feffs-strasbourg-Alleluia-fabrice-du-welz

Alleluia, un film de Fabrice du Welz : Critique

Dernière mise à jour:

Critique Alleluia : 

Synopsis: Manipulée par un mari jaloux, Gloria s’est sauvée avec sa fille et a refait sa vie loin des hommes et du monde. Poussée par une amie, Gloria accepte de rencontrer Michel via un site de rencontre. Michel, petit escroc bas de gamme, est troublé par Gloria, et Gloria tombe éperdument amoureuse. Par peur, Michel se sauve, mais Gloria va le retrouver et lui faire promettre de ne plus jamais la quitter. Prête à tout pour sauvegarder cet amour, elle se fera passer pour la sœur de Michel afin que celui-ci puisse continuer à séduire des femmes pour de l’argent. Mais la jalousie gangrène peu à peu Gloria.

Depuis Vinyan en 2008, Octopus d’Or au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (FEFFS) la même année, Fabrice du Welz avait déserté les plateaux de tournage. Il faut dire qu’à sa sortie, le film fût un échec critique et public considérable. Six ans d’absence qui ont servi de remise en question pour le belge qui décida de se lancer dans une production ambitieuse lorsqu’il fût contacté l’an passé par Thomas Langmann, le fameux producteur français à qui l’on doit la réussite outre-Atlantique de The Artist. Ce dernier lui proposant un polar de commande, Colt 45 devait s’avérer être l’un des blockbusters français de l’année. En pleine pré-production, Du Welz ira jusqu’à dire que son polar se rapprochait d’un The Raid et à rien d’autres vu apparemment en France. Malheureusement, l’euphorie des débuts laissera place à un tournage chaotique, une production épouvantable et un Fabrice du Welz furieux et reniant totalement son film. Colt 45 est sorti au milieu de l’été et fût le désastre annoncé, n’attirant que quelques dizaines de milliers de spectateurs en salles pour un budget de près de douze millions d’euros. Un four financier. Au sortir de cette mésaventure, le réalisateur belge se dirigera vers une production plus modeste mais également plus personnelle. Avec Alleluia, il continue ce qu’il a entrepris en 2004 avec Calvaire, le thème de l’amour fou. Et d’après ce qu’il a annoncé, le film est le second opus de la Trilogie ardennaise, dont le dernier volet sera tourné d’ici deux ans, toujours avec Laurent Lucas.

Folie à deux

Alleluia s’inspire d’un fait divers macabre survenu au États-Unis, celui des Tueurs de la Lune de Miel. L’histoire d’un couple d’américains passionnément amoureux qui ont assassiné et dépouillé de vieilles veuves entre 1947 et 1949, avant d’être arrêté et condamné à la chaise électrique. Jusqu’au procès, ils évoqueront leur amour passionnel qui les a conduits à la folie. Fabrice du Welz s’approprie donc cette trame, mais s’éloigne du mythe et nous livre une histoire toute aussi passionnelle, installée cette fois-ci dans des terres ardennaises hostiles. L’ouverture du film se fait sur un plan fixe, celui d’un corps froid sur une table d’opération. Une femme arrive et commence à nettoyer ce corps avec une éponge, de manière très clinique. Le plan suivant élargit un peu plus le cadre et dévoile l’aspect mortuaire du lieu. Au sein de ce lieu si symbolique de la morgue, Gloria, cette femme avec son teint cuivré, contraste avec les couleurs froides de l’environnement mais fait preuve d’un grand calme et s’adapte au climat de la pièce. Ce sont les premiers plans d’un film qui verra cette femme être amenée à commettre les crimes les plus macabres. Ces premières images du film évoquent déjà l’expérience précieuse de cette femme amené à côtoyer régulièrement la mort. Au-delà de ces plans qui posent directement les bases d’un film qui va assurément retourner le spectateur, c’est la qualité d’image qui surprend. Fabrice du Welz fait le choix de la pellicule, tournant en 16mm avec un grain sale et poisseux. Choix pertinent tant il insiste sur l’aspect sauvage et primaire d’une histoire d’amour excessive dont la folie emmènera les deux protagonistes aux frontières de leurs limites. C’est ce que les psychologues appellent « folie à deux ». La rencontre entre Michel (Laurent Lucas impeccable) et Gloria (Lola Dueñas démente) est un des moments savoureux du film tant il fait preuve d’humour malgré lui. Dans un restaurant au cadre séduisant, Michel élabore une analyse de personnalité selon les chaussures des clients qui entoure leur table. Terriblement Cynique.

Car si Alleluia est un récit macabre, Fabrice du Welz y incorpore une dose d’humour noir efficace. Un équilibre parfaitement dosé entre l’humour et le drame, mettant à distance le spectateur de cette folie meurtrière. Cette folie portée par deux acteurs parfaits, à commencer par le revenant Laurent Lucas (présent dans Calvaire, le premier long métrage de Du Welz) qui incarne ce « gigolo » escroc mais charmant et d’une Lola Dueñas hystérique à souhait. Alleluia fait preuve d’une écriture psychologique fine des personnages, à tel point que le récit macabre des tueurs de la lune de Miel n’en devient que plus plausible. Après la première rencontre, le récit interroge sur cette alchimie qui opère entre Michel et Gloria. Déçue en amour, Gloria voit en Michel une preuve que l’amour -le vrai- existe encore après un mariage gâché. A l’inverse, Michel voit en Gloria une sorte de figure maternelle qu’il n’a jamais vraiment eu pendant son enfance. Tombant fous amoureux, Michel ne peut cependant s’empêcher de continuer son petit commerce d’arnaques de veuves malgré la passion qu’il éprouve pour Gloria, et réciproquement. Ils travailleront alors à deux. Mais jalouse compulsive, Gloria ne supporte pas de voir son amant être dans le lit d’une autre. C’est cette jalousie incontrôlable qui emmènera cette femme au-delà de ses limites. Elle pratique l’etouffement, l’égorgement et portera des coups d’une violence rare avec cette même conviction implacable, celle de ne pas partager son amant. Mais au fond, ces femmes assassinées ne sont que le reflet de Gloria, ces femmes qui ne demandaient rien si ce n’est un peu d’amour. Tous les protagonistes du film ne sont au fond que des personnages en souffrance, certains se trouvant même une force meurtrière insoupçonnée. C’est en agissant à deux que les amoureux se muent en une sorte de bête meurtrière passionnée, comme aime à le rappeler le réalisateur.

Pour représenter au mieux la complexité de cette histoire d’amour, la caméra de Fabrice du Welz est tout ce qu’il y a de plus charnelle puisqu’elle se trouve au plus près des corps dans ce film. Le cadre est très cloisonné, à la limite de l’étouffement et illustre alors les sensations ressenties par les personnages. Avec ce cadre qui laisse les corps s’offrir à la caméra, on peut ressentir à quel point l’histoire des Tueurs de la Lune de Miel apparaît comme un récit éminemment charnel pour Fabrice du Welz qui insiste sur le côté passionné et physique de ce fait divers. Alleluia transpire l’érotisme, le sexe à chaque plan avec ces moments de fougues où les respirations se croisent bruyamment donnant lieu à des moments de sensualité intense. Pour filmer ces acteurs, Fabrice du Welz a une technique bien précise qui consiste à ne pas faire adapter ses acteurs à la caméra mais plutôt à les laisser s’exprimer comme bon leur semble. Si l’esthétique en prend un coup, l’authenticité n’en est que plus forte et les acteurs apparaissent terriblement juste : Du couple d’assassins machiavéliques à toutes ces veuves, notamment la dernière interprétée par Hélena Noguerra, la femme de Fabrice du Welz, qui trouve le ton juste et remporte toute notre empathie. Quelques élans de surréalisme font même leurs apparitions comme cette danse tout droit venue de la magie noire. Une danse pratiquée autour d’un feu, qui consume l’amour de ces deux personnages fous et amoureux. Fabrice du Welz a toujours revendiqué son amour pour Tobe Hooper et pour le célèbre Massacre à la Tronçonneuse (qui est ressorti le 29 octobre au cinéma en version restaurée), et cela se ressent tant l’aspect sale de la pellicule reprend le visuel du film de Hooper. Du Welz fait même le choix de privilégier les longs silences contemplatifs et les bruitages plutôt qu’une musique illustrative qui pouvait s’avérait lourde. Tous ces choix radicaux participent à rendre l’expérience Alleluia d’autant plus singulière qu’elle nous fera passer par différents stades d’émotions, du rire à l’effroi en passant par l’empathie pure.

Entre le film d’épouvante, la comédie musicale, le drame et l’humour grinçant, Alleluia est à la croisée de différents registres qui fonctionnent étonnamment bien. Un juste équilibre des tons qui permettent de prendre de la distance sur ce fait divers tout en captivant littéralement la réflexion du spectateur. Comme tout film de genre en France, le succès sera certainement très mince pour ce nouveau film de Fabrice du Welz mais il faut reconnaître qu’il contient tout de la marque des plus grands. Pas étonnant alors que le Jury du FEFFS de cette année, présidé par Tobe Hooper en personne, ait rendue grâce à ce film en le récompensant du Prix du Jury. Un critique en ligne dira même que Alleluia est « une sorte d’épisode de Faites Entrer l’Accusé réalisé par Tobe Hooper ». Difficile de mieux qualifier le film par le biais de cette phrase. Surprenant retour au genre, réadaptation radical d’un fait divers et mise en scène des plus audacieuses, Alleluia est tout simplement un sacré film.

SUPPLÉMENTS DE L’EDITION DVD : ★★★☆☆

A l’occasion de la sortie DVD du film, la rédaction s’est penché sur les bonus compris dans le DVD :
Les suppléments du film (doté d’un transfert 16/9 et de mixages Dolby Digital 2.0 et DTS 5.1.) inclut une galerie photo comprenant également des affiches, six scènes coupées et une série d’entretiens avec les acteurs. Peu de bonus très concrets donc et un making-off qui manque clairement. Les scènes coupées ne servent qu’à compléter faiblement des bonus bien maigres. On comprend d’ailleurs rapidement pourquoi elles ont été retirées (scènes inutilement allongées ou tout simplement dispensables). Même si deux scènes valent le coup d’être vues pour appuyer un peu plus la relation sensuelle à la limite du fantastique entre Michel et Gloria. Quelques scènes en coulisses nous permettent aussi d’entrevoir la production du film. Toujours intéressantes mais d’une durée trop courte. On sent qu’il n’y a pas eu de véritable équipe dédiée au making-off durant le tournage.

Les habituels entretiens avec les comédiens du film sont évidemment présents. Si celui de Lola Dueñas n’est pas des plus pertinents, ceux avec Helena Noguerra et Laurent Lucas s’avèrent néanmoins plus enrichissants. Mais Laurent Lucas n’est même pas présent en images et seule son interview audio a été retranscrite, illustrée par des photos du film et des coulisses. Additionné à cela un entretien réalisé par Cinergie.be (un site de cinéma belge) qui vient compléter les bonus du film. On y voit une interview avec Fabrice du Weltz et Laurent Lucas évoquant le scénario et le tournage du film. Ce bonus est d’ailleurs disponible sur Youtube depuis janvier 2014. L’interview réalisée par le Festival Fantastique du Film Fantastique de Strasbourg s’avère dans ce sens plus intéressante et plus complète sur les intentions du réalisateur. On y entrevoit enfin un panorama plus complet du film et de l’état d’esprit de son géniteur. Les suppléments s’avèrent donc relativement dispensables mais révèlent parfois quelques éléments intéressants dans le processus de création du film. On regrettera donc l’absence d’un véritable making-off. Mais ce serai dommage de bouder son plaisir pour un film aussi plastiquement et narrativement réussi.

A savoir que pour les amateurs de HD, Alleluia n’est proposé qu’en DVD. Une décision compréhensible d’un point de vue commercial mais malgré tout regrettable. En effet, le Blu-ray supporte mieux la granulation de ce type de bande tournée sur pellicule grâce à un taux de compression, une plage colorimétrique et une résolution accrus. Il faudra donc se contenter de cette édition DVD.

Fiche Technique: Alleluia

Titre original: Alleluia
France-Belgique
Date de sortie : 26 novembre 2014 (DVD : 06 mai 2015)
Réalisation: Fabrice du Welz
Scénario: Fabrice Du Welz, Vincent Tavier & Romain Protat (dialoguiste)
Interprétation : Laurent Lucas (Michel), Lola Dueñas (Gloria), Stéphane Bissot (Madeleine), Edith Le Merdy (Marguerite), Anne-Marie Loop (Gabriella), Héléna Noguerra (Solange)
Genre: Thriller, drame
Durée: 90min
Image: Manuel Dacosse
Décor: Emmanuel Demeulemeester
Costume: Christophe Pidré & Florence Scholtes
Montage: Anne-Laure Guégan
Son : Vincent Cahay
Producteurs: Clément Miserez, Vincent Tavier, Matthieu Warter, Bart Van Langendonck, Fabrice Du Welz, Jacques-Henri Bronckart, Olivier Bronckart, Ludovic Delbecq
Production: Radar, Panique, Savage Film, One Eyed, Versus Production, Canal +, BeTV, Ciné +, Cofinova 8, Vlaams Audiovisueel Fonds, Centre du Cinéma et de L’audiovisuel De La Fédération Wallonie
Distributeur: Carlotta Films
Budget : 2 896 000 €
Festival: Prix du Jury Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2014, Sélection Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2014, Meilleur Film-Réalisateur-Acteur-Actrice au Fantastic Fest Festival de Austin 2014

#Vu dans le cadre du FEFFS 2014 avec la présence de son réalisateur, Fabrice du Welz. Ce dernier avait d’ailleurs répondu à quelques questions. Vous pouvez d’ailleurs retrouver [ici] l’article en intégralité.

Reporter/Rédacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
La-Vengeance-d-un-acteur-Combo-Blu-ray-DVD
« La Vengeance d’un acteur » : le théâtre de la vie