Le-Dernier-Round-DVD-critique

« Le Dernier Round » : Keaton, poids lourd burlesque

Le Dernier Round, de Buster Keaton, se voit édité par Elephant Films en DVD et blu-ray, en version restaurée 4K. Dans ce long métrage muet, le cinéaste américain donne libre cours à son inventivité dans un savant mélange de comédie et de romance.

Un fils de bonne famille est envoyé par son père dans les montagnes pour s’endurcir. L’idée peut sembler pleine de bon sens, à ceci près que le jeune Alfred Butler reproduit dans sa tente le mode de vie confortable dont on l’a nanti depuis sa plus tendre enfance : il marche sur un tapis en peau d’ours, il prend des bains d’eau chaude, il dort dans un lit spacieux et douillet. Un domestique l’accompagne d’ailleurs en toutes circonstances et ne manque pas de lui préparer ses repas. Cet exil vert-doré lui permet toutefois de rencontrer une jeune femme dont il est vite épris. Pour la séduire, il se prétendra boxeur, ce qui, un mensonge en entraînant un autre, va le contraindre à affronter le Tueur de l’Alabama, un champion redouté de tous.

Tout Buster Keaton est là : les quiproquos, le sens de l’absurde, les « impossible jokes », un héros vulnérable et attachant confronté à des situations extraordinaires. Les gags s’enchaînent de manière échevelée : Butler part pêcher et finit par utiliser son fusil comme une rame avant de couler ; il invite sa prétendante à dîner, mais voit les pieds d’une table parfaitement dressée s’enfoncer dans le sol ; il la raccompagne chez elle, mais ne retrouve plus son chemin, ce qui amène la jeune femme à revenir sur ses pas pour le raccompagner à son tour jusqu’à son campement… Toute cette phase d’exposition et d’amorce romantique précède une usurpation d’identité qui placera bientôt Alfred Butler sur la route du Tueur de l’Alabama, un boxeur qu’il est censé affronter après un entraînement rudimentaire – et assez amusant – de trois petites semaines.

L’homonymie entre Alfred l’aristocrate et Butler le boxeur n’est pas sans quelques confusions. Quand le premier revient à la montagne après un prétendu combat, il est acclamé par la foule alors que le second, à l’avant du même train, attendait de bon droit les hommages de ses fans. Quand leurs femmes reçoivent une offrande présentée comme celle d’Alfred Butler, elles finissent par se la disputer férocement, sans comprendre d’où vient la méprise. Le Dernier round fait par ailleurs prendre tout son sens à l’expression « être dans les cordes » et comprend une séquence de mimes des plus hilarantes, lorsque l’entraîneur du faux Butler (l’aristocrate) entreprend de témoigner des blessures que le Tueur de l’Alabama est en train d’infliger à un boxeur bientôt défiguré. Le film a beau se distinguer par son aspect comique, il n’en demeure pas moins poétique : Butler, piégé par ses propres mensonges, finit écraser par le décor d’une salle olympique ; alors qu’il quitte sa femme en voiture, celle-ci apparaît par intermittences, de plus en plus éloignée, dans la lucarne arrière du véhicule… Quel que soit le registre retenu, Buster Keaton apparaît ainsi, dans Le Dernier round, au sommet de son art.

BONUS & RESTAURATION

L’éditeur annonce que treize éléments ont été inspectés et analysés pour cette restauration. Huit d’entre eux proviennent de la Cohen Film Collection et de la Cinémathèque Royale de Belgique. Le duplicata du négatif a été employé pour pallier les portions manquantes du négatif original. Hormis quelques poussières sur certaines séquences (42ème et 51ème minutes, par ex.), la qualité de l’image est bluffante. Parfaitement stable, dotée de teintes sépia superbes et d’un étalonnage irréprochable, elle témoigne d’un excellent travail de restauration. Les pistes sonores sont d’ailleurs à l’avenant.

En plus des crédits et de la bande-annonce, les bonus de cette édition comprennent une intervention passionnante de Nachiketas Wignesan. Il s’épanche sur la place du film dans la filmographie de Buster Keaton, effectue plusieurs analyses de séquences et commente notamment la passivité mise à mal du personnage d’Alfred Butler.

Note des lecteurs0 Note
4

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.
Plus d'articles
adieu-les-cons-albert-dupontel-film-critique-virginie-efira-albert-dupontel
Adieu les cons de Albert Dupontel : Un Grand soir un peu trop tiède