner, une sorte de « collabo », Audrey Dana en Angèle assez masculine, mais convaincante, bien que trop secondaire par rapport au roman, ou encore Bulle Ogier, en grand-mère tête à claques que l’on a envie d’étriper, ou enfin Lisa Lametrie en Bernadette, domestique de la maison.

Par son classicisme, Boomerang ne restera donc pas dans les annales, et divisera, si les lecteurs aguerris du roman se retrouvent dans le film, ou non. A savoir que Tatiana de Rosnay approuve totalement cette adaptation.

Synopsis : En revenant avec sa sœur Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, Antoine ne soupçonnait pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à son souvenir. Secrets, non-dits, mensonges : et si toute l’histoire de cette famille était en fait à réécrire ?

Extrait du film Boomerang

Boomerang: Fiche Technique

Date de sortie : 23 Septembre 2015
Réalisateur : François Favrat
Nationalité : France
Genre : Drame
Année : 2015
Durée : 101 minutes.
Scénario : François Favrat, adapté du roman de Tatiana de Rosnay.

Interprétation : Laurent Lafitte, Mélanie Laurent, Audray Dana, Wladamir Yordanoff, Bulle Ogier
Musique : Eric Neveux
Photographie : Laurent Brunet
Montage : Valérie Deseine
Producteurs : François Kraus, Denis Pineau-Valencienne
Maisons de production : Les films du kiosque
Distribution (France) : UGC Distribution
Budget : NR

Plus d'articles
Indian-Creek-livre-Pete-Fromm-avis
Indian Creek, expérience hivernale entre Idaho et Montana